Le télétravail


  • Rejoindre le réseau Cyberworkers
  • Faire appel aux Cyberworkers (pour faire réaliser une prestation)
  • Annuaire télétravail gratuit












    DU TELETRAVAIL AU TRAVAIL MOBILE
    Un enjeu de modernisation de l'économie française



    RAPPORT AU PREMIER MINISTRE







    PIERRE MOREL-A-LHUISSIER EPUTE DE LA LOZERE
    PARLEMENTAIRE EN MISSION








    Rapporteurs : Jean-Claude BARROIS, contrôleur général économique et financier
    Christian GAL, Inspecteur général des affaires sociales


    Avant-propos

    Télétravail. Terme souvent galvaudé, prétexte à de nombreux colloques, à la fois
    dépassé pour certains, d'actualité pour d'autres, concept d'aménagement du territoire et
    sésame de l'emploi de demain, il était incontestablement nécessaire de se pencher sur ce
    concept à la lumière des expériences dans le monde entier et des pratiques françaises.


    Aborder le secteur du télétravail, c'est aborder celui des nouvelles technologies. Les
    technologies de l'information et de la communication (TIC) sont en perpétuelle évolution.
    Les progrès de la technologie rendent en permanence obsolètes des produits pourtant
    récents. L'objet de ce rapport n'est pas d'aborder le développement des TIC en soi, mais
    d'étudier si ces dernières dans leur état actuel et dans leur configuration future peuvent
    apporter des éléments de progrès au monde du travail, dans les administrations comme dans
    les entreprises, si elles sont de nature à améliorer la compétitivité globale de l'économie
    française.

    Les avis objectifs sur le sujet sont rares. Non seulement convient-il de se défier de
    quelques zélotes des TIC qui voient dans ce secteur un nouvel avenir indépassable pour le
    monde du travail, mais encore l'essentiel de l'information disponible est maîtrisée par les
    entreprises dont l'objectif est nécessairement intéressé.

    Dans ce paysage en continuelle transformation, le télétravail est au confluent de bien
    des intérêts. Son développement suppose l'équipement des acteurs économiques, le
    développement des infrastructures et des ressources logicielles adaptées. Les montants
    potentiels de chiffre d'affaires pour les entreprises sont considérables. Ce constat rend-il
    cependant le télétravail nécessairement utile au développement de l'économie française ?

    La mission s'est donc efforcée d'aborder le sujet par le biais du service rendu tant
    aux particuliers qu'aux entreprises et aux administrations. En croisant les témoignages et les
    points de vue, elle a analysé les freins au développement du télétravail, et les inconvénients
    d'un éventuel retard pour le développement de l'économie, et de l'emploi.

    Au-delà des fantasmes sur la réappropriation du temps par les individus, il convient
    de rappeler que dans l'expression télétravail, il y a travail. Il ne s'agit que d'une nouvelle
    forme d'organisation du travail rendue possible par le développement des TIC. Mais cette
    possibilité est également au confluent d'une demande sociétale sur les nouveaux temps
    sociaux. Comment concilier une vie professionnelle que chacun souhaite riche avec la
    volonté de préserver des espaces de vie personnelle pour sa famille ou ses passions ?

    Cette forme d'organisation est également au confluent des demandes sociales sur le
    rapport à l'espace. Comment s'abstraire des migrations quotidiennes imposées par les
    grands centres urbains ? Comment réaliser ce rêve de la ville à la campagne qui structure
    des démarches multiples de réimplantation dans des zones autrefois délaissées faute de
    travail sur place ?

    Elle conduit à une réflexion sur la réalité des tâches exécutées tant pour l'employeur
    que pour le salarié. En un mot, cette Révolution dans l'organisation du travail impactera les
    rapports sociaux aussi profondément que la révolution industrielle a pu le faire. Après le
    siècle des grandes concentrations dans les usines, le développement des activités tertiaires
    que l'on peut réaliser par le télétravail sans que le lieu où l'on opère ait une quelconque
    influence sur le résultat final, modifiera le rapport à l'espace.

    Déstructuration du temps social, déstructuration du rapport à l'espace, le télétravail
    apporte des réponses à des besoins sociaux autant qu'il nous entraîne vers de nouvelles
    formes de développement de l'activité économique.
    L'enjeu du télétravail répond à des évolutions lourdes qui se développent de manière
    massive, et qui ont pour dénominateur commun le mot MOBILITE :

    · Mobilité physique tout d'abord puisqu'il s'agit d'une des caractéristiques
    essentielles des sociétés modernes, qu'il s'agisse des migrations quotidiennes ou
    des déplacements professionnels ou familiaux ;

    · Mobilité des mentalités qui ont abandonné les vieilles typologies sociales,
    stables et rassurantes pour s'adapter en permanence à un monde mouvant ;

    · Mobilité professionnelle puisque au modèle de la carrière déroulée dans une
    structure stable et protectrice a succédé un système où la vie professionnelle est
    rythmée par des ruptures ;

    · Mobilité de l'environnement professionnel et/ou familial dont la pérennité est
    loin d'être assurée

    Répondre à ces évolutions est une nécessité. C'est un enjeu de développement car
    les pays qui sauront intégrer ces contraintes pourront s'adapter avec plus de facilités à un
    environnement qu'ils ne maîtrisent pas. Les pays qui sauront utiliser les formes productives
    offertes par les développements technologiques les plus récents seront les gagnants de la
    compétition mondiale comme on le voit déjà aujourd'hui.

    C'est une chance car notre pays par son niveau d'éducation et de développement
    possède toutes les cartes qui lui permettent d'être au rendez-vous de la révolution du travail
    mobile, forme la plus achevée du télétravail.

    Beaucoup a été écrit sur le télétravail : chaque année voit éclore rapports et
    colloques. Il est urgent que notre pays s'engage.

    Synthèse


    Le télétravail est une forme d'organisation du travail qui a concrètement émergé
    dans le courant des années quatre vingt dix. Il en était déjà question dans les années quatre
    vingt. Rendu possible par l'émergence et la généralisation des nouvelles technologies de
    l'information et de la communication (TIC) ainsi que la baisse continue des coûts, il répond
    désormais à une demande sociale de gestion du temps, et à une demande de mobilité d'une
    frange non négligeable de la population et des entreprises. Il s'agit aujourd'hui d'imaginer
    comment les pouvoirs publics peuvent accompagner ce mouvement inéluctable.

    Sous le terme télétravail, il convient de distinguer quatre formes d'organisation qui
    chacune soulève des problèmes spécifiques :
    · Le télétravail à domicile ;
    · Le télétravail nomade ;
    · Les télécentres ;
    · Le travail en réseau.

    Pourquoi le télétravail évolue-t-il vers le travail mobile ?

    La question a été posée de savoir si le développement du télétravail est souhaitable
    et pourquoi. A cette dernière interrogation, plusieurs réponses peuvent être faites :

    · Le télétravail est un facteur d'accroissement de la productivité globale des
    entreprises comme de la collectivité ;
    · Cette forme d'organisation répond à un souhait social de pouvoir préserver
    du temps pour des activités extra-professionnelles, quitte à reprendre ensuite
    le cours de son travail (s'occuper des enfants, faire du sport...) ;
    · Cette forme de travail répond à un besoin des entreprises confrontées à une
    mobilité de plus en plus importante de leur personnel pour répondre à leurs
    marchés ;
    · Cette forme de travail est particulièrement bien adaptée au développement de
    nouveaux modes de production de l'économie tertiaire et de l'économie de la
    connaissance, en permettant un découplement entre le lieu de production et le
    lieu où siège physiquement l'entreprise.

    La mission a pu constater que les problématiques dans le secteur privé et dans le
    secteur public étaient de même nature. Il n'y a pas d'obstacles législatifs et réglementaires
    majeurs au développement de cette nouvelle organisation du travail en France. Les
    partenaires sociaux ont une position ouverte sur ce thème, et ont négocié un accord national
    interprofessionnel applicable au secteur privé à la suite de l'accord cadre européen. Cet
    accord a été étendu par arrêté du Ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale.

    Où en est le télétravail en France ?

    La question a également été posée de comprendre pourquoi la France semblait
    accumuler du retard sur le développement de ces nouvelles formes de travail. De
    nombreuses études ont conduit à considérer que les télétravailleurs représentaient environ
    7% de la population active pour une moyenne européenne de 13% en 2003. L'analyse
    semble indiquer que globalement l'explication de cette situation n'est pas à rechercher dans un retard d'équipement ou d'infrastructures par rapport à ce qui se fait dans les grands pays
    comparables (cf. annexes V à IX), même si la situation est moins brillante par rapport aux
    pays scandinaves.

    Il ressort de l'enquête conduite dans le cadre de cette mission, ainsi que des
    auditions réalisées, que les principaux obstacles au développement du télétravail dans notre
    pays relèvent des mentalités d'une part et d'une organisation du travail qui tarde à
    capitaliser les avantages offerts par les TIC d'autre part. Près de 40 % des européens de 16 à
    74 ans n'ont aucune connaissance de base en informatique. 1

    De surcroît, la mission a pu constater qu'une partie du retard n'était qu'apparent en
    raison des problèmes de définition, pouvant éventuellement se traduire par des difficultés
    juridiques, certaines organisations préférant ne pas déclarer de télétravailleurs pour des
    motifs tactiques.

    C'est pourquoi cette mission se traduit par des recommandations qui ne sont pas
    pour l'essentiel de l'ordre de la loi et du règlement, mais de celui de la gestion. Les
    quelques modifications réglementaires proposées sont la conséquence d'une analyse de
    difficultés d'installation rencontrées par les télétravailleurs indépendants. Elles constituent
    une opportunité de création d'emplois significative dans le cadre du développement du
    télétravail et de son évolution.


    Propositions

    Modifier les mentalités est sans doute ce qui est le plus difficile. C'est pourtant la
    voie qui doit être choisie afin d'accompagner ce mouvement inéluctable, et de parvenir à un
    déblocage de la situation. Cela nécessite du courage, de la constance et... la foi du
    charbonnier : en d'autres termes, moins de colloques et davantage d'action publique.

    Le travail mobile est un outil généré par le développement des TIC, d'une part
    indispensable pour renforcer la compétitivité de l'économie française, et d'autre part un
    levier d'action fructueux pour accélérer la réforme de l'Etat.

    Mes propositions s'articulent donc autour de deux idées centrales :

    · Faire sortir le télétravail de la clandestinité au sein de laquelle il est
    cantonné, dans les entreprises comme dans les administrations;

    · Mettre en oeuvre tous les dispositifs permettant aux entreprises comme aux
    salariés ou fonctionnaires qui veulent en bénéficier d'y accéder.

    Mes propositions peuvent être synthétisées de la manière suivante.


    Dans le secteur privé :

    1. Prendre en compte en ce qui concerne les télétravailleurs, non le lieu
    d'implantation de l'entreprise, mais le lieu où le travail est

    1 Sondage commission européenne, Eurostat, 20 juin 20006 effectivement réalisé (domicile de l'employé, télécentre...) pour
    bénéficier des exemptions dans les ZRR et les ZUS, ainsi que de divers
    avantages fiscaux existants. Cet ajustement est de nature à faire
    bénéficier les télétravailleurs d'avantages dont ils sont exclus
    actuellement, et constitue de surcroît une réponse adaptée en termes
    d'aménagement du territoire. En effet la problématique du télétravail
    n'avait pas été prise en compte lors de l'écriture des textes d'application
    de ces mesures.

    2. Inscrire dans les programmes de formation initiale des professionnels
    une ouverture sur les TIC et l'économie Internet, en particulier dans
    les CFA qui jouent un rôle important dans les zones rurales. Proposer
    dans le cadre de la formation continue des mesures
    d'accompagnement au changement d'organisation du travail vers le
    télétravail.

    3. Assurer la coordination des projets, leur suivi et leur évaluation au
    sein d'une structure déconcentrée, placée auprès des directions
    départementales ou régionales du travail et de la formation
    professionnelle, et composée des représentants socio-économiques.

    4. Instaurer une présomption d'accident du travail lorsque la situation de
    télétravail a été formalisée par le contrat de travail et que l'accident
    survient au domicile dans le cadre de la réalisation de ses missions et
    pendant la période d'exécution de la charge de travail.

    5. Offrir une garantie au télétravailleur, notamment au plan de
    l'ergonomie, pour l'installation de son bureau (proposition du
    référent souhaité par des centrales syndicales).

    6. Création d'un statut micro-social à l'image du statut micro-fiscal.
    Cette proposition dépasse largement le cadre du télétravail pour
    s'adresser à tous les créateurs d'entreprise et s'inscrit dans le cadre
    d'un projet gouvernemental.
    Elle remplacerait le maquis actuel des
    exonérations ciblées. Il s'agit de permettre de se libérer de ses
    obligations sociales par un paiement exprimé en pourcentage du
    revenu, ou du chiffre d'affaires, et non en valeur brute. Cette mesure
    est de nature à jouer un rôle important pour faciliter la création
    d'emplois peu capitalistiques pour lesquels le risque des engagements
    pris par le créateur d'entreprises en termes de dette sociale joue un
    rôle désincitatif important. De la même façon qu'il existe des trappes
    à pauvreté, il y a des trappes à inactivité.



    Dans le secteur public :

    1. Faire sortir le télétravail de la clandestinité en diffusant largement les
    guides et les principes à appliquer. Création d'un portail dédié et
    communications ministérielles internes renforcées sur ce sujet.


    2. Faire entrer le télétravail dans le champ de la négociation collective,
    dans le respect des principes de l'accord cadre européen.

    3. Faire du télétravail une vraie problématique de gestion, nouvel outil
    de la modernisation de l'Etat. Source de productivité,
    le télétravail est aussi un outil de modernisation du
    management intermédiaire.
    4. Organiser l'échange d'expériences entre administrations et
    fonctionnaires et assurer la coordination, leur suivi et
    leur évaluation au sein d'une structure rattachée aux
    préfectures des départements ou des régions.
    5. Développer des modules de formation adaptés à cette démarche, tant
    pour les télétravailleurs que pour l'encadrement.
    6. Rechercher toutes les fonctions susceptibles de faire l'objet d'une
    application du télétravail au travers d'audits dans le
    cadre de la Réforme de l'Etat.


    Ces mesures pour indispensables qu'elles soient ne connaîtront le succès que si
    la Puissance Publique adresse un message politique fort aux acteurs et aux
    décideurs, soutenu par des efforts de communication significatifs
    à
    travers notamment :
    · une « mission nationale de sensibilisation » à l'adresse
    des entreprises associant APCE, ANPE, APEC, ANACT,
    Ministères de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du
    Logement, de l'Industrie, des PME, du Commerce, de
    l'Artisanat, etc....
    · une mission nationale d'accompagnement à l'usage des
    TIC confiée aux Ministère de l'Aménagement du
    territoire et au Ministère de l'Economie, des Finances et
    de l'Industrie associant acteurs publics et privés
    · Un forum européen d'échanges organisé sous l'égide de
    la France axé sur les nouvelles formes managériales
    issues de l'émergence des TIC.

    A défaut, la démarche risque d'être inaudible, et l'organisation traditionnelle du
    travail en France risque de perdurer.

    * *
    Au terme de cette mission, j'ai acquis la conviction que le développement du
    télétravail, et/ou du travail mobile, était une opportunité unique d'améliorer la productivité
    globale de notre pays, tout en répondant aux aspirations profondes de nos concitoyens de
    maîtriser leur temps et leur liberté d'implantation. Nous nous dirigeons, en effet, vers une
    forme plus accomplie du télétravail, qui est le travail mobile. Cette évolution
    incontournable, appelle à de nouvelles formes de management et de gouvernance dans les
    entreprises et dans l'administration. Il s'agit d'une démarche gagnant-gagnant entre les
    employeurs et les salariés ou les fonctionnaires pour contribuer à construire une économie
    plus productive ET plus humaine.

    13


    I ­ Définitions ­ champs de l'étude

    Le télétravail a fait l'objet depuis quelques années de travaux pour en préciser la
    nature et le périmètre. Dans le cadre de la stratégie européenne pour l'emploi, le Conseil
    européen avait invité les partenaires sociaux à négocier des accords « en vue de moderniser
    l'organisation du travail ». C'est ainsi qu'un accord-cadre sur le télétravail a été signé au
    niveau européen le 16 juillet 2002. Cet accord invitait dans son article d'exécution les Etats
    membres à le mettre en oeuvre « conformément aux procédures et pratiques propres aux
    partenaires sociaux dans les Etats membres. »

    Outre une définition très générale, l'accord européen aborde dans chacun de ses
    articles les différents points constitutifs de la relation du travail entre le télétravailleur et son
    employeur. Ces différents points constituent de manière récurrente l'ensemble des thèmes à
    aborder pour clarifier la relation du travail et il est donc important de les relever :

    · Le caractère volontaire du télétravail ;
    · Les conditions d'emploi, les télétravailleurs bénéficiant des mêmes droits que les
    autres travailleurs ;
    · La protection des données ;
    · Le respect de la vie privée ;
    · La clarification de la relation entre le télétravailleur et son employeur pour
    l'installation et la maintenance du matériel ;
    · La santé et la sécurité du télétravailleur ;
    · L'organisation du travail ;
    · La formation ;
    · Les droits collectifs.

    Le Ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité demandait le 28 juillet
    2003 au Forum des droits l'Internet2 d'animer un groupe de travail pour étudier ces
    nouvelles formes de travail afin de « contribuer au développement d'un droit conventionnel
    adapté
    ». L'association a remis ses conclusions le 14 décembre 2004. Elle a procédé à de
    nombreuses auditions de partenaires sociaux, et contribué à la réflexion sur le télétravail.

    C'est le 19 juillet 2005 qu'un accord national interprofessionnel (ANI) a été
    paraphé. Cet accord a été étendu par arrêté du Ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et
    du logement en date du 30 mai 2006, modifié par arrêté du 15 juin 2006. Ce texte donne du
    télétravail la définition suivante :

    « Le télétravail est une forme d'organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant
    les technologies de l'information dans le cadre d'un contrat de travail et dans laquelle un
    travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l'employeur, est effectué
    hors de ces locaux de façon régulière.

    Cette définition du télétravail permet d'englober différentes formes de télétravail
    régulier répondant à un large éventail de situations et de pratiques sujettes à des évolutions
    rapides. Elle inclut les salariés « nomades » mais le fait de travailler à l'extérieur des
    locaux de l'entreprise ne suffit pas à conférer à un salarié la qualité de télétravailleur.


    2 Le Forum des droits sur l'Internet est une association financée pour la plus grande part par le ministère de l'économie, des
    finances et de l'industrie, et constituée par des personnes morales publiques ou privées. Il est investi de trois grandes
    missions : la concertation entre les acteurs, l'information et la sensibilisation du public, et la coopération internationale.

    14

    Le caractère régulier exigé par la définition n'implique pas que le travail doit être
    réalisé en totalité hors de l'entreprise, et n'exclut donc pas les formes alternant travail dans
    l'entreprise et travail hors de l'entreprise.

    On entend par télétravailleur, au sens du présent accord, toute personne salariée de
    l'entreprise qui effectue, soit dès l'embauche, soit ultérieurement, du télétravail tel que
    défini ci-dessus ou dans des conditions adaptées par un accord de branche ou d'entreprise
    en fonction de la réalité de leur champ et précisant les catégories de salariés concernés. »


    Par rapport aux objectifs de la mission, l'accord interprofessionnel appelle plusieurs
    observations :

    · Il ne concerne que les salariés du secteur privé, excluant de facto les
    travailleurs indépendants qui sont des utilisateurs importants du télétravail, et
    les fonctionnaires ;

    · Il crée une dichotomie entre les télécentres mis à disposition par des tiers
    (mairies, chambres de commerce...), et les télécentres créés au sein de
    certaines structures qui ont vocation à permettre l'exercice d'une activité
    déplacée par rapport à son lieu d'implantation habituel, alors même que ces
    structures ont des vocations identiques ;

    · Il évoque la diversité des situations des télétravailleurs. Entre la situation
    « pure et parfaite » du télétravailleur à domicile ne se rendant que très
    rarement dans les locaux de l'entreprise et le travailleur nomade en liaison
    hiérarchique permanente et disposant d'un bureau dans les locaux, la
    différence de situations fonctionnelles amène des divergences d'analyse sur
    les obstacles au développement du télétravail.

    C'est pourquoi, la définition juridique de l'accord interprofessionnel, si elle permet
    un premier défrichage du sujet n'est pas toujours suffisante pour identifier les obstacles au
    développement de cette forme d'activité en France. A cette première approche juridique, on
    doit ajouter une approche fonctionnelle. En effet, à des situations physiques différentes
    doivent pouvoir répondre des mesures particulières.

    De ce point de vue, le travail réalisé par le forum des droits sur l'Internet est
    particulièrement intéressant car il propose une analyse fonctionnelle des formes de
    télétravail.

    En effet, le télétravail est d'abord une modalité d'organisation du travail,
    parmi d'autres et en concurrence avec d'autres. De ce point de vue, les télétravailleurs
    ne constituent pas une catégorie à part même si le droit doit être adapté à cette situation
    particulière, ce qui est l'objet de l'ANI.

    Le forum de l'Internet distingue quatre formes fonctionnelles principales, quelle que
    soit la nature du lien juridique qui relie le télétravailleur à son donneur d'ordre. A
    l'évidence, ces formes peuvent être associées et sont souvent complémentaires. Il demeure,
    comme on le verra par la suite, que les difficultés identifiées pour chacune de ces quatre
    formes de télétravail sont de nature différente. Les descriptions qui suivent sont extraites du
    rapport du forum des droits sur l'internet.


    15


    I ­ 1 Le télétravail à domicile








    « Le salarié peut travailler à domicile grâce aux nouvelles technologies puisqu'il
    peut avoir accès plus facilement à son environnement de travail.
    En premier lieu, le télétravailleur peut travailler de façon exclusive à son domicile ;
    ceci de façon permanente ou pour une période de temps limitée (par exemple pour
    s'occuper d'une personne malade). Le télétravailleur pourra passer de manière ponctuelle
    dans les locaux de l'entreprise lorsqu'il est salarié ou bien rencontrer des clients. Mais son
    lieu de travail sera de manière prédominante son domicile.

    En deuxième lieu, le travail peut s'effectuer en partie à domicile. Dans ce cas, le
    télétravailleur conserve un lien plus important avec son environnement de travail en
    alternant une présence domicile/bureau. ...

    Enfin, certaines sociétés sont organisées entièrement autour du télétravail à
    domicile... »


    I ­ 2 Les travailleurs nomades








    « Tout en conservant un poste de travail physique au sein de l'entreprise, le salarié
    peut utiliser les technologies de l'information et les outils de travail mobiles pour travailler
    depuis n'importe quel lieu. Ceci a comme incidence de "nomadiser" le travail de nombreux
    salariés, qui, jusque là, était considéré comme ne pouvant s'exercer que dans les locaux de
    l'entreprise.

    Néanmoins, pour certaines catégories de salariés, il ne s'agit pas d'une forme de
    travail inédite. Les commerciaux ou les agents techniques d'intervention ont toujours
    pratiqué le travail nomade. Pour ces métiers, les technologies de l'information ne font que
    faciliter ces formes de travail et le contact avec l'entreprise.

    Cependant, tous les salariés ne perçoivent pas le développement de ces nouveaux
    outils comme une évolution neutre pour l'organisation du travail. En effet, les nouvelles
    technologies peuvent entraîner un contrôle plus approfondi de l'employeur par l'utilisation
    des fonctionnalités des nouveaux outils (par exemple en permettant la géolocalisation des
    intervenants). Cette mobilité peut également entraîner une distension du lien avec
    l'entreprise en rendant moins nécessaire le passage dans ses locaux puisque certaines
    tâches qui devaient auparavant s'effectuer sur le lieu de travail peuvent maintenant être
    réalisées n'importe où...»




    I
    ­
    3
    Les
    télécentres


    « Dans ce cas de figure, le salarié de l'entreprise travaille à distance de son équipe
    dans des télécentres où sont également présents des salariés d'autres entreprises. Il y
    dispose d'un poste de travail à partir duquel il peut aisément communiquer avec son
    entreprise.

    Une telle organisation peut créer un sentiment de plus grande distance entre l'entreprise et le salarié. Celui-ci
    peut se sentir moins intégré au sein de son équipe, voire de l'entreprise elle-même, puisqu'il ne travaille plus au
    sein de ses locaux. En revanche, elle ne modifie pas en profondeur la relation du salarié au travail. Celle-ci
    continue de se réaliser dans un temps et un lieu déterminé, distinct de la vie privée du salarié. »



    I ­ 4 Le travail en réseau







    « Dans ce cas de figure, le salarié est localisé dans un site géographique mais il
    relève d'un manager localisé dans un autre site, voire travaille dans une équipe relevant

    16

    d'un autre site. Les nouveaux outils techniques ... permettent la formation d'une équipe
    virtuelle établie sur différents sites.

    Cette évolution peut se faire de deux manières.
    Dans certains cas, le télétravail s'organise dans des locaux géographiques qui ne

    sont pas dédiés à cet effet. Certaines entreprises permettent ainsi à certains salariés de
    rester dans leurs locaux traditionnels tout en travaillant sous le contrôle d'une hiérarchie et
    avec une équipe installée dans un autre site de l'entreprise. Une telle solution permet ainsi
    de réorganiser l'entreprise sans imposer un déménagement des salariés. Elle offre
    également une réponse adaptée et souple aux désirs de localisation de certains salariés.

    Dans d'autres cas, le télétravail se met en place dans des locaux dédiés à cet effet.
    Certaines entreprises ont ainsi mis en place des centres de proximité pour leurs salariés
    autour de Paris. Ce choix est inspiré par la volonté de limiter les temps de trajet des
    salariés et de rationaliser. »


    Au total, le présent rapport traitera des quatre formes de télétravail décrites ci-
    dessus, tant pour le secteur public que pour le secteur privé, et dans ce dernier cas, tant pour
    les salariés que pour les travailleurs indépendants.

    Afin de recueillir le maximum d'informations concrètes, la méthode suivie a
    consisté à rencontrer, à l'occasion d'auditions ou de réunions de travail, des personnes
    ressources appartenant à des ministères, à des entreprises privées ou publiques et tout autre
    personne ayant une connaissance précise du sujet. A cette occasion de nombreux courriers
    ont été adressés, ils n'ont pas toujours fait l'objet d'une réponse utile.

    Il est précisé que ce rapport ne traite pas des améliorations apportées par les télé
    procédures3 qui sont devenues d'un usage grand public (télébanque, télédéclaration de
    l'impôt...), et qui représentent un autre aspect de l'irruption des TIC dans l'activité
    économique.


    3 A titre d'exemple, « Allô service public, 3939 » est le résultat de la combinaison début 2005 d'un centre d'appels confié à
    un prestataire privé (plate-forme dite de premier niveau) et de 11 plates-formes publiques (dites de second niveau,
    comprenant les 9 CIRA , Info Emploi et Info service Consommation). L'ensemble de ces plates-formes sont reliées par un
    centre d'appel virtuel, dispositif recréant les conditions d'un plateau unique entre des sites géographiquement distincts. La
    logique du système est sectorielle et permet la mutualisation des ressources, présentes et futures, sur l'ensemble du territoire.
    La capacité de production est ainsi supérieure à la somme des capacités de production de chacun des centres pris isolement.
    Le 3939 reçoit et traite un volume moyen d'appels s'élevant à 5500 appels par jour soit un volume mensuel de 100 000 à 120
    000 appels selon le nombre de jours ouvrés. Le service est proposé de 8h00 à 19h00 du lundi au vendredi et de 9h00 à 12h30
    le samedi.


    17


    II ­ L'état des lieux en France ­ forces et faiblesses
    (comparaisons internationales, environnements législatif et réglementaire)



    II ­ 1 une première approche globale

    II ­ 1 ­ a Une photographie de la situation


    S'interroger sur les voies et moyens de développer le télétravail en France, c'est
    naturellement faire un premier bilan de cette forme d'organisation du travail, évaluer sa
    progression au cours des années récentes, comparer son développement à ce qui se fait dans
    des pays comparables afin d'identifier nos forces et nos faiblesses dans ce domaine.

    Alors que le secteur le télétravail a fait l'objet d'un premier bilan pour les salariés du
    secteur privé, il n'existe pas de bilan, même partiel, pour les travailleurs indépendants et
    pour le secteur public. Le premier cadrage statistique a été réalisé à l'occasion du rapport du
    Forum des droits sur l'internet. Il s'appuie sur l'enquête permanente sur les conditions de
    vie des ménages réalisée par l'INSEE (enquête PCV). « Le système statistique public ne
    dispose pas, en fait, d'enquête spécifique pour dénombrer et caractériser les salariés qui
    pratiquent le télétravail
    4». Néanmoins, cette enquête permet une première approche en
    chiffres du sujet. Les conditions de réalisation statistique de ce travail font « qu'il s'agit
    d'une image du télétravail au tournant du siècle, mais pas d'une année déterminée... »


    Une nouvelle enquête est en cours dont les résultats devraient être connus à
    l'automne 2006. Mais de l'aveu même de ses responsables, la taille des échantillons
    recueillis ne devrait pas permettre d'aller très au-delà de la connaissance globale de la
    précédente enquête. Elle permettra néanmoins de mesurer les évolutions. Mais elle ne
    permettra pas d'approfondir notre connaissance statistique pour des populations fines
    (travailleurs indépendants, fonctionnaires de l'Etat ou des collectivités locales...), ou pour
    des croisements géographiques (salariés résidant dans les zones défavorisées par exemple).
    Une autre enquête est en cours, réalisée par le centre d'études pour l'emploi et l'INSEE,
    mais ses premiers résultats ne devraient pas être connus avant le printemps 2007 pour la
    partie secteur privé et l'automne 2007 pour la partie secteur public.

    4 Source ­ bulletin Premières synthèses informations ­ DARES ­ décembre 2004.

    18


    Part du télétravail
    selon le sexe, l'âge et la catégorie socioprofessionnelle




    Formes de télétravail
    Fixe à domicile
    Alternant à domicile
    Nomade




    Ingénieurs et cadres
    3,7 6,0
    20,1
    Professions intermédiaires
    1,1 1,2
    9,0
    Employés
    0,6 0,3
    2,7
    Ouvriers
    0,0 0,1
    0,6




    Ensemble
    0,9 1,1
    5,4




    Hommes
    1,0 1,7
    7,5
    Femmes
    0,9 0,4
    2,8
    15 à 24 ans
    0,4 0,4
    3,7
    50 ans et plus
    1,4 0,8
    4,1
    source : enquêtes PVC 1999-2003; Insee, calculs Dares

    Selon l'enquête de 2004, le télétravail concernait un peu plus de 7 % de la
    population active salariée, 2% comme travailleurs à domicile fixes ou en alternance et 5,4 %
    comme travailleur nomade, soit respectivement 0.4 et 1.1 millions de personnes. Il convient
    de relever à ce stade une divergence entre d'une part, l'enquête qui considère les travailleurs
    nomades comme des télétravailleurs dès lors qu'ils se considèrent comme tels, et les
    télétravailleurs nomades tels qu'ils sont définis par l'ANI.

    En effet, pour des motifs de stratégie de négociation, certaines entreprises excluent
    les travailleurs nomades du champ de l'application de l'accord, comme ce dernier leur en
    donne la possibilité. Cette attitude conduit à une diminution apparente du nombre de
    télétravailleurs dans chaque entreprise considérée individuellement. Au total, une partie du
    retard apparent de la France pour le développement du télétravail tient davantage à la
    volonté de ne pas déclarer en tant que tel cette forme d'organisation du travail, plutôt qu'à
    une réalité.5

    Le télétravail est une forme d'organisation qui croît avec la qualification, au point
    que 10% des ingénieurs ou cadres estiment être des télétravailleurs à domicile et 20% des
    télétravailleurs nomades. A contrario, le télétravail ne concerne pas les ouvriers et peu les
    employés. Enfin les jeunes et les femmes sont en retrait.

    L'enquête a permis d'identifier que la probabilité qu'une femme soit une
    télétravailleuse à domicile « ne dépend pas du fait qu'elle ait des enfants, ni de leur nombre
    éventuel. Ceci semble infirmer l'hypothèse, parfois avancée, selon laquelle les femmes
    choisiraient le télétravail pour mieux concilier leur vie professionnelle et leur vie
    familiale
    ».


    5 Au cours de l'enquête préalable à la rédaction de ce rapport, la mission a pu constater en particulier la différence d'attitude
    de grands opérateurs téléphoniques en France et en Suède au regard du télétravail. Alors que cette forme d'organisation est
    affichée avec une certaine fierté en Suède comme un moyen de mieux prendre en compte les contraintes des salariés, le terme
    est récusé en France pour les travailleurs mobiles en raison des risques ouverts par une négociation collective sur ce point.

    19

    Les cadres de plus de 50 ans télétravaillent moins que la moyenne des salariés. A
    l'inverse, si les jeunes utilisent moins souvent cette forme d'organisation du travail, c'est
    parce que la proportion de cadres est moins élevée dans cette tranche de population.

    Enfin l'enquête a permis une première approche de la répartition sectorielle à grande
    maille. Deux secteurs sont en pointe pour l'utilisation du télétravail : le secteur financier
    (3% à domicile et 9 % de nomades) et les services aux entreprises (16 % de travailleurs
    nomades). On relève enfin que le secteur public compte peu de télétravailleurs à domicile
    (moins de 1 %) à l'exclusion des enseignants6.

    Au total, si cette première approche statistique permet d'identifier les grandes
    tendances, avec un retard de plus de deux à trois ans, elle est muette sur les motivations des
    télétravailleurs et les obstacles au développement du télétravail. Seule une approche plus
    fine à partir de la réalité vécue ou ressentie par les acteurs permettra d'approcher
    l'identification des freins au développement de cette forme d'organisation du travail.

    II ­ 1 ­ b Des comparaisons internationales

    Cette première approche globale peut être complétée par des comparaisons au
    niveau européen. Le Statistical Indicators Benchmarking the Information Society7 (SIBIS)
    est un projet financé par la Commission européenne dans le cadre du programme cadre de
    recherche et de développement (PCRD). Il a été opérationnel de janvier 2001 à septembre
    2003. Dans ce cadre, le consortium SIBIS a piloté des enquêtes dans l'ensemble des pays
    membres, dans les dix pays candidats ainsi qu'aux Etats-Unis, et en Suisse.

    Les enquêtes comparatives réalisées dans ce cadre posent un certain nombre de
    difficultés d'analyse et d'interprétation. Non seulement les définitions utilisées recouvrent
    rarement celles des enquêtes internes, mais encore la perception de la réalité par rapport à la
    problématique du télétravail peut varier d'un pays à l'autre. Comme on le verra dans la suite
    du rapport, les employeurs français font rarement du télétravail une problématique à part
    entière, mais un outil de gestion parmi d'autres. Dans ces conditions, la question posée peut
    tout simplement être décalée par rapport aux objectifs organisationnels de l'entreprise ou de
    l'administration.

    Pire encore, il a été possible de rencontrer au cours de l'enquête des télétravailleurs
    et des employeurs de télétravailleurs « honteux ». Dans la psychologie française, ne pas
    venir au bureau est souvent assimilé à une absence pour congés ou maladie. A l'inverse on
    peut considérer l'accord donné pour télétravailler comme un avantage concédé à titre
    personnel, presque un élément de gestion intuitu personnae. Dans ce type de situation, les
    avantages fonctionnels du télétravail disparaissent au profit d'une analyse qui privilégie la
    relation interpersonnelle entre le supérieur hiérarchique et le salarié. Aussi, les bénéficiaires
    du télétravail et leur employeur peuvent avoir intérêt à rester dans le flou et l'implicite afin
    de pérenniser dans la discrétion une situation intéressante pour les deux parties. Ce constat a
    été fait plusieurs fois au cours des travaux préliminaires à la rédaction de ce rapport.

    6 Le cas des enseignants est particulier. Ils ont été exclus du décompte. Alors que 15 % d'entre eux se considèrent comme
    télétravailleurs fixes à domicile, 6 % comme télétravailleurs fixes alternants et 5 % comme nomades, ils sont effectivement
    fortement utilisateurs de l'informatique (80% de ménages enseignants équipés), et partagent leur temps entre la préparation
    de leurs cours et la correction de copies sans que l'on puisse parler de télétravail stricto sensu.
    7 Il s'agit d'un consortium privé chargé d'études et constitué pour l'essentiel d'entreprises de consultance, d'universités ou
    d'administrations issues de grands pays membres et de pays candidats. On relève qu'aucune entreprise française n'y figure.
    (http://www.empirica.biz/sibis/)

    20


    A contrario, dans les pays nordiques ou de tradition anglo-saxonne, il y a une
    véritable culture de la valorisation des technologies de l'information et de la communication
    (TIC), y compris par l'intermédiaire de politiques publiques de promotion non seulement de
    la technique, mais de son usage, en particulier par les nouvelles formes de travail. De
    surcroît, la valorisation de l'individu par rapport au groupe dans les sociétés protestantes
    moins normatives, donne aux choix personnels réalisés une valeur non pas comparative
    mais d'exemple.

    Ces remarques étant posées, il demeure intéressant de comparer quelques chiffres
    afin d'identifier les écarts les plus patents et les éléments qui peuvent les justifier.

    Part de la population active pratiquant le télétravail



    Source: SIBIS GPS 2002, SIBIS GPS-NAS 2003

    La France apparaît dans cette statistique globale aux environs de 6-7 %, ce qui
    recoupe les chiffres publiés par la Dares. Ce chiffre est à mettre en regard de la moyenne
    européenne qui se chiffrait 13 % de la population active, chiffre lui-même très inférieur à la
    moyenne américaine qui s'élevait à 25 % à la date de l'enquête. La France se retrouverait
    donc sur ce sujet à la date de l'enquête dans la moyenne haute des nouveaux adhérents à
    l'Union Européenne pour lesquels le Sibis estime qu'ils sont pénalisés par des
    infrastructures insuffisantes. Comme on le verra ci-dessous, cette explication ne saurait être
    retenue dans le cas français. La question qui est posée est donc de savoir si cet écart recoupe
    un réel retard en 2002/2003, ou s'il témoigne d'un biais statistique d'une autre nature.

    Un commencement d'explication peut se trouver dans l'analyse des différentes
    formes de télétravail.



    21


    Part de la population salariée pratiquant le télétravail nomade




    Source: SIBIS GPS 2002, SIBIS GPS-NAS 2003


    Le Sibis définit un télétravailleur mobile comme passant plus de dix heures par
    semaine hors de son domicile ou de son bureau en faisant usage des TIC. En moyenne 4 %
    de la population active en Europe entre dans le champ de la définition. Selon l'enquête du
    Sibis, la France aurait compterait 2 % de télétravailleurs nomades, ce qui la placerait dans le
    dernier tiers européen. Il est intéressant de relever que l'enquête de l'Insee a estimé la
    population nomade à 5.4 % de la population active, ce qui modifie significativement la
    place de la France, en la plaçant en tête des pays. Ces écarts sont dus à des différences de
    définition, mais certainement aussi à des divergences de perception par rapport aux
    questions posées. Il semble, dans ces conditions, difficile de tirer des conclusions définitives
    sur la réalité de la situation comparative.









    22

    Part de la population active passant au moins une journée par semaine en télétravail / ou qui
    télétravaille de son domicile pour une durée moins longue


    Source: SIBIS GPS 2002, SIBIS GPS-NAS 2003

    Au sein de l'Union européenne, 7 % de la population active télétravaille de manière
    sporadique. Si la population active française se place à un rang honorable pour une activité
    en télétravail supérieure à une journée, il convient de relever que le pays semble très en
    retard pour l'usage intermittent de cette technique. Cette statistique peut donner le sentiment
    d'une dichotomie entre ceux qui utilisent cette forme d'organisation de manière courante et
    une partie de la population qui semble l'ignorer, voire la rejeter.

    Les deux graphiques suivants éclairent cette situation d'un jour nouveau en abordant
    les attitudes des populations par rapport non pas directement au télétravail, mais par rapport
    à son environnement dans le monde du travail.




















    23





    Part de la population active qui estime que sa tâche est réalisable en télétravail alterné





    Source: SIBIS GPS 2002, SIBIS GPS-NAS 2003

    Sur la base de l'affirmation selon laquelle les personnes interrogées devraient passer
    une journée par semaine en télétravail, 32 % de la population active européenne estime que
    cela est réalisable, c'est à dire 15 fois plus que le pourcentage télétravaillant effectivement
    une journée par semaine à domicile.

    Cette question sur la faisabilité du télétravail éclaire d'un jour différent la situation
    française. Les motifs invoqués pour lesquels le télétravail n'est pas réalisable sont les
    suivants : la relation en face-à-face avec des interlocuteurs, l'accès à du matériel, et enfin
    une organisation où le supérieur hiérarchique est hostile au télétravail. Notre pays se trouve
    dans une situation singulière puisqu'il est le dernier des grands pays de l'Union, loin
    derrière les pays nordiques. Ainsi, le retard relatif constaté dans les graphiques précédents
    trouverait son origine au moins partiellement dans une appréhension différente de la relation
    au travail, et une moindre appétence pour la nouveauté. Comme on le verra par la suite, les
    trois motifs de refus a priori du télétravail se retrouvent dans les situations concrètes pour
    justifier le refus du recours à cette technique organisationnelle.






    24

    « Je peux adapter mes horaires de début et de fin de service en fonction de mes
    préférences personnelles »



    Source: SIBIS GPS 2002, SIBIS GPS-NAS 2003


    Parmi certains avantages pouvant expliquer une appétence des salariés et des
    fonctionnaires pour le télétravail, la capacité à gérer ses horaires fait partie des points
    positifs souvent cités. Les personnes sondées ont été interrogées pour savoir si dans
    l'organisation du travail elles pouvaient adapter leur journée de travail en fonction de leurs
    contraintes personnelles. Le graphique ci-dessus indique que la France se place en milieu de
    tableau en termes de flexibilité horaire. Moins de 20 % des personnes interrogées en France
    sont complètement d'accord avec l'affirmation « Je peux adapter mes horaires de début et
    de fin de service en fonction de mes préférences personnelles », contre plus de 30 % en
    Allemagne par exemple. D'une manière lapidaire, il est possible de résumer les
    conséquences de cette situation en constatant que la rigidité de l'environnement du travail
    dans notre pays rendrait caduque la volonté d'utiliser le télétravail, dans la mesure où le
    ressenti de la population éligible est que les avantages annoncés ne seront pas accessibles
    pour des raisons sans rapport direct avec le télétravail, mais qui en rendent a priori les
    avantages inaccessibles.

    Ainsi, si les comparaisons internationales ne permettent pas de juger directement du
    retard de la France dans le domaine du télétravail, en raison des biais statistiques importants
    consécutifs à des différences de définitions qui rendent toute lecture directe impossible,
    elles permettent par petites touches de brosser un tableau intéressant des situations relatives.


    25

    S'il apparaît évident que notre pays n'est pas bien placé dans le jugement que l'on
    peut porter sur l'utilisation du télétravail, sans qu'il soit possible d'établir un classement
    chiffré, ces enquêtes laissent entrevoir une causalité basée non sur la relation entretenue
    avec les TIC, mais sur la relation au travail.

    Plus structurée, plus encadrée, moins flexible que dans d'autres pays,
    l'organisation du travail en France ne permettrait pas aux personnes de juger
    objectivement des avantages et des inconvénients de l'apport des nouvelles
    technologies par le biais du télétravail car les obstacles permettant son appropriation
    et son développement se situent bien en amont.


    Tous les témoignages recueillis indiquent que le développement du télétravail ne
    peut se réaliser que dans une relation de confiance entre employeur et salariés. Cette
    relation fonctionne dans les deux sens puisque le salarié doit être assuré que l'employeur le
    traitera sur un pied d'égalité avec ses collègues et que sa situation originale ne conduira pas
    à une surcharge de travail que n'auraient pas à subir ses collègues de travail dans un cadre
    traditionnel. A l'inverse, l'employeur doit être assuré que la quantité de travail à réaliser sur
    ce poste est bien effectuée. Au total, dans la situation française, c'est moins l'envie des
    salariés ou le besoin des entreprises qui n'est pas au rendez-vous, mais plutôt la nature
    conflictuelle de la relation qui bride le développement de cette forme d'organisation du
    travail. Dans les pays nordiques ou la culture du consensus est beaucoup plus développée,
    ces freins n'existent pas.



    II ­ 2 Le télétravail dans le secteur privé

    II ­ 2 ­ a L'évolution du télétravail : une progression plus ou moins rapide selon
    les acteurs concernés


    A l'origine, le télétravail a été présenté comme l'horizon nouveau du travail salarié,
    une conséquence naturelle des avancées de la société de l'information devant transformer la
    relation du travail, renforçant l'autonomie des employés, désengorgeant les centres urbains.
    Cette vision idéale, quasi mythique, ne s'est pas réalisée. Le télétravail n'étant apparu, trop
    rapidement dans un premier temps, que comme l'une des manifestations nouvelles d'une
    organisation productive de plus en plus caractérisée par la flexibilité, la mobilité, le
    décloisonnement et l'importance prise par les flux d'informations ; mal compris parce que
    mal présenté et insuffisamment expliqué, le télétravail avait mauvaise réputation et risquait
    d'être marginalisé à la longue.

    A dire vrai, tout jugement doit être nuancé. Le télétravail n'est sans doute pas la
    panacée aux problèmes qui caractérisent notre société, en matière d'aménagement du
    territoire, de revitalisation et de sauvegarde des zones désocialisées, d'environnement et de
    développement durable, encore moins de traitement du chômage. S'il n'apporte pas « la
    réponse », du moins apporte-t-il des réponses à nombre de problèmes.

    C'est la persévérance, on pourrait dire, la « foi » de certains, isolés ou regroupés au
    sein de réseau et d'associations, qui a permis, peu à peu, au télétravail de sortir de son
    ghetto. Les développements qui suivent vont tenter de démontrer, par des exemples, son
    utilité et la nécessité de le prendre en compte, comme outil capable d'apporter des solutions,
    d'imaginer le possible, face à une prise de conscience de plus en plus large d'une population
    ouverte aux conséquences des NTIC et sensible aux nouveaux besoins de la vie sociétale.

    26


    En revanche, alors que le télétravail marquait le pas, d'autres formes de travail se
    sont développées. Il en est ainsi, du « travail mobile ou travail à distance », qui se réalise en
    un grand nombre de lieux en fonction de leur adaptation ; il peut s'agir de l'externalisation
    de fonctions autrefois assumées au sein des entreprises telles que, l'informatique, le service
    client, la comptabilité, les ressources humaines voire la sécurité, ou encore de l'installation
    de sites aménagés susceptibles d'être des lieux de passages et de liaison entre salariés.

    L'ensemble de ces formes de travail usant largement des TIC, correspond
    parfaitement à la définition de l'e-travail dans laquelle l'Union Européenne, entre autres, a
    englobé le télétravail et aux dispositifs des accords exposés plus haut : ce qui conduit à
    penser qu'il n'y a pas vraiment de dynamique autonome du télétravail, distincte de celle
    plus large de l'e-travail.

    Au cours des deux dernières décennies, la prise de conscience réaliste et progressive
    de ce phénomène est apparue à certains assez forte et motivante pour conduire à des
    engagements ponctuels et circonstanciels d'entreprises, alors que l'impulsion des acteurs
    publics restait modeste et dispersée. Aujourd'hui, c'est non seulement un fait, reconnu mais
    un phénomène en pleine croissance.

    II ­ 2 ­ b Des expériences significatives mais d'importances inégales dans le
    secteur privé.


    Alors que les dirigeants de PME/PMI ont eu du mal à s'adapter, la mission a
    constaté le rôle de pionnier de certaines grandes sociétés. Elles n'ont pas hésité à se lancer
    dans l'application, d'abord expérimentale, de cette organisation du travail qu'offre le
    télétravail8 ; la taille des entreprises, l'importance de leurs personnels et du management,
    les besoins impérieux de ne pas se laisser dépasser par le progrès, l'attente de salariée, ont
    eu souvent un effet déterminant dans le lancement d'expérimentation et leur réussite.

    La mission n'a retenu que les résultats les plus significatifs qui lui ont été
    communiqués à l'occasion d'auditions, de réunions de travail, ou par des documents.
    Certaines expériences se sont inscrites dans le temps, elles ont été développées à partir d'un
    processus relativement lent, le plus souvent, fondé sur des circonstances ponctuelles et sur
    le bon sens car, répondant parfois à des besoins réels.

    .
    Air France

    La mission a étudié cette expérience à partir des documents qui lui ont été
    communiqués.

    Dans cette entreprise le télétravail a commencé à être mis en oeuvre autour des
    années 1994/1995. Il ne concernait alors, qu'un nombre limité de salariés et, en particulier,
    ceux qui en faisait la demande. En 2001, une étude a été lancée pour juger de l'opportunité
    de le développer ; elle a révélé que la pratique du télétravail à Air France se confondait avec
    le télétravail à domicile, apportant le plus souvent, une réponse à des demandes formulées
    par le salarié à propos, notamment, de déménagement du lieu de travail ou d'évolution de la
    situation personnelle.


    8 l'expression travail à distance sera également employée dans le développement de ce rapport

    27

    La maîtrise du dispositif, restait à ce stade, du domaine de l'entreprise. Par la suite
    deux accords sociaux se sont succédés :

    Un premier accord pour progresser ensemble 2002/2005 s'inscrivait dans un
    contexte économique concurrentiel. Il avait pour objectif l'amélioration de la rentabilité et
    la maîtrise des coûts de l'entreprise ; il prévoyait, en outre, un volet d'innovation sociale
    destiné à promouvoir des actions nouvelles dans le domaine de l'emploi et de la formation
    et disposait, à ce titre, d'un article (7.2) relatif au développement du télétravail au sein de
    l'entreprise : il s'agissait de définir un cadre général permettant d'ouvrir à un plus grand
    nombre de salariés l'opportunité du télétravail à domicile et de se mettre à l'écoute des
    pratiques innovantes de télétravail.

    Cet accord portait sur des thématiques précises :

    l'étude de la possibilité de mener des actions pilotes d'organisation du travail en liaison avec
    les entités,
    l'étude de la possibilité d'actions adaptées pour les salariés handicapés,
    la veille sociale relative aux initiatives menées au niveau européen et l'analyse des pratiques
    innovantes menées dans ce domaine,
    la rédaction d'une procédure de traitement des demandes et des modalités de mise en
    oeuvre, en référence à l'expérience menée consistant à recenser les règles législatives, les
    contraintes et conditions spécifiques du télétravail, à déterminer les compétences individuelles
    requises, à définir le lien avec l'entreprise, à mettre en place un bilan annuel individuel avant
    toute reconduction et à identifier les activités s'y prêtant.

    A l'issue de cet accord, après avoir dressé un bilan des actions menées, la procédure
    a été rédigée et rendue accessible au réseau « Ressources Humaines » et managers. De
    même, des actions d'information et de sensibilisation relatives à ce mode d'organisation
    du travail ont été mises en oeuvre auprès de ce réseau. Enfin, un guide du télétravail a été
    édité.

    Les mises en situation de télétravail se sont poursuivies à la demande de salariés ou
    dans le cadre d'actions adaptées pour les salariés handicapés. Des expérimentations
    d'organisations du travail en télétravail ont été menées dans un secteur de l'entreprise et se
    concrétisent aujourd'hui par la pérennisation de ces expériences et leur extension à d'autres
    services.

    Les sources statistiques (RH) établissent que près d'une quarantaine de salariés sont
    concernés dans des secteurs divers (informatique, commercial, juridique, conseil, achats,
    etc.).

    Nouvel accord triennal de gestion prévisionnelle de l'emploi (2006/2009)

    Cet accord, par rapport au contexte économique et aux changements en cours, a pour objectif
    d'anticiper les évolutions des métiers, d'accompagner la mobilité professionnelle et
    d'encourager la mobilité géographique, de façon à maintenir la compétitivité de l'entreprise.

    Le télétravail est repris dans cet accord et figure parmi l'une des solutions de prise en charge de
    l'accompagnement de la mobilité.

    Dans cette perspective, il est intéressant de souligner que : « l'entreprise s'engage, pendant la
    durée de l'accord, à ne procéder à aucun départ contraint collectif pour motif économique pour autant
    que les salariés concernés auront accepté d'entrer dans les dispositifs proposés leur garantissant un
    emploi. Dans ce cadre, face à certaines évolutions nécessaires de l'entreprise et lorsque tous les


    28

    dispositifs décrits dans l'accord auront été explorés, d'autres dispositifs externes pourront être mis en
    oeuvre de manière ciblée et sur la base du volontariat, après négociation avec les syndicats »

    C'est dans le Titre 2 de l'accord « prendre en charge et accompagner les parcours de mobilité
    professionnelle et géographique » que se positionne le télétravail. Il y est précisé « qu'en complément
    des solutions explorées et afin de régler, le cas échéant, des situations individuelles difficiles, des
    formules ponctuelles de télétravail pourront être envisagées, dans la continuité de l'expérimentation
    de l'accord APPE et pour autant que les conditions de prise en oeuvre du télétravail soient
    satisfaisantes ».

    Il faut analyser l'expérience d'Air France avec circonspection, à la fois dans ses
    aspects positifs et ses applications très profilées. Elle démontre, en effet, que le télétravail
    constitue pour cette entreprise, un mode d'organisation plutôt d'exception, relativement
    difficile à manager.

    Néanmoins, il permet de répondre à la demande de salariés et de résoudre des
    difficultés individuelles en évitant notamment, de se séparer de collaborateurs (exemples de
    fermeture de site sans possibilité de reclassement proche ou de collaborateur devant
    déménager pour suivre son conjoint) par des formules ponctuelles adaptées et d'accueillir
    des personnels handicapés. Il semble, selon les éléments communiqués que le télétravail
    « partiel », qui assure une meilleure continuité managériale, constitue une voie de
    développement plus prometteuse.

    IBM

    La mission a rencontré des membres de l'entreprise et a disposé de documents qui
    ont été mis à sa disposition.

    Cette entreprise a pris l'initiative d'aborder la question du télétravail dès les années
    1990. Il n'était pas question alors, à proprement parler, de télétravail et encore moins, de
    travail à domicile ; il s'agissait plutôt de mettre en place, par un programme mobilité, les
    conditions favorables et les moyens indispensables qui permettent de travailler « de
    n'importe où et n'importe quand ».

    C'est à partir de 1998, que la direction d'IBM a créé avec succès des « sites9 ou
    espaces de proximité » permettant aux collaborateurs d'accéder au réseau interne applicatif
    et téléphonique d'IBM, sans aller sur son site de rattachement, grâce à des outils de
    mobilité, des services et des règles (le travailleur mobile n'a pas de bureau personnel).
    Ces sites comportent des bureaux en libre service. Lorsque les outils de connexion à
    Internet se sont développés (cartes GPRS/UMTS/3G et ADSL), ils ont été attribués à
    certains collaborateurs en fonction de leurs responsabilités.

    Cela permet à l'entreprise d'augmenter le temps passé avec les clients,
    d'améliorer la réactivité et donc d'accroître la satisfaction des clients et, pour le
    collaborateur, cela lui permet d'améliorer l'équilibre vie privée/vie professionnelle.


    Ce programme est mis en place sur la base du « volontariat », par un accord
    manageur/collaborateur et la décision est « réversible » à la demande de l'une des parties.
    En principe, c'est le salarié qui demande à devenir un salarié mobile. C'est possible, à
    condition que cela soit compatible avec sa fonction (à ce propos le manager dispose d'un

    9 IBM a installé plusieurs sites dotés de prise réseau et de téléphone (6 en région parisienne dans l'axe ligne A du RER)

    29

    guide de ressources humaines). En fait, dans l'entreprise il y a plusieurs catégories : les
    sédentaires proprement dit, ceux qui passent par une transition vers la mobilité et les
    mobiles10 (ces deux dernières catégories représentaient 67% des salariés11 fin 2005).

    Ces aspects sont parfaitement en phase avec les dispositions des accords européens
    de 2002 et national de 2005. Les modalités d'application sont simples, les utilisateurs dits
    « mobiles » n'ont pas de bureau fixe, ils peuvent se connecter au réseau IBM avec les outils
    mis à leur disposition quel que soit le lieu physique où ils se trouvent (site IBM, client, gare,
    ...), ils ont accès aux mêmes applications que d'un site IBM et des règles de sécurité sont
    définies.

    Depuis 2004, IBM a mis en place le concept de « Dynamic Workplace » pour
    l'ensemble de ses collaborateurs : l'objectif est de « donner à tout employé d'IBM la
    possibilité d'accéder à l'information et de travailler de partout et à tout moment s'il le
    désire
    ». En 2004, 30% de la population IBM était mobile (plus de bureau attitré) et
    équipée, elle devait être portée à 50% en 2005 et à 75% avant la fin de 2006.

    Les enjeux de la mobilité chez IBM :
    Ils consistaient pour l'entreprise à créer une véritable dynamique d'entreprise, et à augmenter
    la performance globale, plus particulièrement :
    -augmenter la productivité,
    -améliorer le service aux clients (réactivité, efficacité),
    -améliorer l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle et les conditions de travail pour retenir
    et attirer les meilleurs,
    -améliorer la flexibilité et le choix des horaires par l'employé,
    -réduire le coût des immeubles.

    Ainsi, sur Paris, deux pôles sont concernés : la tour Descartes et le site Bercy. Sur ces deux sites
    la logique de « Dynamic Workplace » consistait a supprimé la quasi totalité des bureaux attribués, ceci
    venant enrichir la dizaine de « petits sites de proximité » déjà disponibles pour offrir des facilités et des
    services à forte valeur ajoutée, d'usage ponctuel. Les collaborateurs travaillent donc soit de chez leur
    client en priorité, soit sur ces sites de proximité, soit à domicile s'ils le souhaitent.



    10 les travailleurs mobiles s'occupent de maintenance, sont des commerciaux, appartiennent à des équipes réparties sur
    plusieurs lieux.
    11 IBM c'est 10 000 collaborateurs dont 90% disposent d'un ordinateur portable

    30

    IBM France - Mobilité en fév. 2006
    Résumé Mobiles - Sédentaires
    1%
    33%
    66%
    Mobile
    Sédentaire
    Domicile / Production




    IBM France - Mobilité en fév. 2006
    Détails par catégorie
    0%
    4%
    1%
    33%
    43%
    19%
    Site client
    Mobile
    Transition vers Mobilité
    Sédentaire
    Production / manuf
    Travail à domicile


    Les catégories :
    · M: Mobile
    · T: Transition vers mobilité
    · C: Travail chez un client
    · H: Travail à domicile uniquement
    · S: Bureau traditionnel (sédentaire)
    N: Lieu de travail traditionnel hors bureau


    Il ressort de cette expérience que l'entreprise IBM a su ne rien imposer tout en
    s'adaptant ; elle a été vigilante à la fois, en progressant régulièrement dans le domaine
    technologique et en tenant compte des problèmes psychologiques. Elle est parvenue à faire
    évoluer l' « état d'esprit » par une motivation partagée, faisant en sorte que les
    collaborateurs se sentent intéressés, compris et puissent faire un choix déterminé, certains

    31

    salariés ne voulant pas travailler à leur domicile « je ne travaille pas chez moi, parce qu'on
    me croirait au chômage ! ».

    Or, le travail permanent à domicile ne concerne jamais que 15 à 20 personnes et
    correspond à des cas particuliers, le plus souvent, provisoires ou encore, à des postes
    pouvant être réservés à des handicapés. C'est le travailleur mobile qui est le plus concerné,
    il lui est recommandé de travailler, selon l'opportunité, alternativement, depuis le site
    aménagé, de chez le client ou de son domicile (à raison de 2 à 3 jours par semaine). Par sa
    souplesse, cette organisation est efficace, elle évite l'isolement du salarié par la création de
    nouveaux pôles de « communauté » grâce aux sites ou espaces de proximité.
    C'est un changement culturel bien accepté où les manageurs ont un rôle primordial
    dans cette transformation. Selon l'entreprise, cela aboutit à la quasi suppression de
    l'absentéisme, à une incontestable intensification du travail (on travaille plus vite et mieux).
    Il reste, par ailleurs, encore très difficile de quantifier les autres effets de ce travail mobile.

    Une étude de Cesmo Consulting12, et les extraits du Livre Blanc13 : « La mobilité en
    Entreprise » (livre Blanc destiné aux entreprises désireuses de mieux cerner les enjeux de la mobilité)
    apportent l'une et l'autre, des éclaircissements sur l'évolution de l'organisation du travail et complètent
    utilement l'apport de l'entreprise IBM.

    Le Livre blanc est d'autant plus intéressant qu'il s'inscrit dans une démarche déjà engagée en
    Suède qui consiste à substituer depuis le début des années 2000 la notion de travail mobile (travail
    nomade et pendulaire) à celle de télétravail. Certains managers ont compris l'intérêt de cette
    organisation du travail et jouent honnêtement la carte du gagnant/gagnant tant pour l'entreprise que
    pour le salarié (la réussite étant à ce prix). Le constat est alors positif outre, la souplesse extrême de
    gestion, le travail mobile apporte une réponse satisfaisante au risque de désocialisation14, par le
    maintien des liens sociaux, grâce à des sites aménagés, il sauvegarde un minimum de contacts entre
    salariés, il peut accroître la productivité sans nuire à l'équilibre vie professionnelle/vie privée.

    « Jusqu'à très récemment encore, des freins pesaient sur le développement de la mobilité en
    entreprise. Plusieurs éléments ont significativement modifié la donne ces derniers temps, à la fois en
    termes d'équipements et terminaux mobiles, de réseaux et coûts, et d'applications disponibles.

    Le recours aux solutions mobiles permet ...à chaque collaborateur nomade de reconstituer à tout
    moment son environnement d'information et de communication. Il devient à la fois plus autonome et
    plus proche de l'entreprise, plus réactif, ..., mieux à même d'aménager son mode et son temps de
    travail
    , d'accélérer et de fiabiliser la prise de décision en tout lieu..., autant de bénéfices susceptibles
    de se traduire immédiatement en résultats opérationnels et en gains de productivité : amélioration des
    temps de cycle (prise de commande, facturation), optimisation des tournées, augmentation du temps
    passé sur le terrain et en face du client, réduction des erreurs, des litiges...

    On peut distinguer 3 grandes familles de mobilité, correspondant à des usages et à des besoins
    distincts d'accès à l'information :
    -
    La mobilité interne ou intra-entreprise : la mobilité interne correspond en majorité à des personnes
    appelées à se déplacer fréquemment sur un même site entre des bureaux et des salles de
    réunion, ou sur des sites très étendus,..., les techniciens internes dont le rôle est d'intervenir
    partout et n'importe quand dans l'entreprise afin de collecter des données et les transmettre au
    système d'information correspondent aussi à cette définition de « mobilité interne ».

    - La mobilité extra-entreprise partielle : ce type de mobilité correspond à des personnes au
    nomadisme restreint, présentes par intermittence dans les locaux de l'entreprise ou sur un même
    site. Leur besoin est double : communiquer en temps réel avec leur siège ou leur centre de
    rattachement, et effectuer des relevés.


    12 étude Cesmo/Bouygues Télecom, juillet 2004 « les 100 acteurs de référence de la mobilité en entreprise »
    13 coordonné pour l'EBG par Eric Tschiember, réalisé en partenariat avec IBM et SYMBOL
    14 risque majeur du travail à/au domicile

    32

    -
    La mobilité extra-entreprise étendue : elle correspond à un nomadisme important des personnes.
    Certains métiers ou fonctions ont vocation à être la majeure partie de leur temps sur le terrain, en
    extérieur. Leur besoin est alors d'échanger de l'information sur une vaste zone géographique,
    avec un roaming éventuel entre plusieurs technologiques réseau et une adaptation du débit offert,
    afin d'assurer la continuité de l'accès à l'information.

    Des enjeux importants pour les entreprises, leurs clients, et leurs collaborateurs, en termes de gains
    potentiels et d'impact sur le fonctionnement.

    Selon l'étude de Cesmo Consulting15, la hiérarchie des bénéfices cités par les entreprises ayant mis
    en place de nouvelles applications mobiles s'établirait comme suit : déclaratif, plusieurs choix
    possibles :
    -
    59% de gain de productivité et de temps,
    -
    21% d'accélération de la prise de décision,
    -
    9% de réduction de coûts,
    -
    6% d'amélioration de la satisfaction client,
    -
    5% d'aide à la vente,
    Les solutions de mobilité, en contribuant à optimiser les processus métiers, la qualité du service rendu
    et les délais, ont un impact direct sur le niveau de satisfaction des clients. En terme de gains
    potentiels pour les collaborateurs, on peur citer une amélioration globale des conditions de travail, à la
    fois en termes d'efficacité, de réactivité, de disponibilité... (amélioration de la réactivité grâce à des
    processus plus fluides et/ou plus courts, diminution des besoins en fonctions supports, moins de
    doubles saisies, amélioration de la productivité des personnes en déplacement,..., amélioration
    générale de la qualité...

    La problématique clé de la sécurité
    Il faut prévoir d'assurer l'intégrité des échanges dans les environnements mobiles, la confidentialité
    des données et la sécurité au niveau de chaque terminal ».

    Les points forts qui ressortent de cette étude sont la capacité accrue de réactivité
    étroitement liée à celle d'une autonomie nouvelle organisée dans le cadre d'un accord entre
    le manager et le salarié. Le résultat est positif s'il est « gagnant /gagnant » pour les deux
    parties, grâce au respect de différents paramètres, l'établissement de l'autonomie, de la
    responsabilisation par la confiance partagée, moteurs inséparables pour réussir et aboutir à
    l'optimisation du temps de travail et du temps privé.

    ADECCO

    Selon les informations fournies à la mission, cette entreprise a une expérience
    récente et modeste du télétravail. Sur 5000 employés, il n'y aurait, à ce jour, que 2 salariés
    permanents qui travaillent en télétravail. Cette organisation a été mise en place à la demande
    des 2 salariés.

    L'un est responsable d'un observatoire statistique et travaille en région Centre, l'autre crée un
    nouveau service qui est une plate forme de compétences pour les personnes handicapées et travaille
    en Bretagne. Cette forme de travail a été rendue possible car, les 2 postes sont uniques dans
    l'entreprise et bénéficient d'une très large autonomie.

    L'entreprise a rencontré des obstacles majeurs à surmonter, en ce qui concerne l'équipement
    informatique d'une part, pour des raisons de sécurité informatique et d'autre part, les aspects
    juridiques liés au contrat de travail. Les 2 salariés participent aux réunions d'équipe mensuelles et se
    déplacent en fonction des besoins. Ils sont en relation permanente avec leur service, avec le réseau
    des agences (téléphone, intranet, ...) et avec les candidats et les clients.

    Une autre expérience concerne celle de la délégation d'une intérimaire en télétravail, s'agissant
    d'une personne lourdement handicapée (tétraplégique) qui était informaticienne ; la mission a été

    15 étude Cesmo/Bouygues Télecom, juillet 2004 « les 100 acteurs de référence de la mobilité en entreprise »

    33

    interrompue, car la personne vivait difficilement son isolement ; elle avait besoin d'un entourage
    professionnel de proximité.

    Ainsi, outre, le risque d'isolement qui doit être combattu, il est nécessaire que le télétravailleur ait
    une expertise reconnue et une réelle capacité d'autonomie dans son travail.

    Deux autres conditions importantes de la réussite du télétravail parfois implicites
    méritent d'être soulignées :

    · Les personnes qui exercent leur activité professionnelle en télétravail doivent
    avoir une grande maturité professionnelle ;

    · Elles doivent disposer d'une grande capacité d'organisation de leur temps de
    travail, de façon à ne pas empiéter sur leur vie personnelle et familiale (nécessité
    d'un espace dédié à l'activité professionnelle et d'un moyen de traçabilité de
    l'activité).

    ALCATEL


    L'établissement Alcatel CIT de Vélizy abrite, outre la Direction Générale, les services supports
    (Directions Financière, Juridique, ...) les fonctions commerciales et des activités techniques dotées de
    plate-formes.

    Les collaborateurs, à plus de 80% ingénieurs ou cadres, sont tous dotés dans le cadre de leur travail
    d'un ordinateur fixe ou portable et un nombre significatif d'entre eux pratiquent régulièrement le
    nomadisme (exemple : raccordement à partir d'un aéroport avec une ligne ADSL via une liaison sur le
    VPN de la Société).

    De plus, les modifications d'organisation, la mobilité professionnelle avaient généré une dispersion
    des domiciles à grande échelle sur la Région Parisienne générant parfois de longs temps de transport
    Malgré 23 lignes de cars société en complément des moyens de transports en commun existants.

    C'est donc assez naturellement que début 2003 la Direction de l'Etablissement, avec l'accord de la
    Direction Générale, a proposé aux partenaires sociaux d'expérimenter le télétravail sur le site.

    Les partenaires sociaux se sont montrés dès le départ intéressés par l'expérience et une commission
    tripartite a été créée pour servir de lieu d'échange et de suivi :
    -
    Membres du CE ;
    -
    Membres du CHSCT ;
    -
    Direction de l'Etablissement.

    Dès février 2003, l'expérience a débuté avec 20 volontaires (tous cadres, dotés professionnellement
    d'un ordinateur portable et connecté à un des 4 PABX de l'Etablissement qui à l'époque était le seul
    compatible techniquement).

    Entre mi-2003 et mi- 2004, l'Etablissement a déménagé dans des locaux neufs (à 800 mètres) et les
    PABX étant bien entendu tous désormais compatibles. Il a été décidé d'étendre l'expérience à 50
    télétravailleurs volontaires
    représentant tous les métiers abrités sur le site.

    Dès que l'expérience a débuté et a donc été connue, un afflux de demandes de télétravail a convergé
    vers le service du personnel, démontrant, s'il en était besoin, l'attente d'une partie du personnel dans
    ce domaine (on peut estimer les candidats à plus de 20% de l'effectif salarié).

    En l'absence de dispositions légales ou réglementaires françaises en la matière, nous nous sommes
    inscrits dès le début dans les dispositions de l'Accord Cadre Européen du 16 juillet 2002 puis de l'ANI
    du 19 juillet 2005 :

    34

    -
    Avenant ou contrat de travail ;
    - Volontariat
    ;
    - Réversibilité
    ;
    -
    Un ou deux jours par semaine (79% des télétravailleurs de l'expérience ont opté
    pour 1 jour
    ) ;
    -
    Matériel mis à disposition par la société ;
    -
    Remboursement de la ligne ADSL ;
    -
    Assurance par la société.

    Cette phase d'expérimentation a permis de fiabiliser les outils et à partir de questionnaires réguliers de
    mesurer les incidences sur la vie privée, les transports, le travail, ...
    Les salariés sont ainsi les ambassadeurs de leurs produits (ADSL, ...)
    Les enquêtes ont été élaborées en concertation avec le groupe de travail tripartite et les résultats
    comparés et analysés.

    La Direction Générale d'Alcatel CIT a décidé, capitalisant sur l'expérience de l'Etablissement de
    Velizy, d'étendre le télétravail à l'ensemble des établissements CIT en France ( sept
    établissements, 7000 salariés).

    La DRH d'Alcatel CIT, après un ultime bilan de l'expérience avec la commission tripartite de Velzy,
    dans les prochaines semaines, va inviter à négocier les Délégués Syndicaux Centraux en vue de
    parvenir à un accord.

    Avant d'entrer dans cette phase de négociation Société, la DRH s'est donné les moyens de réussir
    cette opération :
    - Nomination d'un chef de projet dédié à cette opération, venant de fonctions
    opérationnelles.
    -
    Réunion dans les principaux services dans tous les établissements afin d'échanger
    sur le sujet et recueillir les suggestions de la hiérarchie
    ; ce point est
    vraisemblablement le plus important car Alcatel estime que la possibilité d'ouverture
    du télétravail à tous les établissements(conditionné néanmoins à l'accord de la
    hiérarchie au cas par cas) est de nature à modifier les méthodes de management,
    d'organisation et même certains process, ce qu'on appelle la
    «
    conduite du
    changement ». A l'issue de cette phase d'échange un certain nombre d'outils ont été
    élaborés et feront partie intégrante des discussions avec les partenaires
    sociaux (guide pratique du télétravail pour les managers, outil d'auto-diagnostic).

    L'implication de la Direction Générale, l'adhésion de la hiérarchie, la volonté d'ouverture des
    partenaires sociaux sur ce sujet et l'attente d'une partie du personnel devraient conduire à un accord
    fin 2006- début 2007 à Alcatel CIT pour une mise en oeuvre dès 2007


    Cette expérience s'inscrit parfaitement dans les dispositions de l'ANI, elle a la
    particularité d'être impulsée et suivie par une commission tripartite associant : membres du
    CE, du CHSCT et de la direction. Elle a débouché sur un process de la conduite du
    changement, un guide pratique pour les managers et la mise en place d'un outil d'auto-
    diagnostic. Cette procédure transparente et partagée semble donner de bons résultats
    puisqu'un accord est envisagé pour répondre à l'attente de certains personnels (estimés à
    plus de 20%).

    EDF et GDF
    Ces observations sont tirés d'un document16 établi en mai 2001 et intitulé : « Le travail à
    distance, l'expérience du télétravail à EDF et Gaz de France ». Cette expérience a débuté

    16 Pour la France, c'est à la Mission Télétravail d'EDF-Gaz de France, ...que nous devons cette étude, composée d'une partie
    monographique réalisée par Patrick Gilbert et Emmanuelle Frank, d'Entreprise & Personnel et d'un commentaire de deux
    chercheurs du CIFRIO (Québec), Réal Jacob et Anne Bourhis.

    35

    autour des années 1990 avec une phase particulièrement active liée à la création d'une
    mission Télétravail.

    Plusieurs chantiers ont été conduits dans l'une ou l'autre des deux entreprises par la Mission
    Télétravail...
    .
    En 1998, EDF et Gaz de France décident de développer le travail à distance en se donnant pour
    objectif l'amélioration de la compétitivité, doublée d'initiatives sociales. La création d'une Mission
    Télétravail s'est avérée opportune dans un contexte d'accélération des changements
    organisationnels.

    Parmi quatorze projets de télétravail, trois sont évoqués ici. Ces trois cas s'inscrivent dans un contexte
    de réformes des activités commerciales, comptables et d'expertise gazière.

    -
    Le cas n°1 qui participe de la réorganisation de l'activité « marché de clientèle » a
    pour objectif l'amélioration des conditions de management et de fonctionnement en
    situation de travail à distance. La mise en oeuvre du projet commercial a eu pour
    conséquence une réponse « télétravail remède ».

    -
    Le cas n°2 qui participe de la réorganisation de l'activité comptable a pour objectif
    l'accélération de l'évolution des organisations dans le cadre d'une réforme de
    structures, une plus grande fluidité de la gestion des compétences, la création de
    réseaux de coopération étendus et, in fine, la séparation des structures et des
    organisations territoriales. La réflexion tactique sur la réforme comptable a abouti à
    une réponse « télétravail outil ».

    -
    Le cas n°3 qui participe de la réorganisation de l'activité gazière a pour objectif
    l'amélioration des performances et des relations aux clients, l'innovation et le
    développement d'activités et, in fine, une plus grande réactivité en mode projet entre
    experts et exploitants. La réflexion stratégique sur l'expertise gazière a donné lieu à
    une réponse « télétravail innovation ».

    Un Bilan a été établi pour chacune de ces trois expériences :

    1. Les besoins détectés sont triples et font référence aux outils liés au travail à distance, au
    savoir-faire en matière de contribution au réseau commercial et à l'organisation personnelle
    (utilisation des NTIC, gestion du temps et des priorités). En outre, s'agissant du
    perfectionnement individuel et collectif, la Mission Télétravail joue un rôle important. Les
    actions de perfectionnement ont abouti à l'élaboration d'un cahier des charges « formation
    au travail à distance
    ».

    A ce stade, avait été souligné que, depuis avril 2000, l'organisation des agences
    commerciales avait évolué. En effet:

    -
    Le nombre d'agences a été réduit ;
    -
    Les gestionnaires de contrat ont rejoint les agences (en exerçant leur travail à
    distance depuis leur centre respectif) accroissant, de ce fait, la proportion du
    personnel géré à distance.

    2. Tout d'abord, l'encadrement met en avant la disponibilité, l'écoute, la flexibilité et l'adaptabilité
    comme conditions nécessaires au management à distance.
    Les salariés expriment, entre autres :
    -
    Leur satisfaction quant au soutien dont ils bénéficient sur les plans technique,
    psychologique et professionnel de la part de leur hiérarchie de proximité et à distance
    de leur centre d'origine, quant au climat social au sein des équipes (intra et inter-
    centres), à l'égard de leur environnement de travail et de leur équipement
    informatique, à l'égard de leur autonomie, (ce qui de leur point de vue contribue à les
    responsabiliser) ;
    -
    La crainte de voir leur charge de travail augmenter.

    La phase de lancement du projet a« conjugué à la fois des effets organisationnels et
    d'apprentissages d'un mode d'organisation en groupware, voire en workflow ».


    36

    Il est apparu clairement que l'organisation du travail à distance impliquait pour le
    management :

    -
    Un effort soutenu en matière d'animation des équipes à distance ;
    -
    La création d'un climat de confiance, non seulement au sein des équipes encadrées,
    mais aussi dans les échanges entre les équipes des différents centres.

    Et pour les salariés :
    -
    Le maintien de leurs compétences comptables ;
    -
    L'appropriation volontaire d'un fonctionnement coopératif générant un « esprit de
    corps » inter et intra-équipes ;
    -
    L'évolution des comportements individuels vers la recherche d'information, pour leur
    propre usage et pour alimenter une connaissance collective.

    3. Il ressort que la formation des experts à distance est un point méritant une attention
    particulière. En effet, le besoin de savoir mieux organiser se fait sentir. Par ailleurs, la mise en
    place de bureaux de proximité auprès des clients permet tout à la fois de :


    -
    Diffuser l'idée du travail à distance sur le terrain ;
    -
    Mieux comprendre les besoins du client ;
    -
    Concilier la vie professionnelle (conditions de travail personnelles) et la qualité de
    la vie
    des experts à distance.

    Dans le même temps, une disponibilité plus grande de l'expert est attendue des clients. La
    situation de travail à distance implique, plus de rigueur dans l'organisation du temps de
    travail
    . Le bureau de passage est devenu un droit acquis : il est entré dans les moeurs.

    Cependant, il est souligné : que sa gestion met en évidence certains dysfonctionnements
    (augmentation de la charge de travail des secrétaires, agenda, connexions informatiques,
    plages de réservation du réseau...). En dernier lieu, le bureau de passage présente le risque
    de se transformer en second bureau.


    Quelques enseignements transversaux :

    -
    Les salariés comptables souhaitent demeurer dans leurs centres d'origine pour ne pas
    déménager et pour ne pas changer de métier. Leur refus de mobilité a été à l'origine
    du mode d'organisation retenu.
    -
    Les commerciaux se sont vus fonctionner à distance du jour au lendemain. Les
    personnels se sont donc pliés à ce nouveau mode d'organisation, qui à bien des
    égards ressemble à celui des agences comptables.

    Les salariés délocalisés du Centre d'expertise opérationnelle et de services (CEOS) ont plutôt gagné
    en qualité de vie et en conciliation vie professionnelle/vie privée.
    Dans l'ensemble, les salariés de ces trois cas ont développé leurs facultés d'adaptation
    (intégration au quotidien des technologies de l'information, reporting ...) ainsi que leur
    autonomie doublée d'un accroissement de responsabilité.

    Il n'y a pas de réponse « télétravail standard », les réponses « télétravail », dans les trois cas, ont
    été introduites de manière différenciée.


    Cette étude déjà ancienne garde son actualité, elle permet d'insister sur les points
    suivants :
    · Nécessité d'une formation au travail à distance ;
    · Adaptation du management en matière d'animation, d'organisation et de suivi du
    personnel ;
    · Instauration d'un climat de confiance ;
    · Appropriation par le salarié d'un fonctionnement coopératif inter équipes ;

    37

    · Développement de l'autonomie en contre partie de l'apprentissage de la rigueur
    dans l'organisation du temps de travail.

    Bouygues Télécom

    L'audition et les documents transmis ont permis de cerner l'ensemble du dispositif
    mis en place.


    L'entreprise compte plus de 7300 collaborateurs répartis dans les principaux métiers suivants :
    -
    Marketing, commercial et centres d'appel :
    Réseau (ingénierie, déploiement et exploitation) et informatique (la programmation étant
    externalisée) ;
    -
    Fonctions classiques (achat, finance, gestion, communication, RH...)

    Plus de 4000 collaborateurs travaillent en Ile de France, les métiers présents en province sont les
    centres d'appel, le commercial et le réseau.

    Bouygues Télécom n'a pas eu l'occasion de développer le télétravail depuis sa création en 1994 ; le
    fonctionnement de l'entreprise a toujours été essentiellement transverse dans ses deux phases de
    développement, nécessitant des échanges permanents et multiples entre les équipes :
    -
    1995-2002 - fort développement de l'entreprise principalement en mode projet.
    -
    Depuis 2002 - exploitation et développement des activités dans une organisation par
    métiers interdépendants ;

    Dans ce fonctionnement transversal, les développements récents dans les NTIC (et notamment, dans
    les outils de mobilité) ont conduit Bouygues Télécom à lancer récemment un pilote sur le concept du
    « bureau mobile » pour 14 collaborateurs volontaires.
    Il s'agissait d'optimiser les changements d'ordre technologique et prendre en compte les changements
    sociétaux. On relève parmi les changements technologiques :

    -
    Le poste de travail informatique devient l'outil principal de gestion de l'efficacité
    personnelle (gestion du temps, des projets, de la connaissance, travail collaboratif,
    etc.) ;
    -
    Ce poste de travail devient multi-services (PC et téléphone, pro et perso et de plus en
    plus (trans)portable) ;
    -
    Il permet de communiquer par différents canaux : mail, téléphonie par Internet (IP),
    vidéo conférence, messagerie instantanée...
    -
    Dans un monde où l'on est facilement et de plus en plus souvent « connecté » grâce à
    la multiplication des réseaux haut-débit (Wifi/ADSL/EDGE et demain HSDPA) ;
    -
    Des outils de partage de documents et de travail collaboratif permettant de travailler à
    distance sur un même document ou sur un tableau virtuel partagé...
    -
    Chacun accède à son environnement personnel par Internet depuis le travail comme
    on peut accéder à son environnement de travail de chez soi...

    Les nouvelles aspirations des collaborateurs sont les suivantes :
    -
    « Ma rémunération n'est pas toujours le plus important car l'environnement le devient
    tout autant » ;
    -
    « Je suis prêt à m'investir mais j'accorde aussi une grande importance à mon équilibre
    personnel » ;
    -
    « Je cherche à progresser mais pas à n'importe quel prix ; la carrière de mon conjoint
    est aussi important » ;
    -
    « Je préfère la culture du résultat plutôt que des horaires (vers plus de liberté) » ;
    - «
    L'informatique et le monde des contacts virtuels (internet, messagerie
    instantanée...) me sont familiers et me permettent d'être plus efficace et de mieux
    gérer, la contraction du temps. Je peux donc travailler aussi bien à distance » ;
    -
    L'appel de la province : 40% des démissions 2005 et 2006 à l'informatique sont
    motivées par un départ en province...


    38


    Les points forts de cette expérience portent sur :
    · Le pilotage du concept de « bureau mobile » ;
    · Le volontariat des salariés ;
    · La prise en compte des changements technologiques et leur incidence sociétale ;
    · La dotation des personnels concernés d'un équipement performant ;
    · La prise en compte des nouvelles valeurs sociétales.

    Tokheim Services France SAS

    Dans cette société17, le recours au télétravail est encadré par un accord18 signé le 7
    juillet 2005, dont le préambule souligne que le personnel français a vu son travail évoluer
    « vers plus de nomadisme en terme de communication et de lieux où s'effectue réellement
    le travail ». Il est intéressant de souligner que cet accord devance l'ANI (du 21 juillet 2005)
    et fait référence à l'accord européen signé en juillet 2002.


    L'intérêt de cet accord tient à plusieurs aspects :
    -
    Une organisation « volontaire » du télétravail, il peut faire partie de la description du
    poste dès l'embauche ou être l'objet d'un avenant qui modifie le contrat de travail
    initial.
    -
    Le passage au télétravail est précédé d' « une période probatoire de trois mois,
    renouvelable une fois » (avec possibilité de formation spécifique).
    -
    Un principe de « réversibilité », le télétravailleur conserve la possibilité de demander à
    revenir, à tout moment, dans les locaux de l'entreprise.
    -
    Le responsable hiérarchique assure, pour éviter l'isolement, un contact régulier et
    transmet des informations sur l'entreprise. Il contrôle l'activité du salarié et réalise son
    évaluation annuelle.
    -
    L'employeur s'engage à respecter la vie privée du télé travailleur, celui-ci garantissant
    la confidentialité des informations reçues.
    -
    L'entreprise fournit un ordinateur portable équipé, une connexion internet et un accès
    à l'intranet, du mobilier de bureau et assure, le cas échéant, le dépannage
    informatique. Le matériel demeure la propriété de Tokheim, l'utilisation de ces
    équipements, pour lesquels le salarié doit s'assurer contre le vol, est réservée à
    l'activité professionnelle.
    -
    Le télétravail peut être proposé par l'employeur, dans le cadre de mesures visant à
    éviter des suppressions d'emplois. Une compensation financière est alors due au
    salarié concerné.
    -
    Une dérogation au Code du travail. Les signataires utilisent une possibilité, qui est
    ouverte par la loi du 4 mai 2004 réformant les règles de la négociation collective (v.
    Légis.soc.-CI-n°8482 du 13 mai 2004), pour déroger, par accord d'entreprise, à la loi.
    En l'espèce19, il s'agit de la disposition relative au repos quotidien minimal de 11
    heures entre deux journées de travail.

    L'exemplarité d'un accord très complet précédent l'ANI et soucieux d'apporter le
    plus de garanties tant à l'entreprise qu'aux salariés.

    Des organismes motivés en attente d'une implication plus significative de l'Etat

    17 Tokheim est détenue par la firme d'investissement, filiale d'AXA, AXA Private Equity. La société compte un millier de
    salariés en France et 2500 dans le monde.
    18entre la direction et les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO
    19 le télétravailleur doit accepter le statut de cadre autonome. Dès lors, la disposition légale sur le repos quotidien minimal de
    11 heurs ne lui est plus applicable. L'accord déroge sur ce point au Code du travail, comme le permet la loi du 4 mai 2004.
    Selon les signataires, cette disposition permet au salarié de choisir une organisation incluant une interruption prolongée de la
    journée de travail, s'il souhaite vaquer à d'autres occupations.

    39


    Caisse d'Epargne (Ile de France)

    La note communiquée par la Caisse précise que cette expérimentation
    organisationnelle a été principalement fondée sur la disponibilité des commerciaux dans le
    cadre d'un accueil de qualité en agence. En ce qui concerne le back office, c'est une
    organisation en plateformes ; les contraintes de sécurité et de confidentialité obligent à des
    regroupements physiques. Les infrastructures de la région Ile de France facilitent ce type
    d'organisation centralisée.
    Cependant, malgré les freins inhérents à cette activité, au positionnement
    géographique et aux habitudes de l'entreprise, le télétravail est devenu une réalité. En effet,
    la Caisse d'Epargne Ile de France, met en oeuvre, dans le cadre de sa « mission
    handicapés
    », le maintien dans l'emploi par le télétravail. Ce qui permet également
    d'identifier les contraintes liées à la sécurité informatique et aux pertes éventuelles de
    partage de l'expérience.

    La mission a déjà relevé tout l'intérêt que représente, sous certaines conditions, le
    télétravail pour le maintien dans l'emploi notamment des handicapés.

    La chambre des notaires de l'Ile de France.

    Le livre blanc intitulé « Le télétravail : un nouvel atout pour le Notariat » développe
    la solution technique mise en place par la CNIP20 pour les notaires de la région parisienne.
    Ce document s'analyse comme un guide pratique, utilisable par tous, présentant au
    télétravailleur comme à son employeur les points à étudier avant de mettre en oeuvre un
    contrat de télétravail.

    Le réseau privé virtuel intranotaires a été conçu et développé dans une optique de sécurité
    d'échanges des données.
    La solution monoposte : c'est un équipement conçu à partir d'un cahier des charges de la CNIP et
    développé par la société Navista en vue du télétravail notarial. Il intègre le meilleur état de l'art en
    matière de sécurité des réseaux...Un audit réalisé en avril 2006 par la société Provadys a attesté de
    la robustesse de cette solution.
    La formation du personnel constitue l'un des moyens les plus importants pour assurer la sécurité des
    systèmes et des données. Il est nécessaire, en effet, de garder à l'esprit les conséquences
    économiques des pertes de productivité liées à la propagation des virus, de là, l'établissement de
    chartres utilisateurs.
    Le monoposte offre la possibilité, via le SAS installé à l'office, de se connecter au réseau Intranotaires,
    avec un niveau de sécurisation élevé. Parallèlement, au développement de l'appareil lui-même et de
    son interface embarquée, une interface spécifique, installée sur le SAS de l'office a été développée,
    avec pour objectif, de contrôler totalement la connexion du télétravailleur au réseau. L'ensemble des
    contraintes prises en compte pour la mise au point de cet outil a été spécifié par les membres du
    groupe télétravail de la CNIP.



    II ­ 2 ­ c Le rôle incitatif des pouvoirs publics reste modeste

    On peut faire remonter le démarrage du télétravail au début des années quatre-vingt.
    Il reposait alors sur des considérations souvent utopiques, le rêve de voir le repeuplement
    des campagnes, la disparition des cités-dortoirs, la transformation des quartiers sinistrés, le
    désengorgement des villes, la suppression du stress de la vie professionnelle, alors que

    20 chambre interdépartementale des notaires de Paris

    40

    commençait à se développer, dans les services et le secteur tertiaire en général, un usage de
    plus en plus fréquent des technologies de l'information et de la communication.

    Le Fonds pour l'insertion professionnel des personnes handicapées (AGEFIPH).

    Il est à noter que l'AGEFIPH a souligné ne pas disposer de données chiffrées
    relatives au nombre de télétravailleurs handicapés mais, intervient au travers de la
    mesure « accessibilité des situations de travail ». Par ce dispositif, elle peut être amenée à
    faciliter l'activité professionnelle d'un travailleur handicapé en situation de télétravail, que
    ce soit pour une embauche ou un maintien dans l'emploi (cas le plus fréquent).

    Dans le cadre de la mission, l'AGEFIPH a interrogé quelques instructeurs et a
    procédé avec eux à une brève analyse des quelques cas récents qui suivent :


    Mesure« accessibilité de la situation de travail » (contenu non exhaustifs)

    Equipement bureautique :

    Ordinateur et imprimantes portables, connexion internet, téléphone portable, siège et bureau, plan
    de travail, caisson de rangement
    Equipements informatiques, aménagements ergonomiques du poste de travail, frais de mise en
    service des lignes téléphoniques, abonnements annuels, travaux d'installation des prises
    électriques

    Système de diffusion spécifique (routeur), un ordinateur, logiciel de montages sonores, console de
    mixage, lecteur CD, micro, insert téléphonique, matériel de bureau, ligne électrique spéciale,
    prestations de services pour installation et formation

    Aménagement ligne téléphonique, ,fax, photocopieur, imprimante, scanner, table de lit roulante et
    inclinable (travail en position allongée), siège et plan de travail adaptés, repose-pieds, armoire
    haute de rangement, éclairage direct/indirect, formation sur logiciels


    Création d'un bureau

    Accessibilité de la situation de travail/aménagement d'un bureau dans des locaux d'habitation et
    équipement de celui-ci

    Analyse de quelques situations de télétravail :

    Identité de la
    Activité
    Situation de la
    Organisation du télétravail
    personne
    personne
    handicapée
    par rapport au
    télétravail
    âge handicap
    entreprise salarié
    21 maintien
    motifs
    durée aménagement lieu financements Opérateurs
    réalisé
    mobilisés
    1 38
    Cat.C
    Apibio
    resp

    X Eviter
    1Jj
    Accessibilité
    domi x
    Ergonome
    fatigabilité semai Equipement
    transport
    ne
    bureautique
    2 33
    Cat
    B
    Urapeda
    agent

    X Handicap
    mi-
    Accessibilité
    domi Co-finan
    Cellule
    administ
    aggravé
    temps Equipement
    Agefiph
    maintien
    bureautique
    Somme/
    ergonome
    3 52
    Cat
    C
    CRES de chargée

    X fatigabilité
    à
    Accessibilité
    domi Co-finan
    Cellule
    Picardie
    études
    physique
    domi. situation de
    Agefiph
    maintien
    chronique
    travail
    Urapeda
    Somme/
    ergonome
    4 28
    Cat
    B
    Hermés
    agent

    X fatigabilité
    2j/
    Accessibilité
    domi Co-finan
    Médecine
    Metal
    administ
    mois
    situation de
    Agefiph/Ent.
    du travail
    travail
    50/50

    21 colonne embauche non servie

    41

    5
    Cat
    C
    Radio
    journaliste

    X pas
    de
    totale Accessibilité domi Co-finan
    Médecine
    Canal
    transports
    situation de
    Agefiph
    du travail
    Sambre
    autorisés
    travail
    à 70%
    6 37
    Cat C
    ML
    comptable

    X Fauteuil

    15h
    Accessibilité
    domi Co-finan
    Médecine
    Saint Lô
    roulant
    à
    Equipement
    Agefiph
    du travail,
    domi. bureautique
    bureau 70%
    services
    du domicile
    équip. 80%
    maintien
    7 44
    TH
    C
    Frama
    ingénieur

    X fatigabilité
    x
    Accessibilité
    domi Co-finan
    ID
    tome
    Equipement
    Agefiph
    ergonome
    bureautique
    à 77%
    8 44
    TH
    B
    Sagem
    Chef

    X x
    mi
    Accessibilité
    domi Co-finan
    ergonome
    d'agences
    ent.
    situation de
    Agefiph
    et
    travail
    à 93%
    domi.
    9 40
    TH
    C
    IGS
    directeur
    x fatigabilité
    2j/
    Accessibilité
    domi Co-finan
    COMETE
    site
    Equipement
    et
    Agefiph 18%
    3j/
    bureautique
    ent.
    Et ent.MDPH
    domi. du domicile
    sources : AGEPIPH/DES/J.Tarche


    Les constats tirés de l'analyse par l'AGEFIPH sont les suivants:

    · Les situations récemment examinées ne concernent que des situations de
    maintien dans l'emploi. Il semble qu'il y ait très peu d'embauche directe de
    télétravailleurs handicapés ;

    · Le motif le plus fréquent du recours au télétravail est de répondre à la fatigabilité
    de la personne handicapée ;

    · Les fonctions exercées sont celles qui peuvent être assumées grâce à l'appui
    essentiel des nouvelles technologies de l'information et de la communication
    (TIC), mais aussi celles qui comportent des composantes managériales
    d'animation d'équipes et de projets, requérant un temps de présence en
    entreprise, avec une répartition adéquate et optimale des temps de
    travail entreprise/domicile ;

    · L'organisation est, la plupart du temps, de type mixte « entreprise/domicile »,
    selon des clés de répartition variables, tenant compte de la fatigabilité de la
    personne, de la nature de la fonction exercée, du nécessaire maintien du lien
    social avec le collectif de travail. L'organisation dépend également des
    recommandations du médecin du travail et de l'ergonome, et bien sûr des
    exigences du salarié handicapé ;

    · Les aménagements de la situation de travail conjuguent, selon les nécessités,
    diverses composantes :
    équipements bureautiques à domicile, dispositifs
    ergonomiques adaptés pour compenser le handicap, aides techniques ou
    humaines particulières...Les co-financeurs mobilisés sont, l'entreprise,
    l'AGEFIPH, la MDPH (pour les récents), le salarié (pour les évolutions des
    parties de l'habitat en espace de travail professionnel).

    L'AGEFIPH souligne l'intérêt du télétravail pour les travailleurs handicapés :

    · Cette forme de travail peut constituer une réponse adaptée, facilitant certains
    types d'emploi de personnes handicapées qui rencontrent principalement des

    42

    difficultés de déplacement ou de forte fatigabilité, ou encore reçoivent des soins
    à domicile ;

    · Les orientations européennes prônent depuis quelques années le développement
    du télétravail, ce qui a eu pour effet la prise en compte de ce thème par les divers
    pays membres et les partenaires sociaux ;

    · Jusqu'à présent, les administrateurs de l'AGEFIPH n'ont pas souhaité mettre en
    avant une intervention du fonds appuyant cette forme de travail, arguant
    notamment que la distanciation du lien social serait encore aggravée par le fait
    de travailler à domicile. Les formes prises aujourd'hui dans l'organisation du
    télétravail (prévoyant le plus souvent une partie de l'activité en entreprise et
    l'autre à domicile) devraient lever ces craintes.

    La fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (FNATH)
    considère, comme l'AGEFIPH, que le télétravail peut faciliter l'insertion et le maintien dans
    l'emploi des personnes handicapées. Cependant, le télétravail nécessite, dans tous les cas, le
    respect de certains préalables : le télétravail doit répondre à un choix volontaire du
    handicapé, il doit avoir la maîtrise de l'outil informatique22 afin d'être autonome (toutes
    les personnes handicapées ne peuvent pas travailler de cette façon, en particulier, mais pas
    uniquement, la majorité des personnes handicapées mentales et psychiques), le travail à
    accomplir doit être parfaitement défini
    . Par ailleurs, le télétravail ne doit pas laisser
    supposer aux télétravailleurs handicapés qu'ils seraient un poids pour l'entreprise, ils ne
    doivent pas se sentir mis à l'écart
    23. La question de l'isolement est centrale pour le
    télétravailleur handicapé et c'est pourquoi l'AGEFIPH souhaite que cette solution reste
    l'exception.

    L'action progressive de la DATAR

    Après les appels d'offres successifs de la DATAR entre 1992 et 1995, peu d'autres
    actions publiques ont été menées en faveur du télétravail.

    Le télétravail régulier ou surtout occasionnel s'est répandu de manière progressive
    comme une modalité particulière d'aménagement du temps de travail, généralement sans
    négociation spécifique ni même contribution de l'entreprise à l'équipement, l'ordinateur du
    foyer étant souvent utilisé à cette fin. La mise en oeuvre des 35 heures a joué un rôle non
    négligeable, dans la mesure où elle a contribué à « banaliser » une forme d'alternance jours
    au bureau/jours chez soi. Le télétravail s'est fondu alors, dans un processus de
    réorganisation globale de l'espace-temps du travail. Il n'a néanmoins pas été traité comme
    tel en tant que facteur d'organisation.

    Dans l'ensemble, l'administration française s'est peu mobilisée. Le CIRE de juillet
    1999 mentionnait le terme dans le cadre d'une étude, mais aucune politique globale n'est
    venue concrétiser cette intention, si l'on excepte le protocole d'emploi des personnes
    handicapées. C'est pourquoi l'on constate un déficit important en matière de statistiques
    portant sur sa mise en oeuvre dans l'administration comme dans le secteur privé.

    22 la population handicapée possède un faible niveau de qualification puisque 80% d'entre elle a un niveau inférieur au
    baccalauréat (sources FNATH)
    23 développement de formule mixte mélangeant le télétravail et le travail dans l'entreprise et droit à bénéficier de la formation
    professionnelle tout au long de la vie (le télétravailleur bénéficie des mêmes droits que les autres travailleurs dans
    l'entreprise).

    43


    D'autres appels à projets ont été lancés de 2003 à 2005. Le comité interministériel
    d'aménagement du territoire (CIADT) en septembre 2003 a acté le principe d'un appel à
    projet pour le développement des télécentres et téléactivités. Il a été confirmé par le CIADT
    du 14 septembre 2004 et assorti d'une orientation nouvelle afin d'aider les collectivités
    territoriales à construire et lancer des télécentres, la promotion des télécentres auprès des
    employeurs et des télétravailleurs étant assurée, notamment, à travers la constitution d'un
    réseau national des télécentres (RNT).

    L'appel à projet le plus récent concerne les télécentres et télé-activités. Dix-huit
    télécentres ont fait l'objet d'une aide favorable de la DIACT pour un montant financé par
    l'Etat de 262 000 .


    Liste des 18 télécentres aidés par la DIACT :

    Télécentres et téléactivités




    AAP
    COMITE
    REGION
    DEPARTEMENT
    PORTEUR DE PROJET
    DECISION
    Télécentres
    10 mai 2005
    Alsace Haut
    Rhin
    CC du Val d'Argent
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Auvergne Allier CCI Montluçon-Gannat
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Bretagne Morbihan
    Association La Brise
    11000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Corse Morbihan
    ADECEC 14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    La Réunion

    Mairie de Saint André
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Languedoc-Roussillon Lozère
    CCI de la Lozère
    16000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Limousin
    Haute Vienne
    Mairie de Cussac
    11000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Midi-Pyrénées Hautes
    Pyrénées
    C.E.T.I.R. 16000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Midi-Pyrénées Haute
    Garonne
    EUR Espace Télétravail
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Midi-Pyrénées Ariège
    Ariège Expansion
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    PACA Alpes
    Maritimes
    Société AMC
    14000
    Pays de la Loire
    Mayenne
    Communauté de Communes
    Télécentres
    10 mai 2005
    de Bais
    20000
    Communauté
    Pays de la Loire
    Maine et Loire
    d'Agglomération Saumur
    Télécentres
    10 mai 2005
    Loire Développement
    14000
    Pays de la Loire
    Sarthe
    Communauté de Communes
    Télécentres
    10 mai 2005
    du Pays de Sillé
    14000
    Télécentres
    10 mai 2005
    Picardie Somme
    SEM Amiens Aménagement
    14000
    Télécentres et
    téléactivités
    6 octobre 2005
    Bretagne
    Cotes d'Armor
    Institut du Locarn
    Télécentres et
    34000
    téléactivités
    6 octobre 2005
    Pays de la Loire
    Loire Atlantique

    Télécentres et
    Midi-Pyrénées
    téléactivités
    6 octobre 2005
    Gers
    CEEI Gers Gascogne
    14000
    Total




    262 000

    Il ressort de cette série d'expériences un manque d'appétence des opérateurs pour les
    solutions proposées par la DIACT. Il semblerait en première analyse que cet appel à projet
    soit insuffisamment médiatisé, mais surtout que les formes de télétravail envisagées ne
    correspondent aux besoins ni des entreprises, ni des futurs télétravailleurs. Ceci est
    consécutif à l'insuffisance des études préalables sur les besoins. De surcroît, il semble que
    les solutions proposées aient été rattrapées par l'évolution des technologies de plus en plus
    puissantes et de plus en plus mobiles.


    44

    Par contre, le ministre des transports et de l'aménagement du territoire a lancé le 14
    janvier 2006 un appel à projets aux collectivités territoriales et aux entreprises pour ouvrir
    d'ici à 2007 « au moins 1000 postes de télétravail dans 100 télécentres.

    La Caisse des dépôts : une offre de service aux collectivités locales24

    La Caisse a créé un concept d'espace multimédia public appelé « Cyberbase25 »
    expérimentée à partir de 1999. La Caisse a décidé de se rapprocher de l'ANPE, de
    l'UNEDIC et de l'APCE afin d'élaborer une offre de contenus et de services destinée aux
    animateurs et aux usagers des espaces Cyberbase.

    Pour la mise en oeuvre de ces projets, elle mobilise ses services pour l'installation
    d'un « plateau technologique accueil public » et accompagne l'ouverture de ce plateau au
    sein des Maisons de l'emploi par le biais d'une offre d'ingénierie. Elle participe à hauteur
    de 50% du montant total des investissements nécessaires. D'ici à 2008, il est prévu que la
    Caisse équipe 50 des 300 Maisons de l'emploi, d'un plateau technologique.

    Par ailleurs, en septembre 2005, la Caisse accompagnait 137 projets locaux
    d'infrastructures haut débit : 10 étaient portés par des Régions, 43 par des Départements, 56
    par des intercommunalités.


    II ­ 2 ­ d Des blocages structurels et psychologiques au niveau des
    entreprises et des personnes


    Au regard des autres pays occidentaux et, en particulier, des pays de l'union
    européenne, la situation française actuelle, tend à démontrer que le télétravail n'y a pas
    encore trouvé matière à un large développement et que les politiques publiques ont abouti à
    un résultat plutôt en demi teinte depuis une quinzaine d'années.

    Beaucoup de commentaires ont été faits sur cette situation, tant par les défenseurs du
    télétravail, que par ses adversaires. Leurs arguments reposent, pour ses détracteurs, à la fois
    sur des arguments culturels et psychologiques, fondés le plus souvent, sur le poids de la
    tradition des conditions de travail dont certains conçoivent mal les évolutions brutales et, sur
    des arguments parfois très concrets, relatifs aux difficultés inhérentes au développement de
    cette nouvelle organisation du travail. Les défenseurs avancent des arguments fondés sur
    l'expérience ou tout simplement sur le bon sens : l'amélioration des conditions de vie, la
    réduction de certaines nuisances (transport, environnement, stress...), l'amélioration de
    l'efficacité au travail et d'une productivité globale.
    Les motifs avancés par des entreprises sont les suivants :

    · Le poids du management traditionnel qui envisage difficilement de changer
    d'organisation. Cette crainte du changement étant due à la trop lente évolution
    des mentalités, le manque d'attrait, en particulier, du télétravail pour le
    management intermédiaire qui préfère des formes plus classiques d'organisation
    et de contrôle (physique) du travail...


    24 l'article L.1425-1 du CGCLT en avril 2004 permet aux collectivités locales de déployer des réseaux haut débit dans le
    cadre d'un service d'intérêt économique et financier (SIEG).
    25 espace public pour l'initiation aux TIC, animé par des personnels formés aux outils et aux techniques d'animation et de
    médiation

    45

    · L'éventuelle inadaptation du télétravail à l'activité de l'entreprise ;

    · Les craintes relatives à la sécurité et à la confidentialité des données ;

    · Le manque d'équipement et son coût (modalités d'installation d'un matériel
    informatique complet et adapté).

    En ce qui concerne les salariés, on peut relever les remarques suivantes :
    -
    · Approche traditionnelle de l'organisation du travail et manque d'informations
    (peu de statistiques disponibles) et d'incitations sur cette nouvelle organisation
    du travail ;
    · Le manque de confiance (réciproque) entre les employeurs et les salariés en ce
    qui concerne le contrôle du travail fait ;

    · La difficulté à distinguer le temps de travail et le temps de repos, c'est à dire la
    répartition efficace entre vie professionnelle et vie privée, les contraintes liées à
    la répartition de l'espace réservé au travail et à la vie familiale ;

    · La crainte de travailler plus sans réelle contrepartie ;

    · Le risque de l'isolement, la perte des relations collectives.

    La mission a constaté que la perception de la plupart des freins psychologiques a
    évolué. Ces freins ont plus facilement disparu au sein des grandes entreprises et des zones
    urbaines. Ils demeurent plus présents dans les PME/PMI et les zones rurales. Cependant, les
    observations, voire les prises de position des chambres consulaires et notamment de la
    CGPME prouvent que la prise de conscience que « le télétravail correspond à une réalité »
    est en train de se répandre, là justement, où le télétravail n'avait pas pu percer.

    Le développement du télétravail demande une action pédagogique forte, tout au
    moins sur le moyen terme et associée à la mise à disposition de moyens concrets. La
    démonstration d'expériences abouties sera à la longue déterminante « tant il est vrai qu'en
    matière de télétravail les projets se développent plus par le sens que par les moyens ». Ceci
    ne veut pas dire que l'équipement du pays n'est pas indispensable. Il doit être
    impérativement poursuivi et accompagné sinon précédé, par une communication qui
    permette à chacun de comprendre les enjeux et s'approprier un projet local.

    II ­ 3 Salariat et travailleurs indépendants

    Tant l'accord européen de 2002 que l'accord national interprofessionnel (ANI) de
    2005 ont écarté l'établissement d'un statut spécifique du télétravailleur, le télétravail, pour
    un salarié, reste un mode d'organisation du travail.

    II ­ 3 ­ a Le salariat correspond à une situation juridique claire

    Le télétravailleur est un travailleur comme un autre, soumis à la réglementation du
    travail et aux conventions collectives en vigueur.

    Le droit européen : l'accord cadre de 2002 et ses conséquences

    46


    Cet accord a été signé par la CES, l'UNICE, le CEEP et l'UEAPME, lesquels
    renvoyaient à leurs adhérents au niveau national le soin de l'appliquer par le moyen des
    outils nationaux dont ils disposent. Les principaux points en étaient les suivants :

    · Le salarié est considéré comme télétravailleur chaque fois qu'il exerce
    régulièrement du télétravail ;

    · Egalité de traitement avec les autres salariés de l'entreprise : mêmes conditions
    d'emploi, de participation, d'éligibilité, même accès à la formation, charge de
    travail et critères de résultats équivalents à ceux de travailleurs comparables
    (mais conditions de travail sensiblement différentes...) ;
    · Volontariat et réversibilité (quand cette forme de travail n'est pas initialement
    prévue dans le contrat de travail) ;

    · Frais d'équipements à la charge de l'employeur ;

    · Protection du salarié en termes de santé et d'hygiène ;

    · Protection des données traitées et formation appropriée.

    Un bilan de l'application de l'accord cadre a été établi par la commission
    européenne. Il dresse l'état des mesures prises dans les différents pays par les signataires
    (cf. Annexe 12).

    Le droit français : l'accord national interprofessionnel du 17 juillet 2005

    On a pu dire de cet accord : « Pour la première fois dans l'histoire du droit social
    français, un accord européen est transcrit par le biais de l'accord collectif ». Son préambule
    affirme autant la volonté de l'approche du dialogue social européen par la voie d'accords
    volontaires que le télétravail comme moyen pour les entreprises de moderniser
    l'organisation du travail et de permettre aux salariés de concilier vie professionnelle et vie
    privée.

    La loi française du 4 mai 2004 sur le dialogue social a donné la faculté aux accords
    collectifs de prévoir la valeur impérative ou non des dispositions prévues dans l'accord et
    des dérogations éventuelles. L'accord sur le télétravail prévoit explicitement dans son article
    12 la valeur normative de l'ensemble des dispositions, les accords de branches ou
    d'entreprises ne pourront qu'améliorer ce qui est dans l'accord. Certaines modalités de mise
    en oeuvre peuvent être aménagées : équipements de travail lorsque le télétravail s'effectue à
    domicile et les conditions d'emploI des télétravailleurs pour tenir compte de la réalité des
    champs particuliers.

    Cet accord reprend les grands axes de l'accord européen en précisant certains
    points :

    · Il donne une définition plus large qui inclut les télétravailleurs « nomades » ;


    47

    · Il précise que le télétravail doit faire l'objet d'un contrat ou d'un avenant au
    contrat de travail et que le passage au télétravail n'affecte pas la qualité de
    salarié ;

    · Il prévoit plus explicitement la situation des télétravailleurs embauchés
    directement comme tels ;

    · Il ajoute, sur le respect de la vie privée, la fixation d'une plage horaire durant
    laquelle l'entreprise peut contacter le salarié ;

    · Il précise la prise en charge des coûts d'équipements ;

    · Il parle explicitement des comités d'hygiène et de sécurité et des conditions de
    travail (CHSCT) ;

    · Il est plus précis sur le contrôle du temps de travail ;

    · Il prévoit l'identification des télétravailleurs comme tels sur le registre unique du
    personnel et l'information du comité d'entreprise (CE).

    En ce qui concerne l'obligation d'un contrat entre deux parties volontaires,
    l'exemple suivant, est significatif.


    « Convention collective des Télécommunications de 2000 »

    L'introduction par une entreprise ou un établissement du travail à domicile ou du télétravail, à temps
    plein ou à temps partiel, est un mode d'organisation du travail qui doit faire l'objet d'une information et
    d'une consultation préalable du comité d'entreprise ou d'établissement.

    Sa mise en place est liée à sa compatibilité avec le ou les emplois concernés et l'entreprise devra
    veiller à faciliter, en tant que de besoin, des entretiens périodiques avec la hiérarchie et des
    regroupements avec les autres salariés de l'entreprise afin d'éviter l'isolement des salariés concernés.
    Dans les entreprises pourvues de délégués syndicaux, ses conditions de mise en oeuvre devront faire
    l'objet d'une négociation d'entreprise ;

    A défaut d'accord, ce mode d'organisation du travail doit être fondé sur un principe de double
    volontariat et un principe de réversibilité tant à l'initiative de l'employeur que du salarié.
    Outre les éléments prévus à l'article 4.2.2 du présent chapitre, le contrat de travail établi en double
    exemplaire devra préciser :
    -
    Les modalités de la rémunération et de décompte de la durée du travail ;
    -
    La ou les plages horaires pendant lesquelles le salarié devra pouvoir être joint ;
    -
    Les conditions d'indemnisation des frais professionnels inhérents à l'utilisation du domicile
    du salarié comme lieu de travail ;
    - Les conditions d'indemnisation ou de mise à disposition et de restitution du matériel
    professionnel nécessaire (documentation, fournitures, matériel informatique,
    raccordement au réseau, etc.), les conditions dans lesquelles la maintenance sera
    effectuée ainsi que les conditions d'assurances des éléments matériels et immatériels
    (logiciels et fichiers) utilisés par le salarié à son domicile ;
    -
    Les conditions d'organisation et la fréquence des entretiens périodiques avec la hiérarchie
    et des regroupements avec les autres salariés de l'entreprise afin d'éviter l'isolement des
    salariés concernés ;
    -
    Les conditions de déplacements entre le lieu d'exécution du travail et l'entreprise ;
    -
    Le lieu de travail et l'établissement de rattachement du salarié
    -
    Le cas échéant, une clause d'exclusivité et ou une obligation de non-concurrence pendant

    48

    l'exercice de l'activité ainsi qu'une clause de confidentialité.

    -
    Le cas échéant, une clause d'exclusivité et ou une obligation de non-concurrence pendant
    l'exercice de l'activité ainsi qu'une clause de confidentialité.

    Les salariés concernés bénéficient de l'ensemble des dispositions de la présente convention
    collective, de la législation sur les accidents de travail et de trajet et des mêmes droits que les autres
    salariés de l'entreprise ou l'établissement. L'entreprise devra pouvoir s'assurer que les locaux utilisés
    respectent les règles relatives à l'hygiène, la sécurité et les conditions de travail. Lorsque l'entreprise
    demande des travaux de mise en conformité, ces derniers sont à sa charge.

    Par ailleurs, l'ANI a été étendu notamment, par arrêté en date du 30 mai 2006, sous
    réserve de l'application des dispositions de l'article L.212-1-1 du code du travail, aux
    termes desquelles il appartient à l'employeur de veiller au respect de la réglementation sur
    le temps de travail, notamment en s'assurant de la fiabilité du système de décompte des
    heures supplémentaires, même si le salarié gère librement ses horaires de travail.

    L'encadrement du travail au domicile par la jurisprudence : des arrêts fondateurs.

    Un arrêt du 31mai 2006 de la Cour de Cassation (chambre sociale) a décidé (avec ou
    sans clause de mobilité dans le contrat de travail) que le domicile est un lieu de travail
    particulier, que l'employeur ne peut modifier sans l'accord du salarié : il avait été convenu
    entre un responsable de la communication et son employeur qu'elle exercerait ses fonctions
    à partir de son domicile situé dans les Pyrénées-Orientales et ne se présenterait au siège de
    la société, situé à Nanterre (Hauts de Seine), qu'une fois par semaine. A l'issue de son
    congé de maternité, l'employeur l'informa qu'elle devrait désormais travailler tous les
    jours au siège de la société. Elle refusa et se vit licenciée pour faute grave.


    Cette rupture du contrat de travail a été condamnée par la Cour d'Appel de

    Versailles puis par la Cour de Cassation. Les juges ont estimé qu'il y avait une modification
    du contrat de travail qui ne pouvait être imposée à l'intéressée. Pour l'employeur, le contrat
    comportant une clause de mobilité, le fait de demander à la salariée de venir travailler au
    siège ne constituait qu'un simple changement des conditions de travail. Cet argument n'a
    pas convaincu la Haute Cour, elle a estimé que le travail à domicile constituait une
    « organisation contractuelle » du travail qui rendait la clause de mobilité inopérante.


    La Cour de Cassation a précisé à cette occasion que par sa décision la chambre
    sociale : « a donc clairement écarté la thèse consistant à considérer le domicile comme un
    lieu de travail comme un autre, et soumis comme tel aux règles applicables en la matière,
    qui permettent de considérer qu'il n'existe pas de modification du contrat de travail lorsque
    l'employeur met avec bonne foi en oeuvre une clause de mobilité
    ».

    La nouveauté de cet arrêt vient de la présence d'une clause de mobilité dans le
    contrat de travail. Or, avec le développement des nouvelles technologies de l'information et
    de la communication, il est désormais possible d'installer son bureau presque partout. Le
    travail au domicile se répand de plus en plus, ce qui justifie cette évolution de la
    jurisprudence.

    La Cour s'était déjà prononcée sur la modification de l'organisation de travail du
    travailleur à domicile. Elle avait jugé que, dès lors qu'il avait été convenu que le salarié
    exécuterait la partie administrative de son travail à son domicile deux jours par semaine (le

    49

    reste du travail s'effectuant chez les clients), l'employeur ne pouvait lui imposer de se
    rendre désormais au siège, situé à 200 km, pour faire ce travail (cass.soc. 13 avril 2005).

    Dans un arrêt plus ancien, la chambre sociale de la Cour de cassation, sans faire
    directement référence au télétravail au domicile, a visé cette organisation du travail (arrêt
    Abram du 2 octobre 2001). Elle a décidé que « le salarié n'est tenu ni d'accepter de
    travailler à son domicile ni d'y installer ses dossiers et ses instruments de travail ». De
    manière plus directe encore, un arrêt du 3 novembre 2004 confirme l'analyse de la Cour
    d'Appel retenant qu'une société n'a pas d'intérêt légitime à muter une salariée de Paris à
    Aix en Provence, alors que son emploi de télé-prospectrice peut s'effectuer à domicile.

    Ce qui souligne que le télétravail devient une réalité que le droit du travail ne peut
    ignorer.





    II ­ 3- b Le travailleur indépendant, sa problématique face au télétravail

    Une situation juridique à éclaircir : quel statut possible ?

    La situation juridique du travailleur indépendant reste imprécise. En règle générale,
    il est considéré comme à son compte et vend ses services soit : en tant que libéral, en
    choisissant de s'adosser à une société de portage (formule qui permet de se lancer sans avoir
    à s'enregistrer comme travailleur indépendant auprès des organismes sociaux), en créant
    une petite société.

    La plupart des professions du secteur tertiaire peuvent être concernées par le
    télétravail. Parmi les métiers le plus souvent exercés par des télétravailleurs indépendants,
    on trouve des secrétaires26, des traducteurs, des journalistes, juristes, conseils, enseignants
    et formateurs, des écrivains publics, des créateurs de sites web, des architectes, des
    graphistes, des comptables,...

    Dans l'ouvrage « Le télétravail, ou gagner sa vie en restant chez soi », il est énoncé :
    « Devenir travailleur indépendant est la seule solution réaliste et durable pour travailler
    chez soi et gagner sa vie. Il devient ainsi possible d'avoir plusieurs donneurs d'ordres,
    plusieurs clients. Ce fonds de commerce, patiemment constitué, assurera une certaine
    sécurité et une indépendance vis à vis de chacun d'eux. Cette situation d'indépendant n'est
    pas faite pour tout le monde. Il faut supporter le risque et le fait de ne dépendre que de
    soit
    ».

    Au-delà, d'une prise de position, sans doute, trop péremptoire, le militantisme de
    cette déclaration repose sur des réalités incontestables.

    Les différentes situations juridiques évoquées correspondent, en fait, au profil du
    télétravailleur, à sa situation patrimoniale et familiale, enfin à un choix déterminé en
    fonction de nombreux paramètres.

    26 L'ANDT estime « entre 2500 à 3000 le nombre de télésecrétaires libérales alors que le télétravail pourrait en absorber
    environ 10 000.


    50


    Le télétravailleur salarié

    Sa condition est la plus simple, sa situation juridique précise, elle relève du code du
    travail. Cette situation a été confortée notamment par l'accord national de 2005. Les
    garanties du salarié sont liées à une procédure contractuelle27, entre l'entreprise et le salarié
    au moment du recrutement et, à la signature éventuelle d'un avenant au contrat selon
    l'évolution de l'organisation de son travail et le choix formulé de travailler à distance (qui
    nécessite l'accord des deux parties, y compris sur la réversibilité). L'avenant stipulera le
    domicile du salarié comme nouveau lieu de travail. Le salarié, bien sûr, à l'inverse du
    travailleur indépendant, se trouve dans une situation de dépendance hiérarchique.

    Le portage salarial

    Il est possible de comparer la situation du travailleur indépendant avec celle d'un
    télétravailleur en portage salarial, ils présentent, l'un et l'autre, les mêmes caractéristiques
    économiques, en matière de recherche de clients et de fixation de prix (prestations
    intellectuelles ou ventes). Cependant, dans ce cas, le télétravailleur garde le statut de salarié,
    ce qui lui maintient deux avantages : il continue à cotiser à l'assurance chômage, il ne tient
    pas une comptabilité propre.

    Pour le télétravailleur, il s'agit seulement de signer un contrat avec une entreprise de
    portage qui devient son employeur le temps de la/les mission(s) qu'il a trouvé(es). C'est
    l'entreprise de portage qui assure la facturation du travail accompli et émet la feuille de
    paye.

    Si le télétravailleur, dans ce cas, garde apparemment le statut de salarié, il n'en reste
    pas moins proche de celui de l'indépendant car son revenu dépend exclusivement du travail
    réalisé ; s'il ne réalise aucun chiffre d'affaires, la société de portage ne verse aucune
    rémunération. Par ailleurs, les charges sociales salariales sont supérieures à celles d'un
    travailleur indépendant et devant également rémunérer l'entreprise qui le gère, son revenu
    est diminué d'autant.

    Loin d'être une panacée, cette solution ne peut être envisagée utilement qu'à titre
    provisoire. Il demeure que pour les télétravailleurs, et en particulier ceux qui sont
    économiquement dépendants d'un ou de deux clients seulement, cette construction juridique
    est particulièrement fragile.

    L'entreprise individuelle

    La création de ce genre d'entreprise (commerciale, libérale, voire artisanale) ne
    nécessite pas de capital au départ. C'est une démarche simple qui passe par le Centre de
    formalités des entreprises. C'est la nature de l'activité qui détermine le statut. Ainsi, le
    secrétariat à domicile, est considéré comme une profession libérale ; la création d'une
    boutique électronique, pour vendre (produits ou services) par contre est une activité
    commerciale.




    51

    En dépit de l'intérêt que présente la solution de créer une entreprise, il ne faut pas
    ignorer le risque de cette solution : en cas de défaut de paiements, le créateur est
    responsable sur ses biens propres.

    Cette solution peut paraître cependant, la plus adaptée au développement du
    télétravail. Elle peut permettre, selon l'évolution des résultats, à échéance, une
    transformation de l'entreprise individuelle vers une SARL ou une SA.

    La nécessité d'un lien entre télétravailleurs indépendants

    L'isolement qui peut entourer les conditions d'une activité dû au télétravailleur doit
    être évité, tant pour le salarié d'une entreprise que pour le travailleur indépendant. Ce
    dernier, à tout un réseau d'associations qui lui permettent de dialoguer, d'être conseillé et de
    partager des expériences.

    Parmi, les organismes existants, l'association française du télétravail et des télé-
    activités (AFTT) répond parfaitement à cet objet. D'autres, également accessibles sur le
    Net, telle que : « Zevillage28, le village des télétravailleurs » accueille des télétravailleurs
    (salariés et indépendants) et des entreprises sur le territoire des communautés de communes
    du pays Mêlois et du pays d'Essay dans l'Orne.

    Le but poursuivi est de regrouper des compétences complémentaires entre filières de
    métiers pour favoriser l'entraide et l'effet réseau.

    Tout télétravailleur a intérêt à se documenter sur les sites WEB tels que : Télétravail
    en France, recommandation du Forum des droits sur l'Internet, l'Agence pour la création
    d'entreprise (APCE), le réseau national des télécentres (RNT), ...


    II ­ 4 Le télétravail dans la fonction publique : une grande diversité

    Aborder le télétravail dans la fonction publique est un exercice difficile dans la
    mesure où ce mode d'organisation ne fait pas l'objet d'un décompte ou d'un suivi
    particulier. En outre, comme le télétravailleur ne bénéficie d'aucun statut particulier, les
    gestionnaires de personnel n'en assurent pas de suivi administratif spécifique. Aussi, ce
    n'est que par le biais d'une enquête au sein des administrations qu'il a été possible de
    dresser ce que l'on ne peut appeler un bilan, en raison de son caractère inévitablement
    partiel, mais un état des lieux.

    Encore l'exercice est-il rendu difficile en raison de problèmes de compréhension. En
    effet, au-delà de l'appréhension simple du télétravailleur à domicile, les responsables
    contactés n'avaient pas envisagé les autres cas fonctionnels comme relevant du télétravail,
    si bien qu'ils ont souvent été contraints à leur tour de faire une enquête interne et de
    conduire une réflexion pour avoir une photographie souvent approximative de la situation
    sur un sujet dont les concepts ne sont pas toujours maîtrisés par les services.

    « J'avais (du télétravail)... une perception assez négative, véhiculée essentiellement par
    les médias, le télétravail étant souvent assimilé, soit à la délocalisation vers des régions à
    bas coûts de main-d'oeuvre, soit à un démembrement de l'entreprise (ou du contrat de

    28 le projet Zevillage est une création d'Averbe

    52

    travail), permettant d'accroître la dépendance du prestataire de service à l'égard du
    donneur d'ordre.

    Après avoir pris connaissance du rapport du « forum des droits sur l'Internet », j'ai
    découvert que les différentes formes de télétravail salarié, envisagées dans ce rapport,
    existent dans mon Administration, sans d'ailleurs que cette forme d'exécution des
    missions ne pose problème, ni ne soulève des interrogations sur l'application du statut des
    fonctionnaires.

    D'ailleurs... je n'ai pas trouvé de notes de doctrine interne sur les modalités d'exécution
    de cette forme de travail...susceptible de résoudre des difficultés dans la gestion du
    temps de travail. Cette absence d'instruction tend à montrer que le statut, qui est aux
    fonctionnaires, l'équivalent du code du travail, pour les agents du secteur privé, permet
    d'organiser de façon très flexible les modalités d'exécution des missions confiées aux
    agents. »

    Témoignage d'un chef de service régional

    Au total, il a été possible de dresser l'inventaire qui suit en s'appuyant sur les
    expériences rencontrées. Cet exercice a permis d'identifier tant les difficultés réelles ou
    supposées perçues par les services, que les avantages que les services opérationnels retirent
    de l'utilisation du télétravail.



    II ­ 4 ­ a Le télétravail à domicile







    Cette forme de télétravail est la plus immédiatement comprise par les services. Elle a
    fait l'objet dès 1998 d'un guide d'information sur le télétravail édité par le Ministère de la
    Fonction Publique (Direction générale de l'administration et de la fonction publique). Ce
    guide reconnaît deux formes de télétravail ; le travail à domicile et le télétravail dans les
    télécentres. Force est de constater qu'au cours de l'enquête il est apparu que l'usage du
    guide par les administrations était essentiellement ciblé sur le travail à domicile. Imprimé à
    quelques milliers d'exemplaires, il est, de fait, d'une diffusion confidentielle. Il a été
    possible de rencontrer au cours de l'enquête des responsables administratifs souhaitant
    développer le télétravail mais s'estimant démunis pour résoudre certaines difficultés
    administratives, alors que les solutions étaient décrites dans ce document.

    C'est que cette brochure traite de manière synthétique l'ensemble des difficultés
    auxquelles est confrontée une administration souhaitant autoriser la diffusion du télétravail à
    domicile en son sein. C'est ainsi qu'elle pose des principes en termes de management sur les
    points suivants : le traitement de la demande, le respect des principes fondamentaux, la
    sélection des bénéficiaires et la concertation avec les organisations syndicales. En outre, elle
    propose un cahier des charges explicitant la démarche et son cadrage, ainsi qu'un modèle de
    convention à signer entre le fonctionnaire bénéficiaire et son administration de
    rattachement. Enfin elle prévoit une évaluation du fonctionnement de l'expérience afin d'en
    tirer les enseignements.

    D'une manière générale, tant l'existence de ce document que les réflexions des
    responsables indiquent qu'il n'y a pas d'obstacle législatif ou réglementaire au
    développement du télétravail dans l'administration. Il peut certes y avoir des difficultés liées
    à la nature fonctionnelle des postes, à la protection des systèmes d'information, etc. Mais
    l'enquête indique que les administrations se réfugient souvent derrière des obstacles
    réglementaires plus virtuels que réels.

    53


    Le côté discret, voire caché du télétravail à domicile, bien qu'il se diffuse lentement,
    conduit souvent chaque gestionnaire de personnel à reconstruire un environnement
    administratif pour chaque cas individuel alors que le sujet fait déjà l'objet d'une
    construction cohérente de la part de la Direction générale de l'administration et de la
    fonction publique.

    La question est posée de savoir où se trouve actuellement les télétravailleurs à
    domicile. Deux grands cas de figure se présentent.

    La pratique collective du télétravail à domicile

    Certaines administrations pratiquent depuis des lustres une forme d'activité qui ne
    s'appelait pas télétravail et l'est devenue avec l'irruption des TIC. Il s'agit collectivement
    des corps d'inspection et de contrôle, ainsi que de la magistrature assise.

    Dans le premier cas, de nombreux services d'inspection et de contrôle ne mettent à
    disposition de leurs membres que des bureaux de passage. La dotation des agents d'un
    ordinateur et d'un téléphone portable, l'accès organisé à l'intranet des services à partir de
    n'importe quel lieu ont fini de compléter un équipement professionnel et transformer dans
    le plus grand silence des agents qui s'assimilaient à des professions libérales en
    télétravailleurs. La différence n'est pas négligeable car à une indépendance relative succède
    un lien beaucoup plus régulier avec l'administration de rattachement. L'accès aux banques
    de données professionnelles en temps réel renforce l'efficacité en même temps qu'elle
    contribue à une meilleure productivité des services.

    Le cas de la magistrature assise est plus complexe. Dans de nombreux tribunaux ils
    ne disposent pas de bureaux et préparent leurs audiences à domicile. L'affectation de
    moyens modernes de communication ne fait pas nécessairement de ces fonctionnaires des
    télétravailleurs en ce sens que leur indépendance les place dans une relation particulière
    avec leur administration. S'ils bénéficient ainsi des apports des TIC, la nature de la relation
    entretenue avec leurs services ne semblent pas en avoir été modifiée. La mission a pu
    constater que certains responsables acceptaient la dénomination de télétravailleur, alors que
    d'autres récusaient véhémentement cette qualification.

    A la Cour de Cassation, le télétravail a été organisé. Les conseillers sont dotés d'un
    ordinateur portable avec les logiciels ad hoc. Les liaisons sont cryptées afin de permettre
    l'accès aux bases de données. S'agissant des bureaux, les conseillers bénéficient de
    bureaux dédiés mais collectifs.


    Les télétravailleurs individuels à domicile

    Il a par ailleurs été possible d'identifier des cas de télétravail à domicile organisé au
    sein de différentes administrations. Sans être numériquement nuls, ces exemples n'en sont
    néanmoins pas statistiquement significatifs (cf. annexe II). Parfois, il a été fait usage de la
    convention prônée par le Ministère de la fonction publique, mais le plus souvent, il s'agit
    d'un arrangement informel entre un chef de service et l'un de ses agents. L'analyse de ces
    exemples semble indiquer qu'il s'agit pour l'essentiel d'un avantage octroyé
    individuellement, plutôt que d'un acte de gestion organisé.


    54

    C'est pourquoi l'organisation n'a été ni pensée, ni a fortiori modifiée pour permettre
    au télétravailleur d'exercer son activité dans un contexte rationalisé. En particulier le
    sentiment d'éloignement par rapport à la structure est d'autant plus fort que la personne
    éprouve des difficultés à se rendre dans son service (témoignage N°2 de l'annexe II) et que
    le management de proximité ne prend pas en compte ces contraintes particulières.

    Néanmoins, il a été possible d'identifier des situations où la position de télétravail a
    fait l'objet d'une négociation collective afin de résoudre une difficulté locale. C'est le cas
    du Rectorat de Bordeaux qui a mené une expérience pendant trois ans pour résoudre les
    difficultés des 15 % des personnels résidant sur la rive droite de la Garonne et rencontrant
    de graves problèmes de déplacement en raison de travaux. Cette expérience a fait l'objet
    d'un financement par la Préfecture de Région pour doter les personnels concernés de
    matériels informatiques. Elle s'est déroulée sur la base du volontariat. Les personnes
    pouvaient ainsi télétravailler à leur domicile deux jours par semaine. Les bénéficiaires ont
    signé une convention avec le rectorat. Cette expérience a concerné 30 personnes. Le tiers
    des bénéficiaires appartiennent à la tranche d'âge des 55-60 ans, la plus représentée. Le
    rectorat a estimé le coût d'un télétravailleur à 772.09 en 2005. Contrairement à d'autres
    expériences, toutes les catégories d'agents ont été concernées à Bordeaux (17 % de
    catégorie A, 54 % de B et 29 % de C). Il convient d'observer que cette organisation ne
    génère pas d'économies en interne puisque, s'agissant d'un télétravail alterné, les bureaux
    ont été conservés. A contrario, aucune évaluation des déséconomies externes n'a été faite
    pour mesurer l'impact sur la collectivité. Cette expérience témoigne de la faisabilité de cette
    forme d'organisation au sein de l'administration.

    Cette expérience permet de recouper des expériences étrangères ou dans certains
    grandes entreprises françaises. Dès lors que le télétravail est conçu comme un mode
    d'organisation à part entière, il peut concerner l'ensemble des personnels quel que soit leur
    niveau hiérarchique. L'idée selon laquelle le télétravail est un mode de fonctionnement ne
    concernant que les cadres ne correspond pas à la réalité constatée dans de nombreux cas. A
    contrario, la capacité du télétravailleur à se gérer de manière autonome est indispensable,
    mais cette qualité ne recoupe pas nécessairement le positionnement dans l'organigramme de
    la structure.

    L'analyse des témoignages (cf. annexe II) permet d'identifier un certain nombre de
    freins au développement du télétravail :

    · La nature informelle de certaines mises en oeuvre d'une organisation de
    télétravail. L'exemple du Rectorat de Bordeaux ne doit pas cacher que dans la
    très grande majorité des cas, le télétravail ne fait pas l'objet d'une réflexion
    collective en termes de ressources humaines mais est plutôt considéré comme
    une solution ponctuelle à une difficulté particulière et transitoire ;

    · Une perception dégradée de ce mode d'organisation qui n'est pas encore accepté
    comme une forme de travail à part entière par l'ensemble des collègues. Cette
    perception négative peut être en partie la conséquence du point précédent. Dès
    lors que la gestion de ce type d'organisation semble cachée, la porte est ouverte à
    toutes les rumeurs et toutes les interprétations ;

    · Les divergences entre responsables au sein des structures sur la pertinence de ce
    mode d'organisation. Dans la mesure où il n'y a pas sur ce sujet de doctrine

    55

    officielle, chaque responsable réagit selon son profil et ses convictions. Dès lors
    l'attitude devant chaque demande de télétravail à domicile tient davantage du
    hasard que de la politique du personnel ;

    · L'aspect excessivement personnalisé de cet avantage consenti qui semble
    transformer un mode d'organisation en fait du prince au profit de ses
    « protégés ». Dans le monde administratif où la codification des avantages fait
    partie de la culture, l'émergence d'une pratique de manière cachée ou implicite
    heurte les sensibilités et les habitudes. Dans ces situations, le pouvoir
    d'empêcher l'emporte souvent sur la possibilité de faire ;

    · L'insuffisance des systèmes de télécommunication de certains organismes (accès
    à l'intranet, messagerie...). Ce problème est récurrent et se retrouve à différents
    niveaux. Il est d'autant plus difficile à résoudre que les données de
    l'administration concernée doivent être protégées.

    Encore convient-il de préciser qu'il n'est pas considéré dans ce rapport que les
    cadres ramenant du travail chez eux pour terminer un rapport ou après le dîner ou le week-
    end sont des télétravailleurs. Cette situation, traditionnelle, ne fait que modifier l'outil avec
    les TIC sans changer la nature de cette activité. Néanmoins, cette situation peut amener des
    évolutions lentes comme cette jeune mère de famille, chef de bureau, qui a passé un accord
    informel avec son chef de service, et qui quitte à 16 h pour récupérer son bébé chez sa
    nourrice avant de se remettre au travail après 20 h lorsque son mari peut s'occuper de
    l'enfant.

    Les bénéficiaires de ce mode d'organisation du travail sont des agents éprouvant le
    besoin d'en bénéficier en raison des contraintes pesant sur eux. Sans que l'échantillon soit
    statistiquement significatif, la mission observe que les cas qu'elle a eu à connaître au cours
    de l'enquête recouvrent des situations particulières pour des populations que l'on pourrait
    qualifier de soumises à des contraintes spécifiques :

    · Jeunes mères de familles nombreuses ;
    · Handicapés ;
    · Personnes soumises à une durée de transport dirimante (cas du témoignage
    de l'annexe II) ;
    · Réadaptation à l'emploi (voir encadré l'exemple du CNED)
    · Mutation du conjoint.

    Le poids de ces contraintes les a conduit à passer outre les habitudes et la rigidité du
    système pour demander à bénéficier de la possibilité de télétravailler à domicile. Comme en
    témoignait le secrétaire général d'une grande direction opérationnelle « le télétravail est une
    forme d'organisation du travail à laquelle on réfléchit lorsqu'il y a des problèmes de
    relations humaines à traiter
    ».

    Le CNED accueille 1491 enseignants dans la cadre du dispositif de réadaptation et du
    réemploi. Ces affectations entrent dans le cadre de l'obligation statutaire faite à
    l'administration d'adapter le poste des fonctionnaires qui rencontrent des difficultés de
    santé.
    Les enseignants en réadaptation sont affectés ...pour une période maximale de trois ans.
    S'agissant des personnels en réemploi, ils sont affectés à titre définitif dans le cadre d'une
    procédure particulière.

    56

    Les enseignants exercent majoritairement des fonctions à domicile de correcteurs, de
    relecteurs et de tuteurs téléphoniques. Eventuellement, ils peuvent exercer des tâches de
    rédaction de cours ou de façon exceptionnelle des tâches pédagogiques.
    S'agissant de la charge de travail...l'activité des enseignants...a des objectifs quantitatifs
    et qualitatifs.

    Enfin il convient de relever que le développement de ce type de télétravail implique
    de réévaluer les modes de gestion de proximité des agents dès lors que le nombre de
    télétravailleurs augmente dans un service. Le développement du télétravail implique une
    modification des comportements en termes de management pour la hiérarchie immédiate.

    Pourtant, tous les témoignages recueillis confirment que le développement du
    télétravail est un facteur d'accroissement de la productivité, même si les chiffres cités à cet
    égard sont variables. S'agissant du télétravail à domicile, aucune organisation rencontrée
    n'a estimé possible de l'envisager à temps plein, toutes privilégiant les formules 3+2 ou 2+3
    répartis sur la semaine afin de maintenir la cohésion du l'unité de travail.

    Il résulte d'une enquête conduite par British Telecom auprès de ses 5000 agents
    enregistrés comme télétravailleur (près de la moitié d'entre eux ayant répondu à un
    questionnaire expédié par courriel) que dans 78% des cas, ils estimaient avoir accru leur
    productivité, 3.9% étant d'un avis contraire, et un cinquième estimant qu'il n'y avait pas de
    différence. Les motifs conduisant à cet accroissement ont fait l'objet d'une analyse résumée
    dans le tableau ci-dessous.



    Motifs %


    Moins d'interruptions
    34,43%
    Diminution des temps de transport
    24,34%
    Flexibilité des heures de travail
    19,44%
    Davantage d'heures de travail
    8,22%
    Meilleur accès à l'information
    3,99%
    Diminution du stress
    2,99%
    Autres 6,60%
    TOTAL
    100,00%


    Il convient de relever que ces télétravailleurs doivent avoir des qualités
    particulières : autonomie, fiabilité, respect de la culture de l'organisation, la capacité à gérer
    son temps et les priorités, la capacité d'initiative. Il s'agit de fait le plus souvent de cadres,
    occupant une fonction dont la configuration n'exige ni contact régulier avec des publics, ni
    de nombreux contacts localisés dans les locaux de l'administration.


    II ­ 4 ­ b Le télétravail nomade







    Il s'agit de la forme la plus ancienne de télétravail dans l'administration, bien que
    celle-ci n'ait pas eu une réflexion spécifique sur ce développement, ni même souvent
    conscience de son existence

    De nombreuses fonctions impliquent que les agents se rendent à l'extérieur de leur
    bureau pour rencontrer, contrôler, conseiller des particuliers ou des entreprises. Ces

    57

    situations traditionnelles ont été modifiées par l'irruption des TIC dans l'univers
    administratif. Les agents sont désormais dotés de micro-ordinateurs portables, le plus
    souvent d'un accès Internet au réseau de leur administration, d'un téléphone portable...
    Cette dotation ne suffit pas néanmoins à les transformer ipso facto en télétravailleurs.

    En effet, au-delà de l'utilisation des techniques modernes, les administrations ont pu
    ne pas modifier substantiellement leurs procédures en raison des contraintes pesant sur elles
    par ailleurs. C'est par exemple le cas des douaniers en uniforme qui doivent prendre leur
    service et revenir en fin de service afin de gérer leur armement pour des motifs de sécurité.
    Dans ce cas, on peut parler de télétravail puisque bien que sur le terrain, ces fonctionnaires
    sont attachés à leur poste de manière quotidienne.

    A contrario, l'émergence de moyens modernes de communication a pu modifier
    substantiellement la manière d'exercer de certaines professions nomades dans la mesure où
    l'accès au système d'information professionnel accroît l'efficacité et la productivité des
    agents.

    Parce que ce mode d'organisation est ancien, il est plus officiel que dans la situation
    précédente. L'aspect nomade de certaines fonctions est organisé par les textes, qui règlent
    par ailleurs les problèmes de frais de déplacement, de responsabilité de l'administration...
    C'est pourquoi la difficulté ne consiste pas tant à identifier les télétravailleurs nomades qu'à
    qualifier leur situation au regard de la définition du télétravail.

    La situation de la direction générale des douanes est à cet égard symptomatique de cette
    difficulté. Le travail mobile constitue en effet un mode opératoire habituel pour les services
    douaniers :
    - Les brigades de surveillance (près de 6000 agents) procèdent au contrôle de la
    régularité du transport des marchandises à partir de terminaux reliés au réseau
    télématique. Ces unités doivent en effet pouvoir accéder en temps réel aux
    télédéclarations, aux textes réglementaires ainsi qu'aux fichiers de lute contre la fraude et
    rédiger leurs actes de procédure dans un cadre sécurisé.
    - Dans le même esprit certaines brigades sont équipées de camions/bureaux, au nombre
    de 80, qui leur permettent d'intervenir avec l'ensemble de leurs moyens sur des points de
    contrôle éloignés de leur siège.
    - Les quelques 450 enquêteurs de la direction nationale du renseignement et des
    enquêtes douanières et des services régionaux d'enquête (peuvent) rédiger leurs rapports
    en dehors de leur lieu de travail.

    Ce nomadisme ne fait pas de tous ces agents des télétravailleurs, dans la mesure où
    leur autonomie est cadrée par des textes très précis de même que certains d'entre eux sont
    contraints de prendre et de terminer leur service en passant par leur poste.

    Ce mode d'organisation ancien, accepté par les agents, prévu le plus souvent par leur
    statut, fait qu'il n'y a guère de frein au développement de ce type d'activité en télétravail. Il
    se développe en fonction des nécessités de service, ce qui est un mode normal de gestion
    des personnels au sein de l'administration.

    Néanmoins deux difficultés doivent être soulignées. D'une part, ce mode
    d'organisation suppose l'accès à un système d'information sécurisé. En effet, les bases de
    données auxquelles doivent accéder les agents comportent des informations confidentielles
    de toute nature. La sécurisation d'un système bénéficiant de milliers de points d'accès
    externes et nomades est un problème technique qui mérite une attention particulière pour
    garantir la confidentialité des informations détenues par l'administration.

    58


    Cet élément n'est pas spécifique du télétravail nomade et s'applique également au
    télétravail à domicile. Il explique néanmoins la réticence de certaines administrations à
    accroître l'autonomie de certains agents par exemple en les autorisant à ne pas passer par les
    locaux administratifs à intervalles réguliers. En effet, les accès informatiques dans les
    locaux administratifs bénéficient de nombreuses sécurités et d'un suivi performant.

    Le second obstacle a trait à la gestion des ressources humaines. C'est une
    problématique que l'on trouve naturellement dans le secteur privé qui a des difficultés
    identiques pour gérer ses travailleurs nomades. Il y a naturellement l'organisation du suivi
    de la tâche à accomplir. Le passage à la gestion par objectif ou en quantité de travaux à
    réaliser ne présente pas de difficultés statutaires mais de facto, toutes les administrations
    n'en sont pas encore à ce stade de modernisation.

    Organisation du travail à la sous-direction des systèmes d'information du Ministère de
    l'Agriculture et le Pèche qui a généralisé le télétravail pour certains agents.

    Réunions

    Afin de permettre une meilleure diffusion de l'information et introduire une meilleure
    convivialité au sein du groupe MSDNSI, des réunions régulières sont organisées.
    L'ensemble des agents de la MSDNSI se réunit au moins une fois tous les deux mois : il
    s'agit des réunions MSDNSI « élargie ».
    Une fois par mois, au cours de réunions MSDNSI « restreintes », seuls les agents basés
    sur Paris, les deux agents basés à Beauvais et Lyon et l'un des ICI se réunissent. La
    présence de l'ICI est alternée entre les 8 ICI.
    Enfin, des séminaires de travail de plusieurs jours sont organisés avec les ICI, le chef de
    la MSDNSI et son adjoint, et cela environ une ou deux fois par trimestre. Ces séminaires
    ont essentiellement vocation au travail de mutualisation entre les ICI.
    Les compte-rendus sont systématiquement rédigés et transmis à l'ensemble de la
    communauté de travail.

    Management

    Les réunions permettent de maintenir une cohésion au sein du groupe et une meilleure
    connaissance de « qui fait quoi ». La difficulté principale pour le chef de la MSDNSI est
    qu'il faut une grande disponibilité d'écoute via le téléphone, la messagerie et les réunions
    pour ne pas rompre ce lien et pour garder le contrôle du travail effectivement réalisé.
    Une réflexion est en cours pour aménager un espace de travail collaboratif électronique
    convivial type forum et un espace réseau spécifique (dépôts des documents de travail,
    des fichiers, des dossiers informatiques) à la MSDNSI.
    La délocalisation des réunions est aussi recherchée pour éviter que les agents réalisant
    les plus grands déplacements soient toujours les mêmes. La SDSI du MAP possèdent
    une structure à Toulouse où les réunions se tiennent aussi. De plus, les réunions se
    tiennent parfois en visioconférence.
    Le suivi du temps de travail est une préoccupation secondaire car tous ces agents sont
    des agents de catégorie A ou de niveau A.

    Le fonctionnement en équipes « virtuelles » modifie en profondeur le mode de
    management et de suivi des agents, le risque étant qu'ils se considèrent comme des
    « professions libérales », alors que leur vocation est d'appliquer des réglementations dans
    un cadre contrôlé et hiérarchisé. De surcroît, toute décision doit faire l'objet d'un suivi pour
    gérer les éventuels contentieux et assurer le suivi de la relation avec le bénéficiaire d'une
    décision qu'il est en droit de contester. L'un des enjeux de la déstructuration géographique
    de la relation entre l'administration et le citoyen induite par les nouvelles technologies est

    59

    de faire assumer la responsabilité d'une décision par un responsable en dernier ressort. Cela
    suppose des systèmes d'information particulièrement performants et un suivi rigoureux des
    contacts du citoyen avec une succession d'intervenants dans la chaîne de gestion
    administrative.


    II ­ 4 ­ c Les télécentres

    Beaucoup d'espoirs ont été fondés sur ces télécentres susceptibles a priori de
    permettre d'exercer une fonction dans des locaux partagés avec d'autres organismes et
    permettant ainsi d'exercer une activité dans des locaux à frais partagés. S'agissant de
    l'administration, la problématique est particulière dans la mesure où elle dispose déjà de très
    nombreux points d'implantation sur l'ensemble du territoire.

    Ce fait implique qu'il n'a pas été possible d'obtenir des exemples de télécentres
    administratifs rassemblant des agents de diverses administrations dans des locaux banalisés.
    Tout au plus peut-on identifier quelques agents hébergés dans des structures de leur
    ministère de rattachement en province. Cet état de fait ne signifie pas qu'il n'y a pas dans ce
    domaine des voies à explorer comme nous le verrons plus loin. En effet, la grande
    multiplicité de locaux administratifs répartis sur le territoire permet d'avoir un maillage de
    points d'entrée sécurisés vers les réseaux informatiques des administrations. Ainsi, autant il
    peut sembler difficile, voire budgétairement inaccessible et techniquement hasardeux de
    sécuriser des dizaines de milliers de points d'entrée chez des agents à leur domicile, autant
    une réflexion pourrait être menée pour étudier la possibilité que des agents se rendent dans
    des locaux administratifs de proximité pour exercer leur fonction. En effet dans le premier
    cas, la difficulté en serait d'autant plus grande qu'il faudrait également gérer les
    changements de domicile, de matériels et les évolutions technologiques de tous ces bureaux
    virtuels. Dans le second cas, il faudrait gérer quelques milliers de locaux stables et
    répertoriés. (cf. infra).

    Il existe cependant au sein de l'administration quelques exemples d'utilisation de
    structures existantes pour accueillir des fonctionnaires relevant d'autres structures

    Le cas des agents nomade de la sous-direction de l'informatique du Ministère de
    l'Agriculture

    Au sein de la MSDNSI se trouvent 8 informaticiens coordonnateurs inter services (ICI). Ils
    sont chargés d'animer le réseau des informaticiens en inter-région. Ils permettent le relais
    entre l'administration centrale et les services déconcentrés. Ils sont régulièrement
    présents au sein des services déconcentrés et sont attachés à une structure d'accueil en
    département ou en région. Ils sont toutefois gérés comme des agents appartenant à
    l'administration centrale. Ils sont en effet placés sous l'autorité hiérarchique du chef de la
    MSDNSI.
    Un agent est également basé au sein de la direction départementale de l'agriculture et de
    la forêt (DDAF) de Lyon et ceci pour des raisons d'ordre personnel. Cet agent se rend à
    Paris deux jours par semaine et est sous l'autorité hiérarchique du chef de la MSDNSI. Il
    réalise des missions en lien avec l'architecture des systèmes d'information du MAP.


    II ­ 4 ­ d Le télétravail en réseau

    Aux termes de la définition précisée au point I-4, le fonctionnaire est localisé sur un
    site géographique différent de celui qui aurait du être naturellement le sien. L'enquête a
    montré que cette voie était largement explorée par l'administration qui a créé des centres de
    compétence répartis sur le territoire. Ces centres sont amenés à traiter des sujets au niveau

    60

    national ou interrégional alors que la voie traditionnelle aurait consisté à gérer le dossier
    dans le ressort géographique du demandeur ou du bénéficiaire.

    L'essor de ce mode de traitement de la matière administrative et la création de
    relations nouvelles entre l'administré et ses correspondants administratifs impliquent que
    l'organisation retenue bouscule le schéma classique de l'organisation pyramidale.

    De manière traditionnelle, toutes les administrations étaient organisées d'une
    manière identique dans chaque ressort administratif, chaque chef de service assumant la
    responsabilité de la décision prise à l'égard du citoyen. Cette organisation pyramidale
    repose sur une compétence large de chaque agent en face-à-face avec l'administré et
    susceptible d'apporter une réponse pertinente ou d'obtenir au sein de son service cette
    réponse dans des délais convenables.

    Cette organisation repose sur le déplacement du citoyen dans un bureau ou un
    contact téléphonique aux heures d'ouverture. Pour maintenir la qualité du service,
    l'administration est donc amenée à maintenir des guichets ouverts dans un très grand
    nombre de points avec des plages d'ouverture larges. Ce système, qui a été longtemps
    satisfaisant est devenu plus difficile à gérer en raison d'un ensemble de contraintes de plus
    en plus lourdes :

    · La complexité des réglementations est de plus en plus grande. A titre
    d'exemple, la réglementation fiscale représente plus de 50000 pages de texte,
    et s'enrichit chaque année, si bien que les agents ne peuvent maîtriser de
    manière parfaite que des champs de plus en plus restreints ;

    · L'exigence d'efficacité et de productivité pèse de plus en plus lourdement
    sur les services qui sont amenés à ajuster les effectifs en fonction de la réalité
    de la charge ;

    · L'exigence des administrés s'est alourdie qui acceptent de moins en moins
    l'attente. Les contraintes horaires qui pèsent lourdement sur le citoyen entre
    les exigences professionnelles et familiales impliquent une demande
    d'ouverture ne correspondant pas nécessairement aux standards
    administratifs ;

    · Le développement de nouveaux modes de contacts au sein des grandes
    administrations privées (banques, assurances...) par le biais de plate-formes
    spécialisées ont créé de nouvelles attentes du citoyen. Pourquoi est-il
    possible de contracter un prêt bancaire le samedi et pas de régler un
    problème fiscal ? D'une manière générale, l'émergence des TIC a conduit à
    une déstructuration de la relation entre le client et l'entreprise par rapport aux
    modes habituels d'organisation à l'agence ou dans le magasin.
    L'administration ne pouvait rester à l'écart de cette tendance lourde.




    Pour répondre à ces défis l'administration a mis en oeuvre divers moyens afin
    d'améliorer sa relation avec ses correspondants. Les moyens traditionnels mis en oeuvre

    61

    dans les années quatre vingt comme la création de nocturnes dans certains services ou
    l'extension des heures d'ouverture, si utiles soient-elles, ont rapidement trouvé leurs limites
    pour des raisons ayant trait au nombre de personnels dans les postes les plus petits. Dès lors,
    l'administration s'est tournée vers un usage plus intensif des TIC. Le développement des
    téléprocédures, des sites d'information sont une partie de la réponse qui n'est pas l'objet du
    présent rapport. Il suffira d'évoquer le succès de la télédéclaration en ligne de l'impôt sur le
    revenu ou de l'obtention du certificat de situation d'un véhicule lorsqu'un particulier
    souhaite vendre son véhicule, pour témoigner du succès de ces efforts auprès des citoyens29.

    Mais toutes ces techniques restent impersonnelles et il demeure de nombreux cas où
    le contact entre l'administré et un service est ressenti comme indispensable par le citoyen
    qui bute sur une réglementation ou ne sait pas comment satisfaire à une demande
    particulière. C'est précisément l'objet de ces centres de compétence.








    De quoi s'agit-il ? Des agents compétents sont à la disposition des administrés pour
    répondre à des interrogations techniques. Deux modes de contact sont possibles : le
    téléphone, ce qui suppose une réponse en temps réel et le courriel. Dans le cadre du courriel,
    il est possible par des moyens techniques de faire tomber celui-ci directement dans la boîte
    du service qui aurait traité la question s'il avait été saisi par les moyens habituels. Dans le
    cadre du téléphone, l'extension des horaires d'ouverture a conduit à créer des centres
    d'appels. Mais dans le cas de l'administration le problème est rendu plus complexe car il
    convient d'assurer le suivi de la réponse donnée à la question posée en cas de contestation
    ultérieure, ou de contentieux. Le découplement de la responsabilité administrative et de la
    responsabilité territoriale ne doit pas empêcher le service territorial d'assumer la
    responsabilité globale de l'administration.

    Ces éléments expliquent pourquoi ces techniques ne peuvent être mises en oeuvre
    que si et seulement si un système d'information performant a été mis en place permettant
    de suivre en détail la relation avec l'administré et permettant à l'agent qui risque de se
    trouver in fine en face-à-face avec l'administré de connaître l'historique de la relation sur le
    dossier contesté. Si l'usage des TIC permet d'améliorer la qualité du service rendu aux
    citoyens, ces techniques ne doivent pas se traduire par une dégradation du respect des droits
    vis-à-vis de l'administration.

    On trouvera ci-dessous un schéma très simplifié de la gestion de la relation entre
    l'administration et un citoyen.


    29 Le schéma directeur de l'administration électronique 2006-2010 édité par la Direction générale de la modernisation de
    l'Etat montre tant la diversité des initiatives prises par les différentes autorités administratives que la variété des champs
    couverts. Sans être en relation directe avec le développement du télétravail, elle est symptomatique d'une volonté affirmée
    d'utiliser les TIC dans le champ administratif.

    62

    Organisation traditionnelle






    Chef de service







    Spécialiste A
    Spécialiste B
    Spécialiste C






    Administré





    Système d'information

    du service





    Dans ce cas et au sein d'un ressort, l'administration locale gère l'ensemble des
    dossiers relatifs aux administrés. Elle assure de manière quasiment personnalisée le suivi de
    la vie du dossier qu'il s'agisse des simples demandes d'information ou des actions
    contentieuses.

    En fonction de sa spécialité, chaque agent est amené à traiter une partie du dossier
    dont la synthèse peut être faite localement. L'usage de l'informatique de masse avait déjà
    dans de nombreux cas entraîné une délocalisation de la tenue des fichiers informatiques,
    mais leur consultation par les agents locaux ne modifiait pas fondamentalement le rapport
    de l'agent au citoyen et au traitement de sa demande. Tout au plus se retrouvait-on dans une
    situation où des spécialistes mettaient à disposition d'un service les informations dont ils
    avaient besoin. Dans bien des cas, la mémoire locale, ainsi que les supports papier
    conservés sur place permettaient de s'assurer du suivi en cas de défaillance du système

    La création des centres de compétences modifie radicalement cette appréhension
    physique de la relation. Le fonctionnement en réseau suppose que le système d'information
    permette de suivre la relation avec l'administré afin de pouvoir à tout moment réagir à une
    difficulté ou une contestation. Le schéma ci-dessous explicite de manière très simplifiée la
    nature des relations qui se construisent entre les différents acteurs de la chaîne.



    63






    Le suivi du traitement de l'information


    avec l'intervention d'un centre de


    compétences



    Service
    Centre de
    Géogra-
    Réponse
    compé-

    phique
    tences






    Spécialiste A
    Spécialiste B
    Spécialiste C
    Spécialiste 1
    Spécialiste 2
    Spécialiste 3






    contestation
    Interrogation du

    système d'information

    Administré



    ·
    Système d'information

    national ou

    interrégional






    Interrogation initiale






    L'interrogation initiale est transmise à un centre de compétence situé n'importe où
    sur le territoire national, et engendre une réponse pour l'administré. Pour ce dernier il y a
    une totale transparence, et la réponse lui est fournie comme s'il s'adressait à son service
    territorial. La réponse lui est fournie par son correspondant qui va devoir renseigner le
    système d'information si cet échange l'impose. En cas de contestation, le dossier sera traité
    par le service du ressort dont dépend l'administré qui peut se rendre sur place. L'agent de ce
    service aura accès aux différentes phases du dossier et de la réponse donnée afin de pouvoir
    reprendre le dossier au point où il aura été laissé lors du dernier échange.

    Cette longue introduction sur les prérequis nécessaires pour un développement du
    fonctionnement en réseau des administrations explique pourquoi ces techniques ont été un

    64

    peu longues à mettre en oeuvre. Il demeure aujourd'hui qu'il s'agit de méthodes
    organisationnelles répandues qui concernent dans les différentes administrations des milliers
    d'agents. Ce télétravail en réseau modifie en profondeur les conditions d'implantation des
    services sur le territoire, en ne liant pas l'implantation nécessairement au ressort
    d'attribution. Plusieurs exemples peuvent être donnés afin d'illustrer ce propos.

    L'émergence des centres de compétences est donc intimement liée à la
    modernisation de l'administration car seul un système d'information très performant
    accessible en temps réel par toutes les parties permet de découpler l'information de masse
    qui peut être donnée aux administrés dans des conditions de production de masse, donc plus
    économiques pour le budget de l'Etat, et le traitement individuel des contestations de tous
    ordres. Les exemples ci-dessous émanant en particulier des Ministères des finances et de
    l'Intérieur montrent l'ampleur du phénomène dans certaines administrations.


    Le Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie a engagé une réflexion sur la
    mobilité professionnelle et géographique, afin de rechercher « une meilleure adéquation
    entre la localisation de certaines activités et les souhaits des agents », grâce aux
    nouvelles technologies qui « permettent aujourd'hui de traiter des dossiers à distance, en
    tout lieu de notre territoire national ».

    Dans ce cadre, il a demandé aux directions d'examiner « dans [leurs] travaux de gestion
    ou de contrôle ce qui pourrait être exécuté à distance, par une structure qui n'est pas
    aujourd'hui territorialement compétente. »

    Au Trésor Public, les principales expériences de « déplacement » du travail ont porté sur
    des délocalisations de tâches spécialisées exercées en administration centrale ou en
    Trésorerie Générale.

    Aux structures spécifiques, comme la trésorerie générale pour l'étranger à Nantes ou la
    TGCST à Châtellerault ont ainsi succédé depuis quelques années, des pôles nationaux
    de soutien au réseau, des centres d'encaissement des recettes publiques et, en 2005
    dans le cadre de la suppression du service de la redevance audiovisuelle, de véritables
    structures de gestion (pôles interrégionaux d'apurement administratif). Ces structures
    travaillent à distance pour l'ensemble du réseau.

    De même, à l'instar des entreprises privées qui développent des centres d'appel (« hot-
    line » ou « call-center »), le Trésor public a récemment mis en place en 2005 des centres
    prélèvements-services afin de répondre aux démarches simples des usagers en matière
    de prélèvement automatique (gestion de la mensualisation...).

    Toutes ces structures, qui permettent « d'industrialiser les process », sont toutes dotées
    d'effectifs de plusieurs dizaines d'agents. Cette taille justifie un fonctionnement autonome
    qui n'autorise pas la qualification de « centre de télétravail » (mais plutôt de « centres de
    traitement à distance »).

    Ces structures sont localisées, pour la plupart, dans des chefs-lieux de région. Outre la
    nécessité de trouver des locaux adaptés à des structures d'une telle taille, cette
    configuration répond au souci des agents de se rapprocher de grands centres urbains
    (universités, importantes zones de chalandise).

    Pour le Ministère de l'Intérieur, le pôle d'appui au contrôle de légalité de Lyon,
    service rattaché à la DGCL, exerce une mission de centre de ressources au profit d'une
    vingtaine de préfectures et leur apporte une expertise en matière de contrôle de légalité. La
    saisie de ce pôle relève du préfet et peut se faire par divers moyens dont la voie numérisée.
    Ce pôle va voir son ressort territorial étendu à l'ensemble des préfectures début 2007. Il

    65

    comptera à terme une quinzaine d'agents qualifiés financés par redéploiement de la part des
    préfectures dont il doit faciliter la tâche.

    Dans l'administration des Douanes le télétravail délocalisé est également mis en
    oeuvre dans tous les secteurs compatibles avec ce mode d'organisation. Cette démarche se
    traduit notamment par le choix de Valenciennes en octobre 2005 pour l'implantation du
    centre national de contacts « info douane service », par la centralisation de certaines taxes
    sur quelques bureaux (Nice pour certaines composantes de la TGAP, Lille pour le
    remboursement de la TIIP poids lourds des transporteurs européens...).

    Le développement des centres de compétences présente plusieurs avantages. Les
    agents qui y travaillent se trouvent dans un environnement de bureau traditionnel et à ce
    titre l'organisation ne diffère pas de ce qu'elle est dans d'autres services. Contrairement aux
    autres formes de télétravail, il n'y a pas d'adaptation particulière en termes de gestion de
    personnel ou de management de proximité. Il permet de maintenir une présence
    administrative forte dans des villes qui n'y ont pas naturellement vocation. C'est ainsi qu'est
    implanté à Châlons-en-Champagne le centre le plus important de paie des fonctionnaires,
    travaillant pour douze trésoreries générales.

    Le choix de l'implantation peut dépendre des zones où les agents désirent s'installer
    ou permettre de résoudre un problème de baisse de charge comme à Rennes avec la réforme
    du service de la redevance et donc d'éviter des problèmes sociaux considérables.
    Néanmoins, cette organisation ne gomme pas toutes les difficultés de gestion de personnel.
    En effet, le passage dans un centre de compétence ou un centre d'appel est une étape dans
    une carrière si bien que le centre doit être implanté dans une zone ouvrant des perspectives
    pour les agents afin d'éviter certaines situations de blocage. En termes de métiers, ces
    centres ouvrent néanmoins des perspectives de mobilité aux agents qui le souhaitent en leur
    permettant de s'implanter soit dans un centre de compétence délocalisé, soit dans des zones
    où existent encore de fortes charges.

    II ­ 4 ­ e Un cas particulier : le téléenseignement

    Alors que le Centre National d'Enseignement à Distance (CNED), ainsi qu'on l'a
    vu, est pilote dans l'organisation du télétravail dans le monde l'enseignement, cette forme
    d'organisation du travail se caractérise par une situation particulièrement ambiguë voire
    paradoxale dans le monde de l'enseignement.

    Les statuts prévoient que l'enseignement est délivré en présentiel, ce qui suppose un
    face-à-face entre l'enseignant et les élèves. De ce point de vue, la situation du CNED relève
    de l'exception puisqu'elle concerne des personnels connaissant des difficultés particulières
    et bénéficiant à ce titre d'une dérogation. A contrario, l'enquête de la Dares relevait que
    26% des enseignants se considèrent comme des télétravailleurs (nomades, à domicile où en
    alternance), ce qui est sans doute l'un des meilleurs taux de la fonction publique. De
    surcroît, cette population est parmi celle bénéficiant de l'un des meilleurs taux
    d'équipement personnel en micro-ordinateurs. Il convient d'ajouter à ce tableau que de
    nombreuses universités utilisent les TIC pour transmettre les supports de cours voire
    davantage en contradiction avec les statuts des personnels.

    C'est dans ce contexte que des expériences sont menées afin d'utiliser les TIC pour
    améliorer la qualité du service rendu aux élèves. En particulier, cette technique permet

    66

    d'offrir un accès à un plus large choix pour les langues rares à des élèves qui n'auraient
    autrement pas le choix dans des zones défavorisées de ce point de vue.

    Une expérience originale dans le département Deux-Sèvres

    En 2004/2005, le dispositif de visio-enseignement a fonctionné sur 4 collèges dans le sud
    (Lezay, Sauzé-Vaussais, Brioux/Boutonne et Chef-Boutonne) et seulement sur 3 dans le
    nord (Argenton-Château, Cerizay et L'Absie), le collège de Moncoutant s'étant retiré.
    Il a concerné 177 élèves, très majoritairement pour l'apprentissage de l'allemand (111
    élèves) et de l'espagnol (36 élèves)
    D'autres usages ont été testés, notamment pour une initiation au Polonais, dans le nord
    (12 élèves), et pour un soutien aux élèves anglophones des collèges du sud (18 élèves).

    Points positifs
    Sur le plan technique et matériel
    Excellente fiabilité du dispositif technique (« amélioration constante »)
    Très bonne maîtrise des outils par les professeurs
    Assistance technique dans les studios
    Sur le plan pédagogique et culturel
    Diversification du choix des langues en 6e (allemand implanté ou maintenu)
    Renforcement des acquis culturels et linguistiques en section européenne
    Développement des compétences des élèves à l'oral (évaluations satisfaisantes, progrès
    plus rapides des élèves des sections européennes)
    Sur le plan éducatif
    Développement de l'autonomie des élèves et de leur capacité de concentration et
    d'écoute des autres
    Sur le plan de l'accompagnement
    Aide, suivi et soutien des collègues (IPR d'allemand, coordonnateur)
    formation inscrite au PAF
    formation inter-académique en visioconférence avec l'académie de Limoges
    Sur le plan de la mise en réseau des établissements
    Renforcement de liens et de la coopération entre les collèges concernés (« entente
    cordiale » selon d'un des principaux)

    Freins et difficultés
    Le dispositif, montant en puissance et entrant dans sa troisième année, traverse une
    « crise de croissance », notamment dans les collèges du sud.

    pour les élèves :
    ce n'est plus une nouveauté, ce qui lui enlève de l'attractivité
    ils ont toujours le même professeur, ce qui entraîne une forme de lassitude et de
    désinvestissement
    ils en voient davantage les contraintes (temps de cours débordant sur la pause de midi,
    visites du professeur prises sur leurs heures de permanence, travail supplémentaire,
    engagement sur la durée...) que les avantages (atout supplémentaire pour la poursuite de
    leur scolarité)
    => difficultés à les motiver et à intéresser les familles
    pour les professeurs :
    difficultés croissantes à motiver les élèves (3e par exemple), malgré une recherche
    pédagogique permanente, dans le cadre technique actuel (renouvellement des thèmes,
    productions écrites...)
    difficultés croissantes à mettre en place les « visites » dans les collèges distants à des
    groupes dont le nombre augmente
    craintes de se voir, à terme, cantonnées au visio-enseignement au détriment de
    l'enseignement en présentiel
    inquiétudes par rapport aux éventuelles solutions de remplacement en cas
    d'indisponibilité des professeurs visio
    lourdeur de la préparation, notamment en section européenne, où il faut beaucoup se
    renouveler et concevoir tous les supports

    67


    pour les chefs d'établissement
    «
    Etranglement
    » au niveau de la faisabilité des emplois du temps
    : problème
    d'alignement, impact négatif du visio sur les autres emplois du temps avec conséquences
    pédagogiques sur d'autres projets, complexité croissante, prise en compte difficile des
    « visites » du professeur, coût très important du dispositif en termes de moyens horaires,
    incidences sur les effectifs en LV2 traditionnelle....

    Le problème est plus marqué dans le dispositif sud, avec 4 collèges :
    difficultés à motiver les familles dans ces conditions
    difficultés à faire appliquer la charte des classes bilangues (3h + 3h), retour à 4h anglais +
    3h allemands
    difficultés à mettre en route de nouveaux usages avec d'autres enseignants d'autres
    disciplines
    difficultés à gérer les remplacements en cas d'absence prolongée d'un professeur visio,
    ce qui met en jeu la crédibilité de cette forme d'enseignement

    Néanmoins, ce système se combinant avec l'enseignement traditionnel, l'analyse des
    difficultés montre les difficultés pour ajuster des emplois du temps répondant à des logiques
    différentes. De surcroît, des réticences se font jour auprès de certains enseignants craignant
    d'être cantonnés dans cette forme d'enseignement, au détriment du présentiel.

    En tout état de cause, l'amélioration de la prestation de l'éducation nationale est
    évidente en offrant à ceux qui en étaient exclus des enseignements nouveaux.

    II ­ 4 ­ f L'approche budgétaire

    Le télétravail est-il une source d'économie budgétaire?

    A cette question apparemment simple, la réponse est complexe. En effet si des
    économies sont évidentes dans le cas du télétravail à domicile avec l'économie de locaux de
    centre-ville par exemple, la réalité semble s'éloigner des concepts purs. En effet les cas de
    télétravail rencontrés dans l'administration sont le plus souvent alternants, ce qui implique
    le maintien de tout ou partie des locaux de travail au siège de l'organisation.

    A contrario le télétravailleur génère des frais qui n'existaient pas antérieurement
    comme l'achat et la maintenance d'un système informatique délocalisé et compatible en
    termes de logiciels avec ceux de la structure, des frais de télécommunications, des frais de
    déplacement liés aux réunions régulières organisées par la hiérarchie pour maintenir l'esprit
    d'équipe et assurer la cohérence de l'action du service. En outre, brosser un bilan global
    devrait se faire en tenant compte de la réalité des économies générées. Entre un service
    implanté dans un arrondissement central de Paris et celui installé dans un immeuble de
    facture industrielle dans la périphérie d'une ville de province, l'équilibre financier est
    modifié de manière significative.

    De surcroît, la timidité des administrations à aller vers une organisation
    donnant sa pleine place au télétravail, et le fait que le télétravail soit réversible
    puisqu'il s'exerce à temps limité sur la base du volontariat, expliquent le peu d'entrain
    des administrations à capitaliser les économies éventuelles, car le retour en arrière
    serait de facto impossible en période de disette budgétaire.


    Dans ces conditions, il n'a pas été possible à la mission de donner un avis définitif
    sur l'incidence budgétaire de cette organisation en ce qui concerne le télétravail à domicile.

    68

    En effet, pour ce qui est des autres formes de télétravail, cette organisation s'exerce soit
    sous la contrainte d'une fonctionnalité qui s'impose (cas du télétravail nomade) et la
    problématique budgétaire du télétravail disparaît derrière la nécessité de service, soit dans
    les locaux administratifs délocalisés et la problématique est d'une autre nature.

    Dans le cas du téléenseignement, l'avantage est moins directement budgétaire que de
    permettre d'offrir à un coût acceptable des ouvertures à des élèves exclus de certains
    enseignements pour des motifs géographiques, ce que les méthodes traditionnelles
    n'auraient pas permis de faire pour des motifs budgétaires.

    S'agissant du télétravail à domicile il est néanmoins possible d'affirmer que son
    extension devrait permettre des économies dans le secteur de l'immobilier et générer des
    coûts sur les autres postes. La logique de la LOLF permet aux services de gérer cette
    évolution. Après recoupement des différentes informations qu'il a été possible de recueillir,
    la mission estime, sans toutefois disposer de chiffres indiscutables, tant les expériences sont
    parcellaires et diverses, que le solde devrait être une économie, à condition que cette forme
    d'organisation du travail soit considérée comme pérenne et qu'il existe une réelle capacité à
    capitaliser les économies sur les locaux.

    Enfin, la dimension budgétaire doit également tenir compte des gains de productivité
    à attendre d'une extension de ce mode de fonctionnement. Comme cela a déjà été évoqué,
    les chiffres obtenus par la mission sont d'une grande variabilité, si bien que le parti a été
    pris de n'en citer aucun. Néanmoins, tous les témoignages, français et étrangers (cf. annexes
    sur les situations dans les pays étrangers) conduisent à la même conclusion que l'enquête de
    British Telecom déjà citée : le télétravail génère de la productivité et donc à terme des
    économies.



    II ­ 5 Les partenaires sociaux et le télétravail


    II ­ 5 ­a Les positions des partenaires sociaux

    L'Europe s'est intéressée tôt au télétravail avec notamment un rapport de la
    Commission sur le Statut du Télétravail européen (1997) et les projets ADAPT à partir de
    1995. C'est à la suite de l'échec du dialogue social interprofessionnel européen
    (Unice/CES) sur le travail temporaire que les partenaires sociaux ont recherché des thèmes
    de discussion susceptible d'aboutir et privilégié le dialogue social européen sectoriel. Deux
    accords sur le télétravail ont été conclus dans le secteur du commerce en avril 2001 et dans
    le secteur des télécommunications (Etno Unieuropa/CES) en février 2001. C'est ce dernier
    qui a servi de base aux négociations interprofessionnelles qui ont abouti à l'accord du 16
    juillet 2002.


    L'article 139 du Traité d'Amsterdam prévoit en effet la possibilité pour les
    partenaires sociaux de mettre en place un dialogue social autonome avec un accord-cadre
    européen puis une transposition par les partenaires sociaux des différents États membres.
    Ces dispositions conventionnelles ont alors la même valeur contraignante qu'un texte
    législatif pour les signataires de l'accord.

    C'est à l'occasion d'auditions ou de réunions de travail entre la mission et les
    différents partenaires sociaux que les précisions qui suivent ont été fournies.


    69

    Le MEDEF

    Comme les autres partenaires sociaux, le Medef a participé aux discussions qui ont
    précédé et accompagné la signature des deux accords, il considère que l'initiative
    européenne s'inscrit dans la stratégie de Lisbonne qui prônait le mariage de la souplesse et
    de la stabilité de l'emploi.

    Les représentants de l'organisation ont rappelé l'antériorité de cette réflexion et le
    fait, que le sujet du travail, en général, a été concerné dans l'ensemble, par plus de
    conventions collectives que par des textes de loi jusqu'en 1970 ; puis, à partir de cette
    époque et, en particulier, de 1970 à 1980, beaucoup de textes législatifs ont prévu les
    modalités de concertation, les congés, les heures de travail, la résiliation d'anciennes
    conventions, ...

    Le Medef souligne sa préférence pour les conventions collectives et sa conception
    du marché de l'emploi actuel, caractérisé par une forte rigidité qui empêche des catégories
    d'entrer sur le marché de l'emploi (jeunes, chômeurs de longue durée) ; le manque de
    mobilité de la main-d'oeuvre. Il faut trouver des instruments qui répondent à cette situation.
    Le télétravail présente de multiples avantages, mais le Medef considère que l'ANI a peu
    stimulé le Télétravail. Enfin, le Medef n'attend pas de politiques publiques incitatives,
    l'ANI peut répondre aux besoins par la conclusion de contrats entre employeurs et salariés.

    La CFTC

    Pour la centrale syndicale cet accord européen résulte d'une négociation volontaire
    et c'est la première fois que les partenaires sociaux européens concluaient un accord après
    des négociations qu'ils avaient eux-mêmes initiées hors de la tutelle de la Commission
    européenne. Les Etats membres avaient trois ans pour transposer cet accord européen selon
    les modalités définis par les partenaires sociaux de chaque pays. Aussi dès 2002, la CFTC
    avait demandé une négociation en vue de transposer l'accord européen qui se traduirait par
    un accord national interprofessionnel qui lui-même serait repris dans une loi s'appliquant à
    tous, y compris aux fonctions publiques.

    La CFTC distingue trois relations de télétravail :

    · Le télétravail salarié régulier qui a fait l'objet d'une négociation
    interprofessionnelle au niveau européen et français (ANI du 19/07/2005) et
    pour lequel la CFTC demande de légères modifications législatives et
    réglementaires telles que celles proposées par le forum des droits sur
    l'Internet et les propositions de loi 2314 et 2860 ;

    · Le télétravail salarié occasionnel qui pour la CFTC devrait faire l'objet d'une
    réflexion et d'une négociation dans les branches et les entreprises (cf. plan
    grippe aviaire, pratiques non formalisées existantes insatisfaisantes, etc...) ;

    · Le télétravail indépendant. La CFTC se préoccupe particulièrement du travail
    économiquement dépendant (lien de para-subordination) tel qu'étudié en
    2003 par la DG « Emploi et affaires sociales », la CFTC voulant clarifier
    cette « zone grise ». Par ailleurs, la CFTC est contre le système des enchères
    inversées ayant des implications dans la relation de travail.

    70


    Cependant, la CFTC reconnaît que l'ANI répond à ses principales préoccupations
    pour sécuriser le salarié en situation de télétravail. Pour elle, il est important de faire vivre
    cet accord sur les points suivants :

    · En adoptant les quelques aménagements législatifs et réglementaires
    nécessaires (cf propositions de loi 2314 et 2860 et recommandations du
    Forum des droits sur l'Internet). Pour la CFTC, il vaut mieux appliquer et
    mettre en oeuvre l'ANI que de rajouter trop de nouvelles contraintes qui
    pourraient nuire au développement du télétravail ;

    · En impulsant une dynamique ;

    · En coordonnant les projets. (la CFTC est pour le développement des
    télécentres. Hors depuis l'appel à projet de la Datar...rien) ;

    · En facilitant l'e-inclusion des handicapés, l'aménagement du territoire et le
    développement ou le maintien d'emplois sur l'ensemble du territoire,...

    · En négociant une adaptation de l'ANI aux spécificités de la profession.
    Actuellement peu de branches s'investissent dans de telles négociations (hors
    télécommunications,...) ;

    · Par une vraie réflexion sur le télétravail et sa prise en compte dans la
    stratégie de l'entreprise ;

    · Par l'inscription de ce thème lors de la NAO ou lors des négociations GPEC
    (tous les 3 ans) ;

    · La CFTC constate le peu d'enclin des entreprises à communiquer ou à
    négocier sur ce thème depuis l'ANI.

    La plus grande partie de ses revendications ayant été inscrites dans l'ANI, de ce fait, la CFTC a
    préféré une mise en oeuvre avec des modalités négociées dans le respect des dispositions normatives
    et des recommandations de l'ANI et notamment :
    -
    la charge de travail et les délais doivent permettre de restituer son travail en
    respectant à la fois la durée journalière légale, la durée hebdomadaire légale ainsi que le
    repos hebdomadaire
    ;
    - La
    relation salarie / entreprise doit être identique à celle établie dans les locaux de
    l'entreprise. Réunion d'information, réunion de service, tête à tête hebdo avec le
    supérieur hiérarchique (remplacer par le TàT téléphonique). C'est parce que les
    nouvelles technologies permettent de travailler chez soi qu'elles permettent de
    conserver les mêmes relations avec l'entreprise de chez soi ;
    -
    Le respect de la vie privée. L'entreprise ne peut pénétrer au foyer du collaborateur par
    les moyens technologiques que sur des périodes prédéfinies et contractuelles. Par
    ailleurs, la CFTC est réservée sur les inspections de la part des entreprises ou du
    CHSCT au domicile qui doit rester un lieu exclusivement privé. En revanche la
    vérification de la conformité des normes électriques doit être obligatoire et financée
    ainsi que la remise éventuelle aux normes par l'entreprise. Les visites doivent être de
    l'initiative du salarié ;
    -
    Le télétravail apportant de la souplesse, c'est aux excès qui faut s'attaquer. Le risque
    majeur
    reste que le télétravailleur soit gérer comme un sous-traitant que l'on pressure

    71

    c'est donc la charge de travail et les délais et leurs évaluations qui se trouvent au
    coeur de la problématique. Là pas de doute, la méthode pour les évaluer doit être la
    même que pour les salariés travaillant dans les locaux de l'entreprise
    . Il ne doit pas y
    avoir de différence qui ne ferait que marquer la suspicion envers l'engagement
    professionnel des télétravailleurs ;
    -
    La publicité des postes vacants et l'information des salariés ;
    -
    Le non isolement social du télétravailleur.


    La CGT

    Cosignataire de l'accord de 2002, la CGT a émis un avis favorable sur l'accord
    national interprofessionnel relatif au télétravail. Ses analyses sont reprises dans l'encadré
    qui suit.



    Enjeu et le contexte de la négociation

    C'est la première transposition d'un accord-cadre européen signé par l'ensemble des partenaires
    sociaux. Il s'agissait pour la CGT que ces télétravailleurs... soient considérés « comme des salariés à
    part entière et non entièrement à part » et qu'ils bénéficient donc des mêmes garanties collectives
    auxquelles s'ajoutent des garanties spécifiques liées à la forme d'organisation de leur travail
    (protection de la vie privée, présomption accidents du travail, volontariat et droit de réversibilité du
    télétravail ...).

    L'enjeu principal de cette négociation était de transformer et d'enrichir l'accord européen pour obtenir
    un accord interprofessionnel normatif qui accorde une sécurisation des droits des télétravailleurs
    applicable directement pour toutes les branches et les entreprises.

    Contenu de la négociation

    Toutes les « possibilités concrètes » de garanties collectives des télétravailleurs dans l'accord ­cadre
    européen sont transformées en garanties normatives dans l'accord interprofessionnel, dont
    notamment :

    -
    Le caractère volontaire du télétravail selon lequel le salarié peut choisir le télétravail avec
    l'impossibilité de considérer le refus du télétravail comme un motif de licenciement.


    -
    Le droit de réversibilité qui permet au télétravailleur de mettre fin au télétravail et d'occuper un
    poste dans les locaux de l'entreprise à égale qualification.


    -
    L'équipement avec la prise en charge obligatoire de l'entretien, de l'adaptation et du coût par
    l'employeur, y compris lorsque le télétravailleur, exceptionnellement, utiliserait son propre matériel
    (progrès par rapport aux accords des branches Télécom et Commerce où cela dépendait d'accord
    de gré à gré).


    -
    La protection de la vie privée où les plages horaires au cours desquelles l'employeur peut
    contacter le salarié sont définies conjointement (progrès par rapport à l'accord de branche du
    commerce où seul l'employeur était décideur en la matière).


    Les points durs de la négociation ont concerné trois aspects

    -
    Tout d'abord une définition normative du télétravail obtenue difficilement (cf. article 12 « La
    définition du télétravail visée au 1er alinéa de l'article 1 ne peut faire l'objet d'une dérogation »). Il
    s'agissait d'éviter de multiplier les différentes formes d'appellation du télétravail et ainsi
    s'autoaffranchir, localement ou dans les branches professionnelles, de l'accord interprofessionnel.


    -
    D'autre part, l'inclusion des salariés « nomades » qui utilisent les nouvelles technologies, dans la

    72

    définition du télétravail, ce que voulait le Medef alors qu'ils représentent à ce jour la majorité des
    télétravailleurs. Bien qu'étant soumis aux mêmes conditions de travail que les télétravailleurs, ils
    sont privés des garanties collectives sur le télétravail, y compris lorsqu'il existe un accord de
    branche (ce qui n'est plus le cas avec le projet d'accord interprofessionnel).


    -
    Enfin, la question de contrats d'embauche exclusivement de télétravailleurs qui permettraient la
    création de sociétés prestataires de services de télétravail ou d'entreprises qui pratiquent une
    mixité de contrats d'embauche (salariés et télétravailleurs). Ce point de la négociation reste
    décevant. Ces contrats d'embauche de télétravailleurs remettent en cause le volontariat et la
    réversibilité. Ils peuvent aussi aboutir à une discrimination entre salariés.


    La CGT s'est trouvée isolée sur ce point. En revanche, avec FO, la CGT a obtenu, lorsqu'un contrat
    d'embauche en télétravail existe et si l'entreprise emploie aussi des salariés « à demeure » dans ses
    établissements, une clause de réinsertion prioritaire dans les locaux de l'entreprise.

    Au final la Délégation CGT avait émis un avis positif sur ce projet d'accord « plus contraignant pour les
    employeurs que l'accord cadre européen ».


    Bien qu'ayant manifesté des réserves qu'elle juge importantes, la CGT a reconnu
    son accord sur des principes tels que le volontariat et la réversibilité.

    Pour l'organisation syndicale, le télétravail demeure une forme souple
    d'organisation du travail qui doit correspondre à une volonté partagée de deux parties en
    présence, le salarié et l'employeur. Le télétravailleur étant un salarié comme un autre et
    devant bénéficier des mêmes garanties individuelles et collectives. Cependant, cette activité
    semble ne devoir correspondre qu'à des périodes de vie professionnelle, sans état
    permanent, sans permettre l'établissement d'une rupture sur le plan des contacts entre
    salariés, le maintien des échanges, des expériences partagées est fondamental. Tout
    isolement est à proscrire.
    Afin que le télétravail n'ait pas une mauvaise réputation, il est indispensable
    d'établir des relations de confiance, de réfléchir à des accords de branches pour des secteurs
    d'activités qui pourraient les justifier.

    La CFDT Cadres

    Elle investit depuis années sur le sujet et porte des revendications telles que le droit à
    la déconnexion, le respect de la vie privée et l'encadrement du télétravail sauvage. Dès
    2003, la CFDT30 Cadres avait formulé 15 propositions sur le télétravail :

    Proposition 1 : Chaque télétravailleur doit disposer d'un contrat de travail précisant les modalités
    spécifiques à sa situation de télétravailleur, en se référant aux règles préalablement et collectivement
    négociées au niveau interprofessionnel ou de la branche ou de l'entreprise.

    Proposition 2 : Les instances représentatives du personnel doivent être consultées et informées sur
    le télétravail.

    Proposition 3 : Le télétravail obéit à la règle du volontariat du salarié.

    Proposition 4 : Chaque télétravailleur dispose des mêmes droits que l'ensemble des salariés.

    Proposition 5 : Chaque télétravailleur a droit à l'expérimentation et au retour dans son poste initial.

    Proposition 6 : Chaque télétravailleur a droit à un équipement et un environnement professionnel de
    qualité.

    30 La CFDT Cadres a édité un guide d'aide à la négociation collective pour les équipes de la CFDT

    73


    Proposition 7 : Chaque télétravailleur doit pouvoir négocier et mesurer son temps et sa charge de
    travail.

    Proposition 8 : Chaque télétravailleur n'est pas corvéable à merci, 7 jours sur 7 et 24h sur 24H et doit
    pouvoir se déconnecter de l'entreprise.

    Proposition 9 : Chaque télétravailleur a droit au respect de sa vie privée.

    Proposition 10 : Chaque télétravailleur a droit à une formation spécifique liée au contexte de son
    activité professionnelle.

    Proposition 11 : Chaque télétravailleur doit être encadré par des managers formés aux spécificités
    du télétravail

    Proposition 12
    : Chaque télétravailleur a droit à l'information professionnelle et syndicale, au moyen
    des différents supports existants pour l'ensemble des salariés.

    Proposition 13 : Chaque télétravailleur a droit à une présence physique régulière dans les locaux de
    l'entreprise, avec ses collègues, sa hiérarchie.

    Proposition 14 : Chaque télétravailleur a droit à une gestion de parcours professionnel prenant en
    compte la spécificité de son environnement de travail.

    Proposition 15 : Les effets du télétravail doivent faire l'objet d'études à l'initiative des pouvoirs
    publics.

    Elle insiste sur la double innovation de ces accords :

    · Dans la forme car il s'agit du premier accord européen mis en oeuvre par les
    organisations patronales et salariales de l'union européenne. Ces dispositions
    conventionnelles ont alors la même valeur contraignante qu'un texte législatif
    pour les signataires de l'accord ;

    · Dans le sujet, à savoir l'encadrement d'une nouvelle organisation de travail
    permise par les technologies de l'information et de la communication. Le
    télétravail y est considéré comme un moyen pour les entreprises de
    moderniser l'organisation du travail mais aussi comme un moyen pour les
    salariés de concilier vie professionnelle et vie sociale et de leur donner une
    plus grande autonomie dans l'accomplissement de leurs tâches.

    Cgt-FO

    Les apports de FO à la négociation de l'ANI portent sur des points qu'elle a jugés
    comme essentiels dès l'origine et sur lesquels elle souhaitait un large consensus.

    La normativité de l'accord a été une revendication constante de FO

    L'affirmation forte du principe du statut de salarié par opposition au statut d'indépendant
    Le télétravailleur reste un salarié à part entière et non pas entièrement à part

    La création d'une clause d'insertion pour les salariés embauchés directement en qualité de
    télétravailleur
    Dans l'accord européen existe une distinction entre les salariés déjà présents dans l'entreprise qui
    deviennent télétravailleurs à qui s'applique la clause de réversibilité et ceux embauchés directement

    74

    en qualité de télétravailleur qui sont exclus de ce principe.

    FO a soulevé à chaque fois la discrimination existante entre ces deux catégories de salariés et a
    demandé que soit prévue une clause d'insertion pour ces salariés embauchés directement en
    télétravail.
    Cette clause d'insertion doit permettre au salarié de connaître l'opportunité des postes vacants dans
    les locaux de l'entreprise par une information spécifique voire obtenir une priorité d'embauche. C'est
    ce que l'accord indique clairement cf. Article 3 « réversibilité et insertion ».

    La création de la notion de référent
    Concernant l'organisation du travail et ce afin de lutter contre l'isolement du salarié travailleur FO a
    demandé à ce qu'un référent soit désigné dans l'entreprise dans l'objectif de lui apporter soutien et
    assistance et plus largement afin d`assurer la coordination entre le télétravailleur et l'entreprise, de le
    tenir informé de manière générale et d'établir des contacts réguliers ainsi que de prévoir des retours
    en entreprise périodiques.

    II - 5 ­ b Les conséquences des accords

    La formalisation du télétravail est l'une des avancées de l'accord européen transposé
    en juillet 2005, elle se manifeste par un contrat type ou un avenant précisant l'ensemble des
    conditions d'exécution du travail, celles relatives à l'équipement informatique du
    télétravailleur, à ses règles d'utilisation, aux « plages de disponibilité » pendant lesquelles le
    salarié peut être joint par sa hiérarchie ou ses collègues. Auparavant, le télétravail se
    pratiquait par arrangements souvent informels entre les salariés et leur hiérarchie ou par
    accord de gré à gré. Seules, quelques entreprises, telles que IBM-France, EDF-GDF,
    Accenture, France Télécom, avaient défini un cadre précis.

    C'est pourquoi, tout en en reconnaissant l'exemplarité de l'accord, il est nécessaire
    de cibler les inconvénients qu'il peut générer, paradoxalement dus en partie au cadre
    normatif qu'il impose. Ce texte introduit des règles qui, imprécises ou encore incomplètes,
    peuvent induire une plus grande rigidité dans l'organisation du travail et plus d'incertitudes
    sur d'éventuels contentieux que pourraient introduire des salariés, qui jusqu'à présent
    s'étaient organisés, dans l'ensemble, en bonne intelligence avec leur employeur.

    En effet, tant que ces règles n'étaient pas édictées, les organisations à l'extérieur des
    locaux habituels d'exécution du travail reposaient sur une latitude offerte au collaborateur
    (aucune contrainte n'étant imposée au salarié de travailler ou non à distance). Avec ce texte,
    il semble difficile de taire les questions de l'aménagement (voire du contrôle) du temps de
    travail, des éventuelles participations financières ou de la prise en compte des effets induits
    par cet éloignement. Par ailleurs, le caractère général de la définition soulève quelques
    incertitudes sur les catégories professionnelles à exclure de la définition du télétravailleur :

    · Aucune distinction n'est opérée entre les non cadres, cadres en jour/forfait,
    cadres autonomes et cadres dirigeants ;

    · Aucune exclusion n'y est clairement mentionnée, notamment concernant les
    « salariés en clientèle » (alors que le code du travail reste silencieux sur ces
    catégories salariales) ;

    · Exclusion faite du temps de travail des itinérants visé à l'article L 212.15.3).


    75

    Ces observations sont d'autant plus judicieuses, que ce texte a vocation à s'appliquer en
    l'état aux Entreprises, sans attendre les transpositions conventionnelles de branche ou
    d'entreprise.

    Une nouvelle dynamique, l'implication des acteurs sociaux

    La plupart des syndicats d'Europe ont pris, au début du développement du
    télétravail, des positions sinon opposées du moins très réservées. Leurs attitudes tendaient à
    obtenir rapidement des garanties sur des points essentiels tels que : le caractère volontaire
    du télétravail, la possibilité des revenir au moins une fois par semaine sur le lieu de travail,
    de communiquer aisément avec les autres salariés... Au fur et à mesure, certains syndicats
    (Europe du Nord et Canada notamment) se sont montrés disposés à revoir leurs positions et
    à s'ouvrir à des analyses concrètes.

    C'est la signature du premier accord cadre de 2002 qui a marqué une étape
    déterminante vers une meilleure appréhension sociale du télétravail, d'autant qu'il a obligé
    les signataires à une réelle mise en oeuvre, en dehors des Etats, assumant par eux-mêmes les
    conséquences de leurs engagements. La balle est dans le camp des partenaires sociaux et les
    progrès dépendent largement de la bonne foi des uns et des autres et donc du niveau de
    confiance qui sera instauré.

    Les accords de branches

    Avec son arrêté définitif d'extension du 15 juin 2006, l'ANI s'applique désormais à
    tous les employeurs compris dans son champ d'application, ceux dont l'activité principale
    était représentée par l'un des trois signataires patronaux : Medef, CGPME et UPA.

    Parmi les délégués syndicaux, certains souhaiteraient que l'employeur engage des
    négociations notamment, sur le respect de la réglementation sur le temps de travail (article 9
    de l'accord sous réserve des dispositions de l'article L.212 ­1-1 du code du travail) en lui
    rappelant, si besoin est, les termes qui s'imposent désormais à l'entreprise : principe
    d'égalité de traitement (ANI, art.4 et 11, in fine) ou à propos de l'exercice des droits
    collectifs : « Les télétravailleurs sont identifiés comme tels sur le registre unique du
    personnel ».

    Force est néanmoins de constater, que ces accords ont encore très peu produit en
    matière de conventions collectives de branche ou d'entreprise.







    II ­ 6 Le télétravail et l'équipement technique des réseaux ­ comparaisons
    internationales



    Parmi les obstacles au développement du télétravail, la question doit être posée de
    l'incidence de l'équipement technique du pays et de son adaptation aux TIC.

    En 2005, l'utilisation des nouvelles technologies par les particuliers a progressé.
    Selon le quinzième tableau de bord de l'innovation publié le 19 juillet dernier, quelques
    chiffres peuvent être soulignés :


    76

    · Les ventes de micro-ordinateurs au grand public n'ont jamais été aussi
    élevées. Elles ont dépassé près de 2,6 millions d'unités sur l'ensemble de
    l'année 2005 (+ 23 % par rapport à 2004) ;

    · 50 % des ménages sont désormais équipés en micro-ordinateur en fin
    d'année 2005, (contre 33 % en 2001) ;

    · 36,5 % des ménages sont connectés à l'Internet à domicile (contre 18 % en
    2001) ;

    · 75 % des ménages ayant accès à l'Internet à domicile sont connectés en haut
    débit ;

    · 80 % des Français utilisent un téléphone mobile en fin d'année 2005, (contre
    62 % en 2001).

    · Comme le relève le rapport 2006 sur la société de l'information, grâce au
    haut débit, le temps d'utilisation d'Internet par les Français a
    considérablement augmenté et s'élève désormais chaque semaine à 12h30,
    loin devant le temps passé par les citoyens des grands pays européens
    partenaires, la moyenne européenne s'élevant à 10h.

    Ces quelques chiffres indiquent s'il en était besoin que ces technologies sont
    désormais du domaine du grand public avec une pénétration rapide comme en témoigne le
    tableau suivant.

    INDICATEURS
    UNITE
    2002 2003 2004





    Equipement en micro-ordinateurs des ménages en % total des foyers
    36% 44% 50%
    Equipement en micro-ordinateurs portables
    en % total des foyers
    3% 8% 11%
    Communes couvertes par le haut débit
    en nombre
    7600 25976 33453





    ABONNEMENTS A INTERNET









    Abonnements à Internet
    en millions
    9,1 12,3 13,3
    Dont accès haut débit
    en % des abonnés
    20% 55% 71%
    Dégroupage
    en milliers de lignes
    6 1600
    2800





    TELEPHONIE MOBILE









    bourgs non couverts
    en nombre
    3073 - 2496
    taux de pénétration
    En % de la population
    64% 74% 80%
    source : rapport sur la société de l'information en France

    La difficulté réside dans la perception d'éléments qui pourraient freiner le
    développement du télétravail, en termes de comparaisons internationales. Trois points
    émergent des comparaisons internationales réalisées en particulier dans le cadre du rapport
    annuel de la mission pour l'économie numérique :

    · En dépit de la progression rapide de ces dernières années, le taux
    d'équipement des ménages en micro-ordinateurs peut apparaître comme

    77

    faible en termes de comparaisons en particulier avec les pays du nord de
    l'Europe (85% en Suède). Même si l'accord national interprofessionnel
    prévoit que « lorsque le télétravail s'exerce à domicile...l'employeur fournit,
    installe et entretient les équipements nécessaires au télétravail. Si,
    exceptionnellement, le télétravailleur utilise son propre équipement,
    l'employeur en assure l'adaptation et l'entretien
    », il demeure que les
    ménages non équipés ne peuvent pas s'approprier un outil et que le chemin à
    parcourir pour devenir télétravailleur est dès lors beaucoup plus ardu.

    · Un second obstacle pourrait apparaître dans l'inexistence de haut débit
    desservant le domicile du télétravailleur. Cette difficulté est particulièrement
    vive dans certaines zones rurales. En effet, si 13.3 millions de foyers sont
    abonnés à Internet et si 71 % de ces abonnements sont réalisés avec des
    techniques haut débit indispensables pour assurer un usage professionnel, il
    demeure que les zones urbaines ont été équipées en priorité et que près de
    3000 communes ne sont pas couvertes par un accès Internet à haut débit.
    Encore faudrait-il pour être réaliste ajouter à ces communes les zones des
    communes officiellement couvertes parce qu'alimentant le centre bourg alors
    qu les zones périphériques ne le sont pas. C'est donc actuellement une partie
    non négligeable du territoire qui faute d'équipements exclue du télétravail
    ses habitants. Néanmoins, le Premier Ministre a déclaré en juin dernier que
    l'Etat aiderait financièrement à compter de 2007 les petites communes non
    desservies par l'ADSL. Cette contribution pourra atteindre pour les plus
    petites d'entre elles 80% de la dépense.

    · Les projets de développement des techniques Wimax devraient permettre
    d'améliorer sensiblement la situation au cours des deux prochaines années.
    Néanmoins, en termes de comparaisons internationales, la France n'est pas si
    mal placée. Se situant en 2004 dans la moyenne européenne avec 6.2 %31 des
    foyers ayant accès au haut débit contre 6 % pour l'Europe des 15 avant
    l'élargissement, elle se place loin derrière le Danemark ou les Pays-Bas qui
    en ont plus de 12 %, mais devant le Royaume Uni (5.3 %), l'Allemagne
    (5.4%) ou l'Espagne (5.5 %).

    A l'évidence, si cette situation doit être améliorée, ces comparaisons associées au
    taux de progression de ces TIC au sein de la population indiquent que l'explication de la
    trop lente progression du télétravail en France ne peut être recherchée que très partiellement
    dans un retard d'équipement.

    III ­ Développer le télétravail


    III ­ 1 Une dynamique d'aménagement du territoire

    Au terme de ce tour d'horizon sur le télétravail en France, plusieurs problématiques
    émergent qui montrent que les évolutions en cours sont loin d'être neutres en termes
    d'aménagement du territoire. Loin des réflexions a priori, l'expérience acquise montre que
    des tendances souterraines se font jour qui vont contribuer à structurer l'activité économique
    et l'occupation des territoires au cours des prochaines décennies. Chaque forme de
    télétravail impacte cette problématique de manière différente.

    31 source : Arcep dossier spécial.

    78


    III ­ 1 ­ a La ville et sa banlieue

    Les villes se développent autour d'un modèle unique engendré par la nécessité de
    réunir en un lieu une grande masse de salariés, qui partent vivre de plus en plus loin en
    banlieue, poussés par l'accroissement du coût du logement. Ce modèle qui était limité
    jusqu'aux années récentes en France, outre la Région parisienne, aux principales villes de
    province se répand comme une norme. Tous les facteurs externes poussent dans le même
    sens : coût du logement devenu inaccessible aux classes moyennes en centre-ville, souhait
    d'une plus grande qualité de vie que les zones rurbaines de la périphérie sont censées
    apporter, développement tentaculaire des transports collectifs pour répondre à cette nouvelle
    demande... Les durées de ces migrations quotidiennes peuvent devenir dirimantes dans
    certaines zones.

    Le Conseil Economique et Social relève dans un avis du 27 mars 2002 relatif au
    rapport sur le temps des villes, alors que « la part de la vie éveillée d'un homme était à 70 %
    consacrée au travail sous Napoléon, elle était tombée à moins de 20% avant l'adoption de
    la Loi sur les 35 h... Le travail n'est plus le seul synchronisateur des temps sociaux
    ». Ce
    phénomène se conjugue avec celui de la désynchronisation des temps sociaux et à une plus
    grande porosité des temps sociaux entre eux. Dans son avis le CES ajoute « En transformant
    profondément les modes de vie au quotidien, les TIC ...permettent une maîtrise accrue de
    son espace-temps personnel ».


    Le télétravail est dans ce cadre un outil privilégié. En permettant de s'abstraire
    même partiellement des contraintes liées aux migrations quotidiennes (cf. supra exemple du
    Rectorat de Bordeaux), il contribue à rendre cette tendance plus présente. Pour l'actif qui
    désire travailler mais également préserver des disponibilités pour ses autres temps sociaux,
    la déstructuration du temps permise par le télétravail à domicile autorise la réalisation de
    tout ou partie de ses désirs, processus interdit lorsque l'on quitte son domicile le matin pour
    y revenir tard le soir.

    Cette tendance sociétale mérite d'autant plus l'attention que certaines contraintes
    pourraient conduire à l'amplifier. Non seulement la durée des migrations quotidiennes
    s'allonge et génère stress et fatigue, mais ces déplacements sont l'une des sources
    essentielles de la pollution des zones urbaines. Des mesures palliatives ont été prises les
    jours de pollution pour réduire la vitesse des véhicules et limiter les déplacements, mais
    l'annulation de déplacements devenus inutiles grâce à l'usage du télétravail est une mesure
    radicale. Dans les situations exceptionnelles (pollution, intempéries, grèves...), le télétravail
    offre une ressource pour maintenir l'activité économique et est une piste qui n'a pas encore
    été explorée, dont les opportunités sont considérables en termes d'organisation du temps et
    de préservation de l'environnement.

    Si le calcul coûts/avantages du télétravail dans les zones urbaines intégrait les coûts
    sociaux générés par ces migrations, nul doute que la collectivité conclurait rapidement à la
    nécessité de généraliser ce mode d'organisation. Mais les seules approches budgétaires
    possibles dans l'immédiat sont d'une part le bilan pour l'employeur qui est strictement
    financier, et d'autre part le rapport coûts/avantages pour le télétravailleur qui intègre de
    manière implicite son intérêt en termes de gestion de ses temps sociaux sans que ceux-ci ne
    puissent par ailleurs être évalués en termes monétaires.


    79

    A l'évidence, l'émergence du travail mobile est une opportunité à saisir pour aider à
    structurer la ville et sa banlieue, en réduisant les temps improductifs de trajet, les sources de
    pollution générées par les déplacements contraints et inutiles, et en construisant un mode de
    fonctionnement adapté à un environnement technique qui ouvre de nouvelles opportunités.
    Le développement des télécentres d'IBM en périphérie des villes est un exemple qui peut
    être adapté et copié.

    III ­ 1 ­ b Maintenir une population dans les zones rurales défavorisées et
    revitaliser l'activité économique

    La Révolution industrielle a été le temps des grandes concentrations humaines
    rendues nécessaires par les besoins de l'activité industrielle émergente. Au 19ème et au 20ème
    siècles, les migrations ont concerné toutes les régions rurales françaises dont les jeunes
    travailleurs sont venus s'embaucher dans les usines des régions industrielles. La nécessité
    d'une concentration physique de la main-d'oeuvre ne se discutait pas car elle était rendue
    nécessaire par l'état des techniques. L'émergence des TIC modifie le rapport de la
    production à l'occupation de l'espace. Il est devenu possible de créer des vastes unités de
    travail virtuelles sans rassemblement humain.

    A l'accumulation physique de compétences de force de travail en un lieu donné,
    succède la construction de communautés virtuelles de travail constituées d'agents qui ne se
    connaissent pas physiquement et qui sont réunis par la poursuite d'un objectif commun.
    Cette remarque concerne le monde du travail comme celui des espaces et des temps
    personnels comme en témoigne l'émergence des communautés sur Internet.

    Cette possibilité technologique a d'ailleurs déjà été utilisée par des chercheurs
    lorsqu'ils demandent à des particuliers de laisser leurs ordinateurs personnels en réseau pour
    augmenter la puissance de calcul de leurs machines et ainsi gagner du temps dans leurs
    recherches. Ainsi des milliers de personnes qui ne se connaissent pas participent en réseau à
    un projet qui les motive. Naturellement cette organisation est transposable au monde du
    travail. De la même manière les réseaux peer to peer32 permettent d'associer dans une
    démarche commune des individus éloignés et qui n'ont que le point commun d'une
    recherche sur des sujets identiques, chacun mettant à disposition des autres sa base de
    données et bénéficiant de l'accès à celle de ses partenaires sur Internet

    Comme le résume l'une des têtes de chapitre d'un document de 2005 intitulé
    « Global Innovation Outlook », patronné par IBM avec des contributions de nombreuses
    entreprises et universités de tous les secteurs d'activité économique, « l'innovation est un
    état d'esprit, pas un département (d'entreprise
    ». Les TIC permettent de faire disparaître la
    nécessité d'une concentration physique des moyens organisés autour d'une structure
    d'entreprise. Elles gomment l'effet de taille et permettent l'émergence de TPE performantes
    n'importe où, seules comptant l'intelligence et la perception du marché33. Ainsi, plus de 0.7

    32 Il s'agit des réseaux virtuels aussi appelés « particulier à particulier » qui peuvent servir à des objets ludiques comme le
    téléchargement d'oeuvres musicales, mais aussi de la mise en réseau de machines appartenant à des particuliers, pour une
    recherche supervisée par un point central qui collecte ainsi de l'information en temps réel.
    33 Depuis de nombreuses années le commerce du livre ancien a été complètement modifié par Internet. A une situation
    traditionnelle où le chaland devait se rendre dans une boutique spécialisée pour consulter le stock, succède une offre large sur
    le réseau qui permet d'offrir ses produits à une zone de chalandise sans limites. Ceci explique que de nombreuses librairies
    spécialisées dans ce secteur, installées notamment dans des petites villes de province, réalise une partie très significative de
    leur CA sur Internet. A la profession traditionnelle du libraire-imprimeur succède sa version high tech de libraire-internaute.
    C'est la première révolution dans la diffusion du livre depuis Gutenberg !

    80

    millions d'américains tirent leur revenu principal d'une activité rendue possible par le site
    de vente aux enchères e-bay.

    Dans ces conditions, le terme délocalisation perçu de manière systématique comme
    péjoratif car évoquant la fuite des usines vers les pays à bas coûts de main-d'oeuvre est aussi
    une opportunité pour revitaliser certaines zones rurales. Dès lors que le lieu d'implantation
    est relativement neutre et que les seuls éléments pertinents en termes d'analyse économique
    sont la qualité du produit offert, son adaptation au marché, son positionnement tarifaire et la
    réactivité de l'entreprise par rapport à ses clients, les zones rurales ont une carte à jouer.

    Il ne faudrait pas tomber dans un angélisme coupable. Cette carte n'est jouable dans
    le cadre du développement des TIC que si les résidents sont capables de s'adapter à ces
    règles du jeu économique complètement nouvelles. Les zones qui tireront leur épingle de ce
    jeu sont celles qui possèdent en leur sein les ressources humaines adaptées aux nouvelles
    technologies en termes de compétence, de maîtrise des TIC et de perception de l'évolution
    de marchés instables. Pour bénéficier de l'apport de la révolution numérique les formations
    qui doivent se mettre en place sont très éloignées des métiers traditionnels, ce qui ne signifie
    pas que ces métiers doivent être laissés à l'abandon. En effet, l'adaptation des savoir-faire
    les plus traditionnels aux nouvelles technologies est un enjeu majeur pour capter la clientèle,
    proposer des produits attractifs...Mais, l'émergence de zones dynamiques dont l'activité
    serait centrée sur ces secteurs suppose des prérequis en termes de compétences numériques
    des populations concernées, allant très au-delà de la simple maîtrise de l'outil informatique.
    Cela peut être une orientation de politiques publiques que de conduire une action en ce sens.
    La mission relève que les CFA qui jouent un grand rôle dans les formations aux métiers
    dans les zones rurales ont un rôle éminent à jouer en ce domaine.

    La revitalisation des zones rurales pourrait également se faire par le biais de
    migrations en leur faveur. La recherche d'une certaine qualité de vie, le coût de
    l'immobilier, une certaine mode peuvent expliquer l'engouement pour quelques zones.
    Néanmoins, si les technologies numériques sont un outil pour développer l'activité
    économique, leur présence ne modifie pas en profondeur l'attractivité d'une zone ou d'un
    pays qui dépend de la qualité de l'offre de soins, de la qualité du réseau d'enseignement, de
    la rapidité des liaisons avec les zones urbaines les plus proches, de l'offre culturelle, etc. A
    l'évidence, s'il est indispensable de renforcer l'offre en haut débit des zones défavorisées
    cette condition est loin d'être suffisante pour assurer un renouveau de l'activité
    économique34.

    Si par l'apport des TIC les zones rurales dévitalisées peuvent avoir une carte à jouer,
    il demeure qu'il s'agit d'une action qui doit s'insérer dans un projet plus vaste visant à
    améliorer l'ensemble de l'offre pour obtenir des niveaux qualitatifs perçus comme
    satisfaisants afin d'attirer de nouveaux actifs. Les résidants actuels peuvent bénéficier des
    opportunités offertes par la dé-territorialisation de l'activité rendue possible par le
    télétravail. Des politiques de formation et d'ajustement des compétences doivent être
    conduites afin de leur permettre d'acquérir le niveau requis pour se lancer sur des marchés
    ou la concurrence ne s'exprime pas au niveau de canton, mais directement au niveau
    mondial !


    34 Liste des départements présentant la plus forte attractivité pour les agents de catégorie B et C de la de la direction générale
    de la comptabilité publique : Calvados, Finistère, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Ille-et Vilaine, Indre-et-Loire, Morbihan,
    Pas-de-Calais.

    81

    Le développement des TIC donne une opportunité aux territoires ruraux. S'il est
    illusoire de penser que ces évolutions permettront de transférer massivement des activités,
    même si des opérations de ce type peuvent exister, le développement du travail mobile offre
    des opportunités à plusieurs niveaux :

    · Faciliter la réalisation de démarches personnelles de réinstallation dans des
    territoires ruraux délaissés35 ;

    · Permettre à des entreprises locales d'élargir leur zone de chalandise à peu de
    frais (cf. exemple du commerce du livre ancien déjà cité) ;

    · Ouvrir la perspective de création d'entreprises virtuelles employant des
    compétences réparties sur le territoire mais qu'il aurait été impossible de
    développer.

    III ­ 1 ­ c Un nouveau mode d'occupation administrative du territoire ?

    Dans la conception traditionnelle de la présence administrative sur le territoire de la
    république, il y a une uniformité et une homogénéité qui est aujourd'hui mise à mal par le
    développement des centres de compétence. En effet, la compétence sur les sujets les plus
    techniques se répartit différemment et ne respecte plus nécessairement l'organisation
    pyramidale traditionnelle. Parmi les freins psychologiques au développement du travail en
    réseau, il est possible de s'interroger pour savoir si une organisation en réseau qui donne de
    l'autonomie aux agents par rapport à la pyramide classique de l'administration française ne
    heurte pas inconsciemment de plein fouet l'idée que de nombreux responsables se font de
    l'organisation administrative.

    Force est néanmoins de constater que cette forme d'organisation se développe,
    soutenue par des systèmes d'information cohérents qui permettent de tracer la relation avec
    le citoyen et d'assurer à la fois la cohérence de la position administrative par rapport à un
    dossier et la permanence de celle-ci en tous lieux. Au respect par les agents d'instructions
    successives et de la règle du précédent, contrôlés par des cadres de proximité qui rendent
    compte à l'administration parisienne, succède l'application des règles édictées effectivement
    de manière centralisée mais dont l'application peut être divisée en une multitude
    d'intervenants. L'une des difficultés réside dans l'absolue nécessité d'assurer le respect de
    la doctrine par un système en réseau plus difficile à maîtriser.

    Cette évolution a des incidences fortes sur l'occupation du territoire. L'implantation
    de centres de compétences dans des villes touchées par le chômage (Valenciennes) ou
    déshérités du point de vue de l'emploi (Chalons en Champagne) fait sens du point de vue de
    l'aménagement du territoire. L'évitement de problèmes sociaux graves en transférant à un
    service voué à disparaître une nouvelle charge de travail permet de résoudre par la
    formation des difficultés qui n'auraient pu se résoudre dans le passé que par le
    déménagement de centaines d'agents (service de la redevance audiovisuelle à Rennes).

    Si le service rendu par les administrations doit être uniforme pour les citoyens sur
    l'ensemble du territoire national, les TIC permettent de rendre ce service de proximité tout

    35 L'exemple du site Zevillage qui a pour vocation de faciliter des installations dans la Mayenne, est caractéristique. Si les
    cinq implantations facilitées par cette prise en charge peuvent paraître faibles en valeur absolue, l'impact est néanmoins loin
    d'être négligeable au niveau d'un canton rural et s'agissant de professions intellectuelles.

    82

    en concentrant les traitements industriels dans des centres spécialisés disposant de la
    compétence des hommes et des outils adaptés. Ces gains de productivité dont bénéficient
    l'ensemble des citoyens se font en améliorant la qualité de la prestation technique. La carte
    administrative finit par se ressentir de cette évolution qui se fait essentiellement au profit de
    villes moyennes et de capitales régionales, qui correspondent à la fois aux voeux des agents
    en termes d'installation (cf. supra sur l'attractivité des territoires), et aux nécessités de
    gestion de l'administration, la concentration permettant de gérer sur la durée les carrières de
    manière plus fluide sans recourir au déménagement, toujours complexe dans une société ou
    les deux conjoints travaillent.

    Il est vrai que si chaque chef-lieu de département avait été choisi afin de permettre
    un accès en une journée de n'importe quel point du territoire départemental, il n'y a pas de
    capitale régionale aujourd'hui qui ne réponde pas à cette règle dans son ressort. D'une
    certaine manière, les moyens modernes de communication physique résolvent cette
    problématique en abolissant l'espace. Le télétravail permet d'assurer une présence de
    proximité en réalité beaucoup plus dense que ce que les moyens traditionnels n'autorisaient.
    Dans ces conditions, il télétravail est aussi un enjeu d'aménagement dans le cadre de la
    problématique particulière des centres de compétence.

    III ­ 2 Favoriser le télétravail dans le secteur privé.

    La description de l'émergence du télétravail et de son impact sur le mode
    organisationnel de la société française au travail implique de tracer des pistes d'action qui
    devront se traduire en propositions concrètes.


    III ­ 2 ­ a L'initiative des télécentres ruraux: une tentative en devenir


    A. Les initiatives

    Les collectivités territoriales en tant qu'acteurs du développement

    Au début, c'est la volonté même modeste de l'Etat qui a permis de développer des
    actions, alors que la plupart des projets ont été initiés ou portés au niveau local, par des
    incitations du type « appel à projets ». Ceux lancés en 1992, puis 1994 (Télétravail pour
    l'emploi et la reconquête des territoires) ont ciblé directement des réalisations de type
    « télétravail » portés par des collectivités, des administrations mais aussi des TPE/PME.
    C'est ainsi qu'au titre de cette dernière opération, 152 projets avaient été retenus. L'effet
    d'impulsion a été non négligeable auprès des collectivités.

    La plupart de ses projets ont été pensés comme des outils de développement
    économique en zone rurale ou sensible (quartier difficile, forte concentration de population).
    La plupart ont été soutenus par des crédits publics).

    Les entreprises : vers une prise de conscience généralisée.

    Si comme la mission l'a vérifié, les chefs d'entreprises sont plus sensibilisés au
    télétravail quand ils sont à la tête d'un personnel important, le gisement potentiel le plus
    prometteur repose néanmoins sur le tissu des PME/PMI qui se caractérisent par leur
    nombre, les plus petites étant les plus nombreuses. Cependant, réservés, attentifs et modérés
    ou hostiles au télétravail, les dirigeants sont encore trop prudents, et les efforts à venir

    83

    doivent porter essentiellement pourrait-on dire sur l'évolution de leur mentalité. Cela revient
    au manque d'information et d'explication sur des résultats dispersés qui mériteraient d'être
    l'objet d'une large communication (par voie institutionnelle et par voie de presse), à la force
    de la tradition du travail dans un pays comme la France.

    Il n'en est pas moins significatif, que peu à peu, les élus du monde rural sont
    sensibilisés au télétravail et les chefs d'entreprise sont avertis et éclairés des enjeux, parfois
    par l'action des chambres consulaires. Ils s'intéressent désormais, non seulement aux NTIC,
    mais se forment à ces nouvelles techniques. Ils sont prêts à tirer profit de la grande lassitude
    des résidents urbains et de l'attrait qu'exerce sur eux la nature.

    Il appartient aux acteurs publics de ne pas laisser s'essouffler ces frémissements,
    donc d'impulser, de concevoir, d'assurer le suivi de programmes susceptibles d'être
    suffisamment attrayants pour les entreprises dans le but de réduire l'exode rural et
    d'encourager le processus inverse observé actuellement.

    Les personnes : les catégories professionnelles concernées

    Le travail mobile semble pouvoir s'adresser à de multiples profils professionnels, il
    peut également concerner certaines catégories sociales, en particulier, celles qui sont
    touchées par l'âge et risquent de se voir écarter du champ du travail.

    Il s'agit notamment, des « seniors », lesquels sont visés par le « Plan d'action
    concerté sur l'emploi des seniors » qui prévoit de favoriser le développement de nouvelles
    formes d'emploi, celles-ci pouvant permettre également de dynamiser le marché du travail.

    Ces formes nouvelles d'organisation du travail correspondent aux groupements
    d'employeurs, aux entreprises de travail à temps partagé et au portage salarial36, pour
    lequel le plan propose une démarche expérimentale.


    A la suite d'une commande du cabinet de M. Larcher, une étude a été commandée par la DGEFP et
    pilotée conjointement avec la DRT, elle est actuellement en cours.

    Elle permettra de mieux connaître l'existant et les enjeux (répercussion sur les marchés, effets en
    termes de création d'emploi et de sécurisation des parcours professionnels, risques de sur-sollicitation
    pour les systèmes sociaux). Les premiers résultats font apparaître une grande hétérogénéité des
    pratiques et des réalités vécues par les travailleurs portés.

    S'agissant des seniors plus particulièrement, la conservation du statut salarial revêt une importance
    essentielle qui s'explique par le fait que leur carrière s'est déroulée dans la même entreprise pendant
    de très longues années avant d'être licenciés. Les activités vers lesquelles ils s'orientent
    correspondent à du travail en mission. Celui-ci représente une véritable reconversion et il n'est pas
    certain qu'ils puissent aller jusqu'à la création d'entreprise, d'autant plus que, pour un grand nombre
    de travailleurs portés, les revenus procurés par le portage paraissent particulièrement faibles. En
    outre, les premiers résultats de l'étude font apparaître une plus-value de certaines pratiques de
    portage, au regard de la consolidation des activités et de la professionnalisation des personnes
    (mutualisation de moyens, mises en réseau des salariés portés, appui, formation...).





    36 Déjà traité au niveau du travail des « indépendants »

    84

    B. Des expériences en cours

    La mission n'a pas pu développer l'ensemble des informations communiquées à
    l'occasion d'expériences passées ou en cours et de l'intérêt manifesté par certains
    organismes, en particulier, les agences départementales de développement économique telle
    que celle de l'Ariège37, les conseils économiques et sociaux, les chambres consulaires, la
    Chambre des Notaires, ...

    Les expériences communiquées par des Chambres de Commerce et d'Industrie (CCI)

    La plupart des établissements consulaires qui se sont manifestés, reconnaissent ne
    pas avoir effectué de travaux spécifiques sur le thème du télétravail, bien que des services
    d'accompagnement de créateurs soient contactés régulièrement pour étudier certains (petits)
    projets de développement dans ce secteur. Mais, si leur intérêt est récent, leur position n'en
    est pas moins significative en raison des souhaits émis en direction d'aides publiques pour
    surmonter les difficultés locales. Cette étude est loin d'être exhaustive mais permet de tirer
    quelques enseignements.

    Parmi les informations reçues, certaines établissent des liens avec un développement
    potentiel local du travail à distance. La mission n'en cite que quelques unes parmi les plus
    significatives.

    La CCI de Carcassonne relève que certains ressortissants européens, ­ britanniques
    pour la plupart - ayant acquis un bien immobilier dans le département, développent une
    activité de services aux entreprises (traduction ou comptabilité) avec des mandants
    britanniques à distance. Ce qui conduit l'assemblée consulaire à s'interroger sur les aides à
    la création d'emploi, les aides aux communes envisageables pour offrir un accueil
    incitatif
    à ces populations leur permettant, en se fixant hors des centres urbains, de
    pérenniser la vie dans les villages.

    Pour sa part, la CCI de Béziers, estime que la partie Nord de la circonscription
    pourrait se prêter au développement du télétravail. L'obstacle majeur dont témoignent les
    entreprises, reste l'accès aux réseaux, notamment le Haut Débit
    . Là encore, un soutien
    public
    est souhaité pour accélérer le process sur des zones actuellement considérées
    comme non prioritaires
    , mais qui offrent des conditions d'accueil accessibles, aussi bien à
    des porteurs de projet qu'à leur famille.

    La CCI de Caen partage la conviction que le télétravail représente un gisement
    d'activités et d'emplois qui, sans être extrêmement important, est susceptible d'apporter une
    contribution à la fixation d'activités économiques en milieu rural. L'observation de
    quelques initiatives dans le secteur privé doit permettre d'étudier si des modélisations sont
    possibles et si des encouragements de la puissance publique peuvent avoir des effets de
    levier sensibles (équipements Haut Débit, locaux collectifs dédiés...).


    37 Projet « L'Ariège accueille les solos » - le département pyrénéen favorise l'installation des télétravailleurs- le
    télétravailleur doit accepter le statut de cadre autonome. Dès lors, la disposition légale sur le repos quotidien minimal de 11
    heurs ne lui est plus applicable. L'accord déroge sur ce point au Code du travail, comme le permet la loi du 4 mai 2004.
    Selon les signataires, cette disposition permet au salarié de choisir une organisation incluant une interruption prolongée de la
    journée de travail, s'il souhaite vaquer à d'autres occupations. Le département de l'Ariège travaille sur le développement des
    infrastructures et des usages.


    85

    A l'occasion de cette mission, la Chambre régionale de commerce et d'industrie
    Paris - Ile de France a transmis un recensement des principales actions menées dans le
    domaine du télétravail, à partir des résultats dune enquête sur le télétravail appliqué aux
    métiers administratifs, réalisée en 2000 par l'Observatoire de la Formation, de l'Emploi et
    des Métiers (OFEM). Cette enquête souligne les avantages du télétravail pour l'entreprise
    et pour le salarié, préconise des mesures tendant à faire évoluer les pratiques de
    management, à favoriser le développement des bureaux de proximité
    et à promouvoir le
    télétravail vers une large gamme de métiers. Elle recommande une adaptation de la
    législation française afin qu'un cadre juridique soit élaboré pour améliorer la sécurité du
    salarié et celle du matériel.


    La CCI de Versailles est partenaire de l'opération Yvelines entreprises numériques,
    dispositif qui accompagne les chefs d'entreprise et leurs collaborateurs dans leur réflexion
    sur la mise en oeuvre des TIC, suivant la méthodologie Valid'Action Systéme d'information
    (V'ASI) développée par la CCI et traite notamment de l'organisation du travail.

    La communication de la CCI de la Lozère souligne : « que si de nombreux obstacles
    (d'équipements techniques) ont été surmontés, les espoirs placés voici quelques années dans
    le développement du télétravail, en particulier dans les zones rurales, n'ont pas toujours été
    suivis d'effets...


    La capacité d'accueil réside dans une offre globale comprenant bien sûr un cadre

    de vie préservé, mais également des logements, des équipements, une offre de loisirs et
    surtout des services correspondant aux attentes des nouveaux arrivants

    :
    télécommunications ADSL et couverture en téléphonie mobile, infrastructures de transport
    leur permettant de rejoindre ou recevoir leurs employeurs, leurs donneurs d'ordre ou leurs
    clients, présence de partenaires locaux capables de les épauler dans la gestion des
    questions des questions liées aux besoins de financement, à la commercialisation, ou à la
    communication, services marchands locaux performants, ... le développement de la
    téléactivité peut être un facteur de compétitivité pour les entreprises déjà implantées sur le
    territoire...les aides à l'équipement en liaisons Télécom en très haut débit de quelques
    zones d'activité contribueront à la compétitivité des entreprises installées, mais serviront
    également de support à l'implantation de télécentres. »


    Cet appui n'aura d'efficacité que dans le cas de co-investissement engageant l'Etat,
    l'Union Européenne, les collectivités locales et les financements privés ».
    La CCI de Seine-et-Marne, en collaboration avec la CGPME Ile de France mène
    actuellement une enquête auprès d'un échantillon représentatif du tissu économique et
    social, qui porte, entre autres, sur le télétravail.

    L'implication du Réseau National des télécentres (RNT)

    Tout appel à projets de la DIACT nécessite une action volontariste pour assurer la
    promotion des télécentres auprès des employeurs et des télétravailleurs, le Réseau national
    des télécentres (RNT) a été crée à cet effet, ses engagements sont les suivants :

    · Mettre en réseau les télécentres ;
    · Faciliter le développement de l'emploi par le télétravail ;
    · Promouvoir le partage d'expériences et la mutualisation entre télécentres ;

    86

    · Assurer une prospection commerciale collective des entreprises publiques et
    privées potentiellement intéressées par le télétravail ;
    · Effectuer toutes les activités se rapportant, directement ou indirectement, au
    télétravail (organisations d'évènements, services aux télécentres et à leurs
    usagers...).

    Les membres de ce réseau national ont aussi des engagements à tenir :

    · Adhérer à l'association ;
    · Respecter le cahier des charges remis lors de l'adhésion ;
    · Mettre tout en oeuvre afin de promouvoir le télétravail et les téléactivités en
    tant que mode d'organisation de travail.

    Les bases d'une stratégie engagée

    Le CIADT du 14 septembre 2004 a été considéré par nombre d'experts comme un
    tournant décisif pour toutes les entreprises et collectivités locales qui désirent s'investir dans
    de nouveaux modes d'organisation de travail.

    Quatre actions majeures ont été définies pour bâtir la stratégie des télécentres de
    demain.

    1. Construire - c'est répondre à de vraies questions économiques et sociétales et aux
    multiples besoins des entreprises, administrations et télétravailleurs potentiels. Les
    télécentres apportent des solutions mutualisantes en phase avec une dynamique
    territoriale.

    2. Former - c'est donner des perspectives d'avenir en fournissant des outils applicatifs
    par la formation afin que les chefs d'entreprise, les DRH et les futurs télétravailleurs
    puissent appréhender les atouts du management en réseau et de la conduite du
    changement.

    3. Développer - c'est identifier et élaborer une politique marketing adaptée aux
    différentes typologies d'entreprises (taille, marché, localisation,...). C'est aussi
    conjointement, favoriser les implantations des télécentres également polymorphes,
    principalement en milieu rural et dans les petites villes. Le RNT apporte son expertise
    sur ces deux axes de développement :
    · Attirer les entreprises vers de nouveaux modes d'organisation du travail ;
    · Encourager des télécentres en phase directe avec les besoins des entreprises
    et en parfaite harmonie avec les aspirations des télétravailleurs.

    4. Communiquer - c'est informer, débattre, échanger autour des enjeux des téléactivités
    en milieu rural. Au-delà de la dynamique engagée, le président de l'association
    française du télétravail va plus loin et propose un « plan Marshall » (cf. annexe 11)
    permettant de trouver les aides financières, de poursuivre les actions de
    communication, de former toutes les personnes concernées (chefs d'entreprises,
    personnels territoriaux des entreprises chargées d'accompagner les entreprises aux
    usages des TIC...)


    87

    III ­ 2 ­ b Développer le télétravail salarié

    A. Une politique publique incitative vis à vis des collectivités, des entreprises et
    des personnes

    Les conditions de la revitalisation des zones rurales sont réunies

    L'adaptation de la législation

    Afin de réduire les inégalités de développement au sein du territoire national, l'Etat a
    créé tout un ensemble de zones bénéficiant d'aides financières et d'un régime fiscal
    dérogatoire. Les Zones de Revitalisation Rurale (Z.R.R.) sont au nombre de ces zones.

    Ces Z.R.R., créées à l'article 42 de la loi n° 95-115 du 05 février 1995 d'orientation
    pour l'aménagement et le développement du territoire (J.O. n°31 du 5 février 1995 page
    1973), sont aujourd'hui l'objet d'une réforme aux articles 2 à 16 de la loi relative au
    développement des territoires ruraux.

    Dédiées au milieu rural, ces zones étaient jusqu'à présent inclues obligatoirement
    dans un autre zonage, celui des territoires ruraux de développement prioritaire (T.R.D.P.).
    Ces dernières sont quant à elles constituées par les zones éligibles aux programmes
    d'aménagement concerté des territoires ruraux des contrats de plan, ainsi que par les zones
    rurales d'intervention prioritaire pour l'attribution des primes à l'amélioration de l'habitat.

    La loi change la donne. D'une part, elle recentre le zonage Z.R.R sur l'établissement
    public de coopération intercommunale à fiscalité propre, forme la plus intégrée de
    coopération ; d'autre part elle simplifie le système d'exonération en vigueur et en élargie le
    champ. Les communes doivent donc désormais appartenir à un E.P.C.I. à fiscalité propre
    pour être inclues en Z.R.R.

    La loi prévoit en outre, que le « zonage relatif aux T.R.D.P et les dispositions qui y
    sont liées (...) demeurent en vigueur jusqu'au 31 décembre 2006 » et par la même que « les
    communes classées en zones de revitalisation rurale antérieurement à la promulgation de la
    loi relative au développement des territoires ruraux, qui respectent les critères »de
    population définis par l'article 2 I 2°, « mais qui ne sont pas membres d'un établissement
    public de coopération intercommunale à fiscalité propre, restent classées en zones de
    revitalisation rurale jusqu'au 31 décembre 2006 »

    Si les Z.R.R perdent leur obligation d'appartenance aux T.R.D.P, elles restent
    toutefois inclues dans les zones éligibles aux fonds structurels du règlement C.E.E.
    n°1260/99 du 21/06/1999 portant disposition générale des fonds structurels. Ces zones sont
    constituées par les zones rurales qui connaissent des problèmes structurels dont il convient
    de soutenir la reconversion économique et sociale (Zones de l'objectif 2).

    Par ailleurs, l'adoption de l'article L.1245-1du CGCLT en avril 2004 permet aux
    collectivités locales de déployer des réseaux Haut Débit dans le cadre d'un Service d'Intérêt
    Economique Général (SIEG).

    L'intervention publique comme levier, le rôle de la Caisse des dépôts est déterminant dans
    l'accompagnement des appels à projets sur le plan local

    88


    La Caisse des dépôts mène une action régulière dans cette perspective. Elle
    accompagne les décideurs locaux très en amont de leurs projets, investissant plutôt dans le
    long terme afin de contribuer d'une part à faire émerger des projets structurants et d'autre
    part, à les conduire vers une rentabilité d'économie de marché. La Caisse est désormais un
    partenaire privilégié de l'Etat et des collectivités locales dans le développement numérique
    des territoires. Parallèlement à son rôle d'investisseur dans les projets d'infrastructures Haut
    Débit, elle expérimente et investit pour développer des produits et des services internet
    destinés aux collectivités.

    En septembre 2005, la Caisse accompagnait 137 projets locaux d'infrastructures
    Haut Débit : 10 d'entre eux portés par des régions, 43 par des départements, 56 par des
    intercommunalités. Elle a cofinancé entre 30 et 50%, la quasi totalité des études d'ingénierie
    préalables à la décision de déploiement de ces infrastructures.

    Par ailleurs, la Caisse en partenariat avec la Documentation française et l'ADAE, a
    déployé depuis 2 ans « Service Public Local » qui permet aux collectivités locales de mettre
    en place sur leurs sites le guide des Droits et Démarches et des formulaires en ligne. La
    vocation de ce service est de proposer, outre les services, un dispositif d'accompagnement
    dans la mise en oeuvre (back office, formation, ...).

    Les modalités de réussite des politiques publiques

    B. Une action cohérente médiatisée et accompagnée

    Que ce soit pour revitaliser les zones rurales ou les banlieues en difficultés, les
    solutions à adopter doivent répondre à un certain « standard ». Elles doivent passer par un
    large processus d'information et de communication adaptée l'une et l'autre aux publics
    concernés. La communication gouvernementale peut jouer un rôle d'intermédiaire au niveau
    des grandes orientations des politiques publiques, il appartient aux collectivités territoriales
    de relayer cette information en développant des informations plus ponctuelles et
    pédagogiques. C'est à ce stade, que les initiatives locales peuvent être comprises et
    partagées.

    Ces politiques supposent donc des projets élaborés, une réelle mobilisation, dans un
    premier temps, de tous les acteurs publics, une orchestration cohérente et suivie de chaque
    responsable de projet ; dans un second temps, il est indispensable d'appuyer la
    communication stratégique par des campagnes de presse nationale (si besoin est) et surtout
    régionale. Au delà, une fois réelle, la prise de conscience des citoyens, une fois les
    équipements installés et les emplois ciblés, il s'agit encore, pour transformer l'essai, de
    mettre en place, des formations susceptibles d'apporter les compétences de base ou
    complémentaires indispensables au profil du télétravail pour le doter de
    l'autonomie nécessaire.

    On voit très bien que la réussite d'un projet répond à une réelle globalité mettant en
    cause l'Etat, les collectivités territoriales, le secteur privé, la presse. La diversité des acteurs
    risque de favoriser la dispersion des moyens, c'est pourquoi la mission préconise la mise en
    place d'une structure d'impulsion et de coordination dont le rôle consisterait aussi à évaluer
    l'impact des initiatives proposées, d'en démontrer l'intérêt et d'assurer le suivi des
    réalisations.


    89

    C. La formation : autre moteur de la réussite des projets

    C'est en 1997 que certains centres38 de l'AFPA, ceux de Guéret, Marseille Saint
    Jérôme et Avignon ont mis en place des formations aux téléactivités consistant, à partir d'un
    métier de base et d'une expérience professionnelle (secrétaire, rédactrice, journaliste ou
    dessinateur bâtiment), à acquérir les compétences requises pour exercer leur activité à
    distance, soit à domicile, soit dans un télécentre.

    Le contenu des formations était axé sur : la consolidation du projet professionnel, la
    maîtrise des TIC, l'organisation et la communication à distance.

    Ce travail a été capitalisé et valorisé dans le cadre d'un projet d'initiative
    communautaire PIC Emploi Teletra.

    Par la suite, en 2002, l'AFPA (Département tertiaire) s'est engagée dans un projet
    LEONARDO VIRTUALWORK piloté par un organisme espagnol ITURBROK spécialisé
    dans le conseil en formation et le développement des technologies pour les entreprises de
    Navarre. Ce projet visait plus spécifiquement le management et/ ou la coordination
    d'équipes à distance et a permis de développer un produit d'auto-formation multimédia en
    anglais (une version française est actuellement testée à l'interne AFPA.

    Depuis fin 2004 et jusqu'à fin 2006, le Département tertiaire est engagé dans un
    nouveau LEONARDO « EWORKLEARNET » piloté à nouveau par le cabinet ITURBROK
    avec un partenaire irlandais (ETEA MS) et un partenaire grec (IDEC) spécialisés aussi dans
    le conseil en développement et formation aux TIC.

    Ce projet vise :

    1. L'élaboration d'un référentiel Activités-Compétences, il identifie cinq activités :
    · Mettre en place une organisation à distance ;
    · Gérer les ressources humaines d'une équipe à distance ;
    · Manager et gérer à distance ;
    · Communiquer efficacement à distance ;
    · Utiliser efficacement les TIC dans le travail à distance.

    2. L'élaboration d'un référentiel d'Evaluation/Certification39 (en cours)

    3. L'élaboration d'un référentiel formation et des ressources formatives (en cours)

    L'ANPE interrogée par la mission n'a pas transmis d'éléments pouvant être pris en
    compte dans ce rapport. Il n'en reste pas moins que le rôle de l'ANPE ne se borne pas à
    développer le « Front Office », associée à l'AFPA, elle peut participer au développement du
    télétravail et à son accompagnement.

    38 Aujourd'hui, seuls les centres de MULHOUSE et NICE dispenseraient des formations au télétravail


    90


    III ­ 3 Une politique publique pour favoriser le télétravail dans le secteur public

    Dans le secteur public, chacun des cas évoqués mérite une action particulière.
    Comme on l'a vu, les obstacles législatifs ou réglementaires sont inexistants et le
    développement du télétravail est davantage un acte de pure gestion qu'une problématique en
    soi. Il demeure que cet outil est largement méconnu. Pour reprendre une expression déjà
    utilisée, il faut mettre fin au télétravail honteux, et faire progresser l'idée qu'il s'agit
    d'une forme d'activité au même titre que les autres, avec ses avantages et ses contraintes.

    III ­ 3 ­ a Faire savoir

    D'une manière générale il convient de faire sortir le télétravail de la clandestinité,
    pour que cette forme affichée d'organisation puisse produire l'intégralité de ses effets en
    termes de gains de productivité et d'économies budgétaires. Il est donc nécessaire d'afficher
    les règles, les méthodes, les résultats. La mission a été frappée de constater à quel point
    chaque administration réinventait les outils lorsque le problème venait à se poser, souvent
    dans la méconnaissance du travail de synthèse effectué par la Direction générale de la
    Fonction Publique.

    Cette difficulté conduit naturellement à s'interroger non sur l'environnement
    réglementaire, mais sur sa perception par les acteurs. Il est de la responsabilité des décideurs
    de conduire une politique d'information afin de lever ces barrières psychologiques. Dans un
    monde où la règle du précédent joue un rôle important, l'échange d'expériences, les
    témoignages sont nécessaires pour contribuer à lever les autocensures.

    Ce travail est rendu d'autant plus aisé que l'on ne part pas de rien. Les documents
    déjà édités par la Fonction Publique, la multiplicité des expériences que la mission a pu
    identifier, laissent penser qu'un recensement plus exhaustif conduit par l'administration
    responsable devrait permettre de rendre ces échanges d'expériences, conduites actuellement
    « chacun pour soi », particulièrement efficaces. La mission a le sentiment que le terrain est
    désormais favorable à un développement de ce type, tant les personnes rencontrées, au-delà
    des premiers étonnements sur les concepts et sur les définitions, ont montré de l'intérêt,
    surpris que leur administration fasse déjà du télétravail comme Monsieur Jourdain faisait de
    la prose !


    III ­ 3 ­ b Introduire le télétravail dans l'ordre des préoccupations
    normales du dialogue social.

    Un tel développement ne peut se faire hors la vue des instances de concertation
    habituelles.

    Certes le secteur public stricto sensu est exclu de l'accord européen et a fortiori de
    l'ANI du 19 juillet 2005. Il demeure qu'il est indispensable sur ce sujet de créer du
    consensus et donc d'associer tous les partenaires à la démarche. Comme cela a été relevé
    dans l'analyse des différentes positions syndicales, il n'y a pas de rejet ou de refus de
    considérer cet aspect de l'organisation du travail par les partenaires sociaux.

    Le télétravail devenant un point de la gestion courante des directions des ressources
    humaines, les partenaires sociaux doivent être associés à la démarche afin que la modernité
    ne fasse pas l'objet d'un rejet par les structures, et par les agents eux-mêmes. En particulier,

    91

    les craintes des partenaires sociaux sur l'identification des temps de travail par rapport à la
    vie privée doivent être prises en considération, afin de lever ces réticences. Aussi le
    télétravail doit-il devenir un point de l'ordre à traiter lors des négociations sociales au sein
    des instances habituelles. Cette transparence permettra de lever un certain nombre
    d'obstacles psychologues en clarifiant les règles.

    Le télétravailleur est un fonctionnaire comme les autres. Il bénéficie à ce titre des
    mêmes droits et avantages. La réaffirmation de ce principe dans le cadre de la Fonction
    Publique est un prérequis indispensable, pour lever les obstacles. Les fonctionnaires ont été
    soumis au cours des années passées à une forte pression dans le cadre de la réforme de
    l'Etat. Le télétravail viendra se surajouter à l'ensemble des contraintes perçues et il convient
    d'expliciter dès le lancement de cette politique qu'il s'agit d'une opportunité pour les agents
    dans le cadre d'une évolution gagant-gagnant, et non d'une contrainte supplémentaire.

    Le dialogue social devra donc aborder clairement les différents points qui permettent
    de gérer le télétravail dans un environnement clair. La liste ci-dessous reprend les différents
    points balayés (et déjà cités) par l'accord européen et l'accord interprofessionnel :

    · Le caractère volontaire du télétravail ;
    · Les conditions d'emploi, les télétravailleurs bénéficiant des mêmes droits que les
    autres travailleurs ;
    · La protection des données ;
    · Le respect de la vie privée ;
    · La clarification de la relation entre le télétravailleur et son employeur pour
    l'installation et la maintenance du matériel ;
    · La santé et la sécurité du télétravailleur ;
    · L'organisation du travail ;
    · La formation ;
    · Les droits collectifs.


    III ­ 3 ­ c Rénover et diffuser les outils de gestion des télétravailleurs

    Enfin, il convient de porter une attention particulière aux personnes dont la vie
    professionnelle est directement impactée par le développement de cette forme
    d'organisation, à savoir les télétravailleurs eux-mêmes, et leur hiérarchie immédiate.

    Au-delà de l'idée a priori que se fait le futur télétravailleur de cette façon d'exercer
    son activité professionnelle, il semble nécessaire d'assurer des formations. Celles-ci doivent
    être techniques pour aboutir à une certaine forme d'autonomie sur le poste de travail. En
    effet, l'éloignement crée une difficulté puisque le service informatique n'est plus présent
    physiquement pour répondre à des demandes quotidiennes. Cette organisation aura des
    conséquences sur le service informatique lui-même qui devra apprendre à gérer ces agents à
    la fois plus autonomes et plus demandeurs.

    Mais la formation du télétravailleur devra également porter sur son travail lui-même,
    la gestion de son autonomie, la relation avec les collègues et la hiérarchie. Nul doute que
    l'évolution des formes d'encadrement de proximité ne génère des formations particulières
    pour que cette nouvelle forme d'exercice d'un métier puisse prendre toute sa signification.


    92

    Bien que l'objet de ce rapport ne soit pas de détailler les programmes de formation
    indispensables, il a semblé néanmoins pertinent de souligner quelques éléments essentiels.

    Pour le management
    de proximité, l'apprentissage de l'encadrement de
    télétravailleurs nécessite une évolution sur la forme et sur le fonds. Il va sans dire que ces
    cadres doivent être eux-mêmes familiers des TIC, et doivent avoir donc bénéficié des
    formations ad hoc. L'essentiel tient plutôt à la forme de management lui-même.

    L'éloignement des agents contraint à une programmation des activités collectives et
    à des réunions plus structurées. De surcroît, le contrôle du temps de travail effectif devenant
    difficile (sauf pour les agents travaillant en permanence en mode connecté), il convient de
    substituer là où cela n'est pas encore le cas, une gestion par objectif aux modes traditionnels
    de suivi des tâches.

    Enfin, tous les témoignages concordent pour indiquer que les agents peuvent devenir
    plus exigeants à l'égard de leur hiérarchie en termes de clarté des objectifs et des
    instructions, de demande de présence (virtuelle) en cas de difficulté.

    Du côté des télétravailleurs, venant d'un univers ou la hiérarchie est omnipotente,
    l'apprentissage de l'autonomie nécessite une préparation. L'organisation du travail, la
    relation avec l'espace de travail collaboratif de son administration, la multiplication des
    déplacements d'une nature différente des migrations quotidiennes et demandant une
    organisation différente sont autant de sujets qui doivent être traités pour que la transition
    puisse se faire de manière satisfaisante. Il faut préparer l'espace de travail, acquérir de
    l'autonomie en termes de gestion des incidents sur le poste de travail.

    Le service lui-même devra apprendre à gérer ces agents différemment dans la
    mesure où ils généreront des dépenses nouvelles sous formes de séminaires d'appartenance
    ou de journées d'information pour assurer la cohérence de l'ensemble, de frais de
    déplacement. A l'évidence, ces transformations ne peuvent se réaliser qu'avec l'aval et le
    soutien de l'encadrement supérieur de la structure, voire avec certains ajustements de
    procédures de fonctionnement.

    C'est que le développement de cette forme de travail modifie sensiblement la
    manière de gérer ces agents, et donc le travail de l'encadrement de proximité. Une réflexion
    adaptée à chaque service devra être conduite afin que cette évolution soit fluide.

    III ­ 4 Susciter des expérimentations

    Le tour d'horizon fait de la diffusion du télétravail indique que ce mode de gestion
    est plus courant qu'on ne le pense au sein de l'administration Néanmoins, la
    méconnaissance du sujet vient en partie du fait que chaque administration travaille de
    manière cloisonnée et ne tire pas enseignement des expériences réalisées par ailleurs. C'est
    pourquoi, il semble utile de suivre ces développements et d'en susciter de nouveaux afin
    que, par osmose, les administrations puissent à la fois s'informer de ce qui se fait et traduire
    les réussites dans leur environnement particulier.





    93

    Une expérience pilote à la DGI : le contrôle sur pièces à distance.

    Dans son contrat de performance pour 2006-2008, la DGI s'engage à expérimenter le
    contrôle sur pièces à distance. Cette expérimentation répond aux objectifs suivants :
    - Améliorer la couverture du tissu fiscal en optimisant la présence de l'administration en
    matière de contrôle tout en réduisant les éventuelles inégalités de traitement des
    contribuables face au contrôle sur pièces de leur dossier ;
    - Expérimenter des solutions originales aux questions d'adéquation des emplois aux
    charges, en permettant d'apporter du travail dans des sites où les services disposent des
    moyens nécessaires.
    Cette expérimentation donne également l'occasion d'expertiser la professionnalisation du
    contrôle des dossiers à fort enjeu par la spécialisation d'une équipe d'une direction en lui
    confiant un volume suffisant de dossiers de plusieurs directions.

    Le champ de l'expérimentation
    L'expérimentation portera exclusivement sur le CSP des particuliers. En effet, en matière
    de CSP (contrôle sur pièces) des professionnels, la montée en puissance des pôles de
    contrôle et d'expertise et l'orientation de meilleure couverture du tissu rendent moins
    pertinente une expérimentation.
    Le CSP à distance concerne, en premier lieu, les dossiers « simples » pour lesquels
    l'accès au dossier informatisé suffit a priori et qui donnent lieu à peu de contacts avec le
    contribuable. Toutefois, la généralisation de la déclaration préremplie en 2006 et la mise
    en oeuvre depuis 2005 de la relance amiable vont contribuer à en réduire le nombre.

    Afin d'en retirer le maximum d'enseignements, l'expérimentation concerne également les
    dossiers pour lesquels l'accès au dossier papier est nécessaire et les probabilités de
    contact avec les usagers plus fortes.
    ...
    Le cadre géographique de l'expérimentation
    Deux schémas seront expérimentés :
    - entre DSF : un ou plusieurs centres des impôts d'un département sont chargés du
    contrôle sur pièces de dossiers d'un autre département ;
    - au sein d'une même DSF : un centre des impôts est chargé du contrôle sur pièces de
    dossiers d'un autre centre.

    En pratique seront expérimentées au moins une fois chacune des modalités suivantes :
    - un binôme serait chargé du contrôle sur pièces des dossiers simples, de type
    montant/montant ;
    - un binôme serait chargé du contrôle corrélé revenus patrimoine de dossiers à forts
    enjeux ;
    - un binôme serait chargé du contrôle sur pièces de dossiers d'initiative sur les non DFE,
    au-delà du contrôle montant sur montant ;
    - deux directions seraient chargées en infra départemental, dans un cas d'une
    expérimentation du contrôle de dossiers à forts enjeux et dans l'autre de celui du contrôle
    de type montant/montant ;
    - enfin un binôme serait chargé du contrôle des déclarations de succession.

    Les relations avec le contribuable
    A cet égard, le CSP à distance comporte deux nécessités :
    Faire signer les pièces de procédure par des agents juridiquement (territorialement)
    compétents ;
    Ne pas priver le contribuable de la possibilité d'un rendez-vous.
    En outre, en cas de contact avec le contribuable, l'expérimentation ne saurait avoir pour
    effet de faire déplacer le contribuable en dehors de son département.
    Dans la situation juridique actuelle, la compétence des agents est départementale (BOI 13
    J-1-01) : rien ne s'oppose pour l'expérimentation en infra départemental à ce que les
    pièces de procédure soient établies par des agents d'un CDI pour les contribuables dont
    l'adresse de taxation dépend d'un autre CDI. En revanche, entre DSF, l'agent chargé du
    contrôle peut rédiger les pièces de procédure mais celles-ci devront être signées et
    envoyées par l'agent territorialement compétent.

    94

    Dans ce deuxième cas, en pratique, cette situation ne fait pas obstacle à ce que l'agent
    qui réalise le contrôle assure la plupart des contacts (courrier, mél, téléphone...) dès lors
    qu'ils n'impliquent pas de déplacement physique.
    Cela étant, la modification des textes pour que le service qui effectue le CSP à distance
    ait la pleine compétence juridique sera réalisée par décret en Conseil d'Etat.
    ...

    L'expérimentation décrite ci-dessus a vocation à permettre, sans déplacer les agents,
    d'assurer l'équilibre des charges entre des services distants. Concrètement, les services d'un
    département rural pourront prêter main-forte à ceux d'un département urbanisé. Ce
    dispositif, si l'expérience est positive, outre qu'il permet de maintenir un réseau de
    fonctionnaires dense dans des départements ruraux où la charge ne le justifierait pas
    nécessairement, permet également de rétablir l'équité fiscale entre les départements sur-
    administrés et les départements sous-administrés.

    Cette expérience, de même que celle du Rectorat de Bordeaux, pour ne citer que ces
    deux-là, méritent à l'évidence d'être explicitées dans leur complexité juridique
    (modifications réglementaires) et technique (adaptation du système d'information,
    évaluation des agents et des services, responsabilité vis-à-vis du citoyen).

    III ­5 Le cas particulier des publics sensibles : pour une politique ciblée

    Si le télétravail peut se développer de manière courante au profit de l'ensemble des
    salariés et des fonctionnaires, l'enquête a néanmoins montré une forte attente de certaines
    catégories de personnel soumis à des contraintes particulières. Ce sont d'ailleurs dans la
    Fonction Publique les premiers bénéficiaires des balbutiements du développement de cette
    forme d'organisation du travail à domicile. Il a été possible d'identifier cinq types de public,
    particulièrement sensibles à des titres divers au regard des conditions de travail, dont les
    problématiques sont assez proches en ce qui concerne le télétravail :

    1.
    Les travailleurs handicapés. Dans ce cas, la mission a perçu une
    diversité de positions de la part des services qui s'occupent de ce public. Certains
    estiment que le déplacement au travail est indispensable afin de maintenir un lien de
    socialisation. D'autres développent l'idée qu'en cas de handicap particulièrement
    lourd, le télétravail est la seule solution réaliste pour assurer une activité
    professionnelle à ces personnes. La mission estime que dans la mesure où le télétravail
    doit se réaliser sur la base du volontariat, ce débat est largement artificiel. Mais si une
    personne concernée souhaite bénéficier d'un poste en télétravail, il est souhaitable que
    tout soit mis en oeuvre pour lui donner satisfaction. En particulier, la reconnaissance
    pleine et entière de cette forme d'activité devrait permettre d'ouvrir sans difficulté
    l'accès à toutes les formes d'aide existant au profit de ces populations.

    2.
    Les chargés de famille nombreuse constituent une partie non
    négligeable des personnes bénéficiant d'arrangements informels avec leur hiérarchie
    dans la fonction publique. Naturellement, le télétravail n'est pas un succédané au
    congé parental. Néanmoins dans les cas où la personne concernée souhaite continuer à
    exercer une activité professionnelle pour des motifs légitimes, il apparaît à la mission
    que l'aménagement du poste de travail par l'usage du télétravail est une voie de nature
    à faciliter le maintien en activité des personnes qui le souhaitent, tout en préservant du
    temps social au profit de la famille. Ce maintien en activité facilite le lien avec le

    95

    monde du travail et accélérera le retour à l'emploi des personnes contraintes de
    s'arrêter pour élever leurs enfants.

    3.
    La théorie qui consiste à estimer que la gestion des travailleurs les plus
    âgés ne se différencie pas de salariés jeunes (seuls comptant la nature du poste occupé)
    est une pétition de principe qui ne résiste pas à l'observation de la réalité. Le recul de
    l'âge de la retraite conduit à maintenir en activité des populations âgées auxquelles les
    employeurs ne sont plus accoutumés. Dans ces conditions, une réflexion sur
    l'adaptation des postes de travail des travailleurs les plus âgés lorsque cela est possible
    fait naturellement partie des préoccupations des gestionnaires de ressources humaines.
    Dans cet esprit, le développement du télétravail au profit des travailleurs âgés fait
    partie des opportunités qui s'offrent pour résoudre des cas individuels.

    4.
    Les personnes ayant eu à souffrir d'une longue absence au travail en
    raison de longues maladies ou d'accidents graves devraient pouvoir bénéficier d'un
    accès privilégié au télétravail afin de faciliter leur réadaptation professionnelle, phase
    intermédiaire avant une solution de long terme adaptée à leur cas.

    5.
    Enfin, la mission a identifié comme public attentif aux solutions
    offertes par le télétravail, les personnes dont l'un des conjoints est muté. Il arrive en
    effet fréquemment qu'une personne doive refuser une mutation parce que son conjoint
    ne trouve pas d'emploi sur place ou que ce dernier doive abandonner son activité
    salariée pour permettre à son conjoint de poursuivre sa carrière. Ce modèle est basé
    sur l'idée implicite, désormais dépassée, que les femmes sacrifient leurs carrières à
    l'évolution de celle de leur mari (cas le plus fréquent). L'ouverture de facilités pour
    leur permettre de poursuivre leur carrière en dépit de ce déplacement géographique est
    ouverte par le télétravail.

    III ­ 6 Le télétravail : une solution pour faire face à des situations
    exceptionnelles

    Phénomène récent, le télétravail émerge comme une solution innovante pour
    résoudre des difficultés particulières. Ainsi, pour la première fois, cette méthode
    d'organisation a-t-elle été mise en avant pour faire face aux difficultés que pourrait créer
    l'activation du plan grippe aviaire. De même, pourrait-on envisager de généraliser cette
    technique dans d'autres cas moins dramatiques mais particulièrement pénalisant pour les
    salariés.

    III ­ 6 ­ a Le plan de lutte contre la grippe aviaire

    En cas d'activation du plan de lutte contre la grippe aviaire, il est prévu lors de la
    mise en oeuvre de l'ordre de confinement des personnels d'activer des procédures de
    télétravail, afin de maintenir le fonctionnement minimum de l'administration indispensable.
    Cette procédure fait l'objet d'une annexe au plan (cf. annexe III) mais n'a pas à ce jour fait
    l'objet d'un test en grandeur réelle. En effet, comme tout plan d'urgence, seul un exercice
    permettra de valider les procédures et de tester les mesures indispensables pour permettre un
    fonctionnement du réseau.

    La mise en oeuvre d'une mesure de cette nature suppose en effet qu'un certain
    nombre de prérequis aient été validé. Comme cela a été relevé au cours d'une réunion
    préparatoire « La maîtrise du risque de grippe aviaire ne peut pas se doubler d'un

    96

    accroissement du risque sur les systèmes d'information. Il ne pourra donc pas être permis
    aux agents d'assurer des activités non maîtrisées ». Il convient donc d'identifier par avance
    les agents et services pouvant utiliser le télétravail, veiller à ce qu'ils bénéficient de
    matériels et de liaisons leur permettant effectivement de télétravailler et s'assurer que ces
    liaisons sont bien identifiées afin qu'elles n'aient pas à souffrir d'éventuelles restrictions
    liées à la nécessité de désencombrer les réseaux.

    En cas de mesure extrême, le confinement concernant l'ensemble de la population, il
    y a de fortes de chances pour que les réseaux de toute nature soient très sollicités si bien
    qu'il faudra définir des priorités.

    On le voit, cette possibilité pose un grand nombre de questions. Néanmoins, le
    travail en cours devrait permettre de progresser en testant les différentes phases du plan en
    situation dégradée.

    III ­ 6 ­ b De nouvelles applications dans des situations difficiles (pics de
    pollution, accidents climatiques, grèves de transports...)

    Une possibilité pour rendre plus opérationnels ces projets est de permettre de tester
    le télétravail lors de crises mineures affectant les déplacements. En effet, de nombreuses
    situations conduisent à des difficultés de déplacement. Le télétravail offre des solutions
    alternatives et/ou complémentaires aux solutions mises en oeuvre actuellement. En effet, lors
    des pics de pollution, la demande porte sur une limitation des déplacements qui sont la
    première source de pollution dans les zones urbaines et en particulier en Région parisienne.
    De même, les accidents climatiques et les grèves de transport conduisent les salariés à
    réduire leurs déplacements.

    Dans ces cas il convient de mettre en place des solutions alternatives permettant aux
    entreprises et aux administrations de fonctionner normalement. L'identification préalable
    des agents pouvant télétravailler, de locaux administratifs à proximité de leurs domiciles où
    ils pourraient éventuellement se rendre pour accéder aux serveurs protégés de leur
    organisation de rattachement, l'utilisation de matériels répertoriés pour faire face à des
    situations exceptionnelles et transitoires sont autant de mesures palliatives qui devraient
    permettre de fluidifier des situations qui interviennent assez souvent.

    97


    IV - Une politique de promotion du télétravail

    Le développement du télétravail en France est davantage limité par une psychologie
    hostile au découplement entre présence physique et expression de l'autorité hiérarchique,
    qu'à des motifs liés à la réglementation ou à des contraintes d'ordre technique. Dans l'esprit
    de la mission, ce n'est pas par hasard que ces techniques ont été mieux accueillies dans les
    pays qui font une plus large place à la responsabilité individuelle dans leur psychologie
    collective, que dans les pays latins où l'expression de l'autorité s'exerce traditionnellement
    dans le cadre d'une structure pyramidale.

    Si une partie du territoire doit encore être équipée pour que ce mode organisationnel
    puisse émerger complètement, force est de constater que ces limitations géographiques ne
    sont pas de nature à empêcher l'extension du télétravail dans les autres zones. L'équipement
    technique personnel des français progresse rapidement et il n'y a pas là non plus de freins
    dirimants pour une expansion rapide de ce mode d'organisation du travail.

    La perception du télétravail est actuellement ironique, voire négative. Cette forme
    d'activité n'est pas toujours assimilée à un travail à part entière, que ce soit par les
    employeurs, les syndicats ou l'environnement sociétal. Dans un pays où la position
    statutaire définit la place de chacun, sa profession et son positionnement social, les
    télétravailleurs à domicile sont perçus comme des êtres étranges, atypiques, voire dangereux
    puisqu'ils remettent en question une organisation qui a fait ses preuves. Cette observation
    est confortée par le fait que les télétravailleurs nomades qui bénéficient de l'aura d'un
    métier reconnu (VRP par exemple) ne sont pas l'objet du même ostracisme.

    Il revient à la puissance publique de faire lever ces tabous pour que notre pays puisse
    bénéficier de tous les avantages de la révolution numérique. Faciliter l'accès à l'emploi de
    populations exposées, faire bénéficier entreprises et administrations des gains de
    productivité que peut engendrer l'évolution des techniques d'organisation du travail, sont
    des défis qu'il convient de relever.

    C'est l'objet des propositions qui suivent.

    Lorsque j'ai entamé cette mission que m'a confiée le Premier Ministre, j'avais dans
    l'idée que la levée des inhibitions passait par une structuration juridique d'un cadre de
    travail pas assez défini. L'enquête a montré que les obstacles étaient essentiellement liés à
    nos restrictions mentales collectives, le cadre juridique étant pour l'essentiel suffisant,
    même s'il peut être amélioré sur certains points comme on le verra dans la partie
    propositions. L'engagement des partenaires sociaux sur ce point avec la signature de l'ANI
    en porte témoignage.

    Résistant à une tentation trop souvent répandue, régulièrement dénoncée par le
    Conseil d'Etat, la conclusion de ce rapport ne sera pas une proposition de Loi, car il me
    semble que l'efficacité commande de traiter les problèmes pour ce qu'ils sont. Ces
    difficultés sont de l'ordre de la gestion et du management de proximité, de l'incitation et de
    la permanence de l'action de la Puissance Publique. C'est pourquoi, les mesures proposées
    prendront leur sens si elles s'enracinent dans la durée pour permettre à notre pays de se
    comparer à ce qui se fait de meilleur sur ce thème dans les pays nordiques.


    98

    L'affichage au plus haut niveau d'une volonté politique de développer le télétravail
    fera sortir ce thème de la clandestinité où il est actuellement cantonné. Cet affichage est
    d'un autre ordre qu'une reprise des bienfaits politiques de l'émergence des TIC. Il y faut
    une prise de conscience des modifications majeures que celles-ci apportent en termes
    l'organisation dans les entreprises et les administrations. Déjà le courriel a bousculé les
    habitudes, chacun pouvant s'adresser à tous sans passer par une hiérarchie qui a mal vécu
    cette remise en cause d'une partie de son activité de «barrière d'octroi de l'information ».
    Les organisations se sont adaptées.

    La révolution du télétravail remet en cause encore plus profondément le système
    hiérarchique traditionnel en déliant la présence et l'acte d'autorité, en faisant passer chaque
    agent du statut d'exécutant à celui d'acteur responsable d'un processus de production. Il faut
    que les agents acceptent cette évolution, il faut qu'elle soit accompagnée par une évolution
    significative de la manière d'animer des équipes devenues virtuelles, mais produisant une
    activité réelle.

    Si les mesures concernant le secteur privé et le secteur public sont adaptées à
    chacune de ces entités, il y faut un chapeau au niveau du Premier ministre, afin que les actes
    d'amélioration de la gestion qui suivent prennent tout leur sens.

    IV ­ 1 Des mesures techniques adaptées à chacun des deux secteurs privé et public


    IV ­ 1 - a Dans le secteur privé

    Des avantages fiscaux ou une réduction des charges sociales au profit des entreprises
    employant des salariés télétravailleurs dans les zones sensibles ou dévitalisées et des
    préconisations adaptées.

    L'exemple de la Suède (cf. annexe V) pourrait être transposé, en partie, en France,
    non pas en créant de nouvelles niches fiscales, mais en utilisant des mesures (cf. annexe IV)
    déjà existantes, voire en les adaptant.

    La prise en compte des aménagements du domicile du travailleur mobile pourrait
    être l'objet d'une réflexion en matière de législation fiscale, en s'inspirant de mesures telles
    que l'incitation à l'équipement informatique des ménages (l'octroi d'un ordinateur par
    l'entreprise, sous forme locative, n'est pas un avantage taxable, compte tenu de l'économie
    de charges sociales réalisées par l'entreprise, le salaire est diminué du montant de la
    location et de l'économie d'impôt réalisée par le salarié qui ne supporte qu'un coût mensuel
    inférieur). La fiscalité pour soutenir le télétravail est diffuse et peu lisible, ce qui la rend
    inefficace et inaudible. L'annexe IV détaille les différents avantages existant ou ayant
    existé. Plus qu'une modification de la fiscalité, la mission suggère d'adapter les règlements
    y afférant à la nouvelle donne des TIC.

    Enfin, l'application du télétravail passe par le développement du dialogue social.

    1. C'est ainsi qu'il est proposé en cas de télétravail de retenir le domicile des salariés
    pour faire bénéficier l'entreprise des avantages existants (exonérations et ZUS ou en
    ZRR par exemple) et non le siège de l'entreprise ou de l'établissement de rattachement
    comme c'est le cas actuellement. En effet, l'ANI disposant que le télétravail doit faire

    99

    l'objet d'un contrat ou d'un avenant spécifique, ces éléments sont facilement
    contrôlables.

    2. La mission suggère que le bénéfice de ces dispositions modifiées comme cela est
    précisé dans le point précédent, puisse intervenir non seulement en cas d'embauche,
    mais également en cas de déménagement d'un salarié vers une zone bénéficiant de ces
    dispositifs afin de donner du sens au terme de « revitalisation rurale ».

    3. Une formation initiale à l'usage et à la maîtrise des TIC est indispensable dès le plus
    jeune âge. Ce n'est pas le problème dans la mesure où les enfants et les adolescents
    intègrent très vite les dispositifs et les manipulations, leur réflexion est formée
    rapidement. Il n'en est pas de même pour les adultes et, en particulier, les seniors.
    Pour ces derniers, une formation tout au long de la vie, doit prendre ne compte leur
    initiation et leur maintien à niveau. Il appartient à l'ANPE et à l'AFPA dont nous
    avons vu l'implication de proposer les moyens nécessaires et de faciliter l'accès à ces
    compétences.

    4. La mission propose que tous les cursus de formation professionnelle initiale (CFA,
    GRETA...), en particulier pour les professionnels, comprennent des modules de
    formation à l'économie Internet sur le modèle de ce que le Ministère de l'Education
    nationale est en train de créer avec le Brevet Internet Informatique, c'est à dire
    intégrés à l'enseignement et sanctionnés comme tel.

    5. La création d'un portail du télétravail revient aux ministères sociaux (il existe déjà un
    site) et doit permettre un accès généralisé à tout ce qui concerne le télétravail et le
    travail mobile. Le site actuel pourrait être actualisé et l'objet d'un suivi. Le texte de ce
    site devra être précis et adapté à la réalité en reflétant exactement ce qu'est le
    télétravail. Outre, une présentation dynamique et motivante, ce portail doit offrir
    toutes les réponses aux interrogations que tout un chacun peut se poser. Il doit, en
    outre, proposer tout un panel d'expériences passées abouties et de projets en cours. Le
    site du Forum des droits sur l'Internet, déjà sensibilisé à la question du télétravail,
    pourrait collaborer à la tenue du site. Le portail doit mettre en lien l'offre et la
    demande de télétravail.

    6. La coordination des projets, leur suivi et leur évaluation doivent être assurés au sein
    d'une structure déconcentrée, placée auprès d'une DDTEFP ou DRTEFP, et composée
    des représentants des différents acteurs publics et privés.

    7. Une présomption d'accident du travail doit être instaurée lorsque la situation de
    télétravail a été formalisée par le contrat de travail et que l'accident survient au
    domicile dans le cadre de la réalisation de ses missions et pendant la période
    d'exécution de la charge de travail.

    8. Il convient de faire assister le télétravailleur, notamment sur le plan des règles
    d'ergonomie, pour l'installation de son bureau (problème du référent souhaité par des
    centrales syndicales)

    9. La mission propose de lancer une expérimentation dans les centres d'aide par le travail
    (CAT), tant pour la formation que pour la production.


    100

    10. Le maintien et/ou le retour dans l'emploi des travailleurs handicapés doit être favorisé
    par un aménagement de leurs conditions de travail introduisant la possibilité d'une
    organisation de type mixte entreprise­domicile.

    11. Il est proposé par la mission de promouvoir le télétravail par une politique de
    communication dynamique justifiant l'implication de l'Etat et fondée sur des
    expériences abouties.

    12. La création d'un statut micro-social pour les créateurs d'entreprise, à l'image du statut
    micro-fiscal comportant un paiement libérateur exprimé en pourcentage du revenu et
    non plus en valeur brute. Au bout de trois ans, l'entrepreneur reviendrait dans le
    système de droit commun. Ce système simple pourrait remplacer l'ensemble des
    systèmes d'exonération divers complexes, et se ferait donc à coût budgétaire constant.
    Cette proposition doit être expertisée.

    IV ­ b Dans le secteur public

    Dans le développement du travail mobile, l'administration, comme c'est souvent le
    cas, a un double rôle à jouer. Non seulement elle doit intégrer dans son fonctionnement les
    technologies les plus modernes, car c'est une voie privilégiée d'amélioration de son
    efficacité et du service rendu aux citoyens.

    Mais aussi, elle peut jouer par son exemplarité un rôle moteur dans le
    développement du travail mobile. Par sa masse, par sa présence sur l'ensemble du territoire,
    par la nécessité dans laquelle elle se trouve d'assurer une présence efficace auprès de ses
    ressortissants, elle peut, elle doit jouer un rôle essentiel dans le développement du travail
    mobile.

    L'appropriation de la notion de travail mobile nécessite une prise en charge non
    seulement au niveau de l'encadrement supérieur, mais surtout à celui de l'encadrement de
    proximité, et naturellement par les acteurs eux-mêmes. C'est pourquoi, je préconise
    l'affirmation d'une volonté politique forte de développement de ces technologies dans
    l'administration associée à une multiplicité d'actions de terrain, une politique des petits pas
    permettant cette effectivement aux acteurs de d'expérimenter afin de retenir les meilleures
    pratiques.

    1. Les négociations relatives à la transposition de l'accord-cadre européen au niveau
    national n'ont pas concerné la puissance publique. En effet, les signataires au niveau
    européen représentaient les seules entreprises publiques. Il n'y a donc pas d'accord
    cadre dans la fonction publique. Il semble donc nécessaire d'introduire ce sujet dans la
    négociation sociale publique afin que les nécessaires instructions s'insèrent dans un
    contexte négocié propice au développement du travail mobile ;

    2. Pour faire sortir le télétravail de la clandestinité à laquelle il semble cantonné dans le
    secteur privé, il y a lieu d'organiser un échange d'expériences médiatisé entre les
    administrations afin de mutualiser les acquis et faire mesurer la banalité d'une
    organisation que chaque administration tient actuellement pour exceptionnelle. Placé
    sous le double patronage des ministres chargés de la réforme de l'Etat et de la fonction
    publique, ce colloque permettrait de faire connaître les bonnes pratiques, d'assurer une
    reconnaissance de cette forme d'activité au sein du secteur public, et de permettre aux
    agents de mieux connaître les possibilités ainsi ouvertes. Dans l'esprit de la mission,

    101

    ce colloque aborderait les quatre formes de télétravail qui font l'objet de
    problématiques distinctes afin de couvrir l'ensemble du sujet et des possibilités ainsi
    ouvertes ;

    3. L'un des enjeux pour arriver à développer cette forme d'organisation du travail, est de
    faire connaître aux agents que des procédures existent leur permettant d'en bénéficier.
    C'est pourquoi il convient de mettre à jour, diffuser largement et de mettre en ligne le
    guide du télétravail édité par la fonction publique. Le travail de diffusion devra être
    relayé dans chacune des administrations qui devront en faire une entrée sur les
    Intranets ministériels, dans les revues internes afin que les agents puissent consulter
    les informations mises à leur disposition en ligne. La création d'un portail dédié au
    télétravail permettrait de référencer les pages et les sites donnant de l'information à
    jour et faciliterait la démarche des administrations et des agents souhaitant utiliser
    cette forme d'organisation du travail ;

    4. La mission est d'avis de créer une obligation pour les administrations d'instruire toute
    demande formalisée de télétravail, en particulier pour les publics fragiles (jeunes
    mères de familles nombreuses, handicapés, personnes soumises à une durée de
    transport dirimante, réadaptation à l'emploi, mutation du conjoint). Les
    administrations seraient dans l'obligation de motiver leur refus éventuel ;

    5. Afin de faire sortir le télétravail de la clandestinité, ce thème devra être abordé
    systématiquement dans les comités paritaires ministériels afin que l'administration
    présente le bilan de son action en ce domaine chaque année ;

    6. Le thème du télétravail devrait être obligatoirement abordé dans les rapports annuels
    et les bilans sociaux des administrations ;

    7. Un « MONSIEUR TELETRAVAIL » pourrait être désigné pour une durée limitée à
    trois ans dans chaque département ministériel Il s'agirait d'un haut fonctionnaire placé
    auprès du secrétaire général, chargé de promouvoir et de suivre les expérimentations.
    Il suivrait la communication sur le télétravail, serait une structure d'appel de la part
    des fonctionnaires désirant télétravailler et ne recevant pas de réponse motivée de la
    part de leur hiérarchie.

    8. Une mission particulière serait confiée à la Direction Générale de la Modernisation de
    l'Etat (en lien avec la gestion immobilière de l'Etat) afin d'identifier et de lancer des
    expérimentations. Elle en tiendra le bilan annuel afin de mutualiser les réussites et tirer
    enseignement d'éventuelles difficultés. Elle coordonnerait l'action des hauts
    fonctionnaires chargés de la promotion du télétravail dans chaque département
    ministériel ;

    9. Une circulaire d'instruction de la Fonction Publique devrait être diffusée pour préciser
    les conditions d'exercice du télétravail ;

    10. La Fonction publique serait chargée en liaison avec le SIG de coordonner les
    communications ministérielles pour la promotion du télétravail. Elle serait l'opérateur
    du portail à créer pour assurer une large diffusion des projets et des bonnes pratiques ;

    11. Des modules spécifiques de formation devront être mis au point pour les
    télétravailleurs (formation technique à la gestion de son poste de travail, organiser son

    102

    travail à domicile, communiquer efficacement avec ses collègues ou ses
    correspondants à distance, travailler en groupe à distance...), et pour le management
    de proximité (communiquer avec des télétravailleurs, motiver les télétravailleurs ...).

    12. L'usage du télétravail en situation de crise doit faire l'objet d'exercices pour en valider
    les principes et la faisabilité (les propositions faites sur ce thème dans le cadre de la
    grippe aviaire n'ont connu aucun début de validation). Il convient d'y associer les
    entreprises stratégiques. Les concepts étant validés, il conviendra d'en tester l'usage
    en particulier dans les situations de pics de pollution.

    13. Lever les obstacles statutaires pour permettre aux diverses expériences de
    téléenseignement de se développer dans le secteur secondaire comme dans
    l'enseignement supérieur dans un environnement juridique adapté.

    IV ­ 2 L'indispensable impulsion politique

    L'affichage officiel et audible d'une volonté politique associé à une communication
    visible est indispensable. C'est pourquoi il a été estimé utile au niveau de ce rapport de
    détailler non seulement les mesures envisagées, mais également le plan de communication
    qui devra l'accompagner. En effet, pour faire sortir le télétravail du ghetto dans lequel il est
    enfermé, affaire de spécialistes et de militants pour l'essentiel, il convient qu'un
    engagement puisse se faire au niveau politique. La mission est d'avis que sur ce dossier, la
    communication est partie intégrante de l'action puisqu'il s'agit, pour l'essentiel, de
    convaincre.

    Sans entrer dans le détail de ce plan, il est suggéré qu'un budget du SIG soit affecté
    à ce dossier qui concerne la politique du Gouvernement par rapport à l'emploi, et que les
    des actions fortes puissent être entreprises, notamment à travers :

    · une « mission nationale de sensibilisation » à l'adresse
    des entreprises associant APCE, ANPE, APEC, ANACT,
    Ministères de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du
    Logement, de l'Industrie, des PME, du Commerce, de
    l'Artisanat, etc....
    · une mission nationale d'accompagnement à l'usage des
    TIC confiée aux Ministère de l'Aménagement du
    territoire et au Ministère de l'Economie, des Finances et
    de l'Industrie associant acteurs publics et privés
    · Un forum européen d'échanges organisé sous l'égide de
    la France axé sur les nouvelles formes managériales
    issues de l'émergence des TIC.




    103

    Annexes I
    Liste des personnes auditionnées

    Administrations

    - Ministère des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales
    Emmanuel Rochat - Directeur adjoint de cabinet

    - Direction générale de la Fonction Publique
    Paul Peny - Directeur général

    - Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires
    Pierre Mirabaud ­ délégué général
    Alain Ducass ­ Chargé de mission

    - Direction générale de la modernisation de l'Etat
    Franck Mordacq ­ directeur général
    Patrick Delage ­ chargé du service de la modernisation de la gestion publique

    - Direction générale des douanes et des droits indirects ­ Minefi
    François Bonnet ­ chef de service
    Mylene Orange-Louboutin ­ sous-directrice
    Maurice Joubert -
    Directeur interrégional ­ Metz

    - Direction générale de la comptabilité publique- Minefi
    Alban Aucoin ­ chef de service
    Christophe Haumont ­ chef de secteur
    Denis Dahan
    ­ Trésorier payeur général de la Région Champagne Ardennes

    - Direction générale des impôts - Minefi
    Bruno Parent ­ directeur général
    Jean-Louis Gautier ­ sous-directeur

    - Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des
    fraudes - Minefi
    Pierre Fonds ­ chef de service
    Pierre Gonzales - directeur régional de Paris

    - Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle
    Jean Gaereminck ­ délégué général
    Laurence Merlin
    - chargée de mission

    - Direction générale du travail
    Jean-Louis Combrexelle ­ Directeur général
    Annie Guyader ­ chef du bureau des relations individuelles du travail

    - Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées
    Claudie Buisson-Frédéricq ­ directeur général

    - Agence pour la création d'entreprises
    Miche Jez ­ Président
    Philippe Mathot ­ Directeur général

    - Agence nationale pour l'emploi

    104

    Christian Charpy - Directeur général

    - Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail
    Henri Rouilleaut - Président

    - Association nationale pour la formation professionnelle des adultes
    Patricia Bouillaguet ­ Directrice
    Nathalie Tessier ­ Secrétaire assistante

    - Caisse des Dépôts et Consignations
    Liliane Piot- directrice du développement

    - Centre National d'enseignement à distance
    Jean-Michel Lacroix - Recteur

    - Ministère de l'éducation nationale
    Benoît Sillard ­ délégué aux usages de l'Internet, membre du Cisi

    - Cour de cassation
    Marie France Mazars ­ conseillère à la chambre sociale


    Entreprises et organisations privées

    - Orange
    Nicole Darriet ­ directrice du management des compétences et de l'emploi
    Martine Cauvin ­
    directrice des affaires institutionnelles

    - Bouygues Telecom
    Jean-Pierre Rousseau ­ directeur des ressources humaines
    Brigitte Laurent ­ directeur des relations institutionnelles

    - IBM
    Eloïse Verde-Delisle ­ directeur des relations sociales
    Christine Grèzes ­ directeur projet informatique
    Thierry Kunicki ­ directeur des relations extérieures

    - Microsoft France
    Jean Gonie - responsable affaires publiques

    - Alcatel
    Michel Vaquin - Senior vice-président
    Marc Chatellier ­ directeur d'établissement Velizy

    - Renault
    Jean-Pierre Corniou ­ directeur des technologies et des systèmes d'information

    - MCG Managers
    Marc Grivel ­ Président
    Eric Dupont ­ Directeur associé

    - AWAYA
    Gilles Cordesse ­ Technology & Strategy EMEA Director
    Olivier Couston ­ Directeur commercial


    105

    - Forum des droits sur Internet
    M. Melisson ­ Chargé de mission

    - Association française de télétravail (AFTT)
    Philippe Planterose - Président
    Jean-Michel Yolin ­
    Président section innovation et entreprises
    Serge Leroux -
    Directeur ­ Laboratoire de recherches sur l'industrie de l'innovation

    - Zevillage
    Xavier de Mazenod - directeur

    - Réseau national des télécentres
    Jean-Michel Astier- Président

    - Association nationale pour le développement du télétravail et de la téléformation
    (ANDT)
    Gérard Vallet - Président


    Organisations professionnelles et syndicats

    - Assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie
    André Marcon ­ 1er vice- président
    Franck Olivier ­ chargé de mission TIC

    - Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat
    Alain Griset ­ président
    François Moutot ­ directeur général
    Béatrice Saillard ­ responsable des relations parlementaires

    - Fonds d'assurance formation du travail temporaire
    Jacques Solovieff ­ directeur général

    - Mouvement des entreprises pour la France (MEDEF)
    Chantal Foulon ­ directeur adjoint (direction des affaires sociales)
    Guillaume Ressot - directeur adjoint (Affaires publiques France)

    - CGPME
    Jean-François Veysset ­ vice-président
    George Tissie - Directeur

    - CFTC ­ fédération des postes et télécommunications
    Jean-Pierre Koechlin ­ président

    - CFDT
    Jean-Paul Bouchet ­ Secrétaire général adjoint -Cadres
    Martine Zuber ­ Secrétaire national

    - CGT
    Marie-Jo Kotlicki - Secrétaire générale de l'Union générale des ingénieurs cadres et techniciens
    Stéphane Julien ­ UGFF fonction publique d'Etat

    - FO
    Michelle BIAGGI ­ Secrétaire confédéral
    Cristelle Gillard-Koslowki - Secrétaire confédéral

    106



    Universitaires et chercheurs

    Danièle Guillemot ­ chercheuse Centre d'études de l'emploi

    Nicole Turbé-Suetens ­ expert européenne

    Jean-Emmanuel Ray ­ professeur d'université en droit du travail ­ Paris I


    Personnes rencontrées lors du déplacement en Suède

    - Ambassade de France

    Denis Delbourg
    ­ Ambassadeur
    Jean-Pierre Dubois - Conseiller Commercial
    Frédéric Lemaitre -
    Attaché financier

    - Arbetslivsinstitutet (Institut national de recherche sur les conditions de travail et les
    relations entre les partenaires sociaux)

    Kurt Lundgren - Sous-directeur (PhD) et Professeur à l'Ecole royale polytechnique de Stockholm

    - Näringsdepartementet (Ministère suédois de l'Industrie, de l'Emploi et des
    Communications)
    Stefan Hult - Directeur général de la direction chargée de l'environnement et du droit du travail Bo
    Barrefelt -
    Conseiller technique

    - TCO (Confédération nationale des employés de bureaux ­ regroupe 17 syndicats
    professionnels avec 1,3 million de membres, soit l'équivalent de 30% de la
    population active)
    Jan Rudling - Directeur général
    Roger Mörtvik -
    Directeur du service chargé des politiques sociales et d'emplois

    Birger Rapp ­ professeur à l'Université de Linköping (PhD en systèmes d'informations
    économiques), ex-Président du Forum national sur le télétravail (distansforum)

    - Arbetsmiljöverket (Agence nationale chargée de l'environnement du travail)
    M. Bertil Remaeus - Directeur général adjoint
    Mme Barbro Köhler Krantz -
    Chef des services d'inspection

    - Sveriges Kommuner och Landsting (Fédération nationale des collectivités locales)
    Jeanette Grenfors - direction de l'environnement et du droit du travail
    Anncharlotte Olsson
    - direction de l'environnement et du droit du travail

    - Svenskt Näringsliv (Confédération des entreprises de Suède)
    Kent Brorsson - Chef de la direction chargée du suivi de l'environnement et du droit du travail

    - TeliaSonera (homologue suédois de France Telecom)
    Gunnar Forsgren ­ vice-président
    John Geary -
    Directeur des relations internationales
    Lars Munkhammar ­ Directeur du développement des réseaux
    Ulf Jonsson ­ Conseiller
    Gösta Mölleby ­ responsable de la gestion des ressources humaines (cadres)

    107


    Annexes II

    Témoignages de télétravailleurs

    Dans la fonction publique 40

    TEMOIGNAGE N° 1

    1 - Votre organisation de télétravail est-elle officielle ou officieuse au sein de votre service ?

    J'ai été engagé il y a trois ans à la XXXXX par XXX elle-même.
    J'ai accepté ce poste à condition de pouvoir travailler partiellement à la maison (en moyenne deux jours par
    semaine : variable en fonction des besoins du bureau). Dans ce sens mon poste en télétravail est officiel.
    En revanche, il n'y a jamais eu de contrat écrit de télétravail car le directeur général est plus réticent que son
    adjoint et ne souhaite pas que mon cas crée un précédent et que le télétravail se diffuse trop dans son service. De
    ce fait les syndicats de mon service voient cette organisation comme un traitement de faveur à mon égard... ce
    qui ne simplifie pas toujours mes relations avec certains de mes collègues. Dans ce sens mon télétravail est
    officieux...

    2 - Cette organisation a-t-elle fait l'objet d'une convention entre vous et votre administration ? Non

    3 - Quelles difficultés particulières avez-vous rencontrées dans la mise en oeuvre du dispositif ?

    Le télétravail est encore tellement rare au sein de l'administration que beaucoup de mes correspondants ont
    tendance à considérer que je suis absent quand je ne suis pas au travail...
    La plus grosse difficulté pour moi est la messagerie. Je n'ai pas accès à la messagerie du ministère de XXX sur
    un ordinateur qui n'appartient pas au réseau Intranet. J'ai donc été oblige de demander à mes correspondants de
    bien vouloir envoyer leurs messages à la fois à mon adresse personnelle (accessible partout) et à mon adresse
    professionnelle (accessible seulement au bureau). Avec trois difficultés :
    - il a fallu un an et demi pour que les gens comprennent que j'avais
    deux adresses mails (et au bout d'un an et demi, j'ai du changer d'adresse
    personnelle...) ;
    - je reçois les messages en double (donc double travail de classement) ;
    - mes mails professionnels et personnels sont mélangés... et je dois donner mon mail personnel à mes
    correspondants professionnels... (Je pourrais, me direz vous, me créer une adresse Internet réservée à mes mails
    professionnels : mais ça me ferait trois boites à relever...).

    Un système XXX devrait nous permettre d'accéder depuis l'extérieur à nos mails professionnels, mais ça ne
    marche pas encore... il faut voir comment il fonctionnera...

    4 - Votre administration prend-elle en charge différents coûts (matériel informatique, communications) ?

    Non... Mais cela faisait partie de l'accord : de toute manière je suis déjà équipé au niveau informatique. J'ai du
    acheter un téléphone portable pour recevoir les appels mais ce n'est pas inutile pour moi...

    5 - Cette organisation pose-t-elle des problèmes particuliers en termes d'évaluation du temps travaillé (forfait...) ?

    Je n'ai pas eu de retour sur ce point... Je pense que mes supérieurs regardent à la qualité du travail rendu plutôt
    qu'au temps passé...







    40 La mission a garanti l'anonymat aux personnes acceptant de témoigner afin de recueillir des informations sans censure
    personnelle

    108



    TEMOIGNAGE N° 2

    1 - Votre organisation de télétravail est-elle officielle ou officieuse au sein de votre service ?

    C'est officiel, demandé par le comité médical de l'Hérault, suite à un accident de trajet/travail il y a 14 ans.

    2 - Cette organisation a-t-elle fait l'objet d'une convention entre vous et votre administration ?

    oui

    3 - Quelles difficultés particulières avez-vous rencontrées dans la mise en oeuvre du dispositif ?

    Je n'ai plus l'impression de faire partie du service, je ne connais plus tout le monde, je ne suis plus au courant de
    beaucoup de choses.
    Je suis « oublié » pour les redistributions de primes, pour l'avancement.

    4 - Votre administration prend-elle en charge différents coûts (matériel informatique, communications) ?

    Oui, ligne téléphonique, abonnement Internet ainsi que les différentes fournitures de bureau nécessaires.
    L'ordinateur a été acheté par le service social du Ministère, ainsi que dernièrement des prothèses acoustiques
    devenues indispensables.


    5 - Cette organisation pose-t-elle des problèmes particuliers en termes d'évaluation du temps travaillé (forfait...) ?

    Le secrétaire général m'a dit dernièrement que les personnes susceptibles d'avoir besoin de mes services n'ont pas
    toujours le temps de préparer le travail à me donner, cette méthode de travail demande en effet une organisation
    spéciale qui ne s'applique pas toujours à toutes les structures. Il est en effet beaucoup plus commode d'avoir son
    personnel sur place et disponible immédiatement pour une tâche ponctuelle ou imprévue.



    Je voudrais ajouter à ce questionnaire, que de travailler en télétravail m'a permis de continuer ma carrière et
    d'éviter ainsi une mise en retraite anticipée pour invalidité, chose que j'avais beaucoup de mal à accepter à 45
    ans. Cette décision administrative a donc été bénéfique pour moi et je pense qu'elle n'est pas trop pénalisante
    pour ma hiérarchie qui ne m'a jamais fait de reproche particulier à ce sujet.





    Dans le secteur privé

    TEMOIGNAGE N°3

    Jean-Yves FOURNIER télétravail / travail à domicile : expérience personnelle août 2006

    7 ans de travail à domicile : 7 ans de bonheur !

    Avertissement

    Les lignes qui suivent se contentent de retracer mon expérience personnelle de travail à distance (à domicile) au
    sein de la DRH Centrale du Groupe Sanofi-Aventis ainsi que les réflexions et conclusions que j'ai pu en tirer.
    Les propos et commentaires ainsi tenus ci-dessous n'engagent donc que moi et ne peuvent en aucun cas être
    considérés comme impliquant, de quelque façon que ce soit, le Groupe Sanofi-Aventis ni aucun de ses dirigeants
    ou collaborateurs.

    Plan

    109

    1. Qui suis-je ?
    2. Genèse de l'expérience
    3. Mode de fonctionnement
    4. Bilan de l'expérience ­ enseignements à en tirer
    5. Aspects juridiques


    1. Qui suis-je ?

    Juriste en droit social de formation, j'ai « tourné » pendant 20 ans dans la fonction Ressources Humaines,
    assumant diverses responsabilités allant de celle de juriste social proprement dit à celle de Responsable du
    Personnel d'un site industriel chimique de plus de 1000 salariés, en passant par 6 années de gestion juridique
    sociale pour plus de 250 PMI dans le cadre d'une organisation patronale de province.
    Début 1990, je me suis« fixé » chez Sanofi (devenue ensuite Sanofi-Synthélabo puis Sanofi-Aventis) en tant que
    responsable de la fonction juridique sociale du Groupe, au sein de la DRH Centrale. C'est dans ce contexte que
    j'ai exercé mes fonctions en partie à partir de mon domicile.
    Mon statut : cadre depuis toujours, j'étais classé, à partir de 1995, « groupe 10 » de la Convention Collective
    Nationale de l'Industrie Pharmaceutique qui comporte 11 groupes au total.

    Le 1er avril 2006, j'ai bénéficié des dispositions du plan de cessation anticipée d'activité lié aux restructurations
    consécutives à l'absorption d'Aventis et, depuis, je « cultive mon jardin » (... je suis donc assez disponible pour
    les questions qui m'intéressent ... avis aux amateurs ... !).

    2. Genèse de l'expérience

    -Caractéristiques de ma fonction : le métier que j'exerçais chez Sanofi, devenue
    Sanofi-Synthélabo puis Sanofi-Aventis, comportait principalement :
    -le « SVP téléphonique » auprès des responsables du personnel des filiales ou des établissements,
    -la conception et l'élaboration de règles, de procédures, de projets d'accords paritaires, etc.,
    -la gestion et le suivi des contentieux sociaux.
    -Au cours des dernières années, j'ai abandonné progressivement le « SVP » et le contentieux, activités
    remplacées par une expertise accrue concernant le volet social des opérations d'acquisition, de fusion et de
    cession ainsi que par une importante mission de formation.

    Au total, une part majoritaire de ma fonction, tout particulièrement le travail de réflexion, de conception, de
    rédaction ainsi que l'activité téléphonique, a toujours pu s'exercer sans contrainte géographique particulière.

    -Printemps 1992 : je subis une lourde intervention chirurgicale sur la colonne vertébrale : 3 mois d'absence dont
    une grande partie passée allongé sur une planche. Nous avons alors équipé mon domicile d'un téléphone-fax me
    permettant de gérer de nombreuses affaires à distance, et mon patron passait chez moi le weekend pour faire le
    point sur certains dossiers.

    -Décembre 1995 : grande grève des transports en communs de la Région Parisienne. A l'époque, j'habitais un
    petit village du Vexin situé à 15 kilomètres au-delà de Cergy-Pontoise, ce qui représentait quand tout allait bien,
    environ 2 heure ½ de trajet quotidien ... mais en cas de grève complète des transports, comme c'était le
    cas, le temps de trajet passait à 2 heures ½ à 3 heures, en voiture bien sûr et dans chaque sens !

    Nous avons donc réactivé le mode de fonctionnement adopté lors de ma longue absence : téléphone, fax
    auxquels s'ajoutaient quelques trajets pour aller chercher dossiers et documents et rapporter ce qui était traité.

    -1997-1998 : Sanofi équipe la quasi-totalité de ses collaborateurs en micro-informatique, généralise l'utilisation
    des messageries électroniques et ouvre largement l'utilisation de l'Internet. Simultanément, Sanofi quitte toutes
    ses implantations dans le 8ème arrondissement de Paris au profit de Gentilly (Val de Marne) et du nouveau Siège
    Social situé dans le 13ème arrondissement de Paris. Ces déménagements se traduisent par une très forte
    augmentation de mon temps de trajet qui passe à plus de 3 heures par jour.

    -Septembre 1998 : nous décidons de lancer une expérience de travail à distance (à domicile dans mon cas),
    expérience dont je serais le « cobaye » et qui pourrait ensuite servir de base à d'autres réalisations. C'est donc
    tout naturellement que je fus chargé d'élaborer et de formaliser le cadre de cette nouvelle forme d'organisation
    du travail.

    110




    3. Modalités de fonctionnement du travail à domicile

    a. Sur le plan matériel : en application du dicton selon lequel « les bons comptes font les bons amis », j'ai
    privilégié des choix simples à formaliser et à vérifier, à savoir :
    -le local (mon domicile en l'occurrence) est fourni par mes soins, sans contrepartie de l'employeur,
    -le mobilier de bureau est fourni par l'employeur : dans mon cas, j'ai profité du déménagement de nos locaux de
    la rue Marbeuf dans le 8ème arrondissement, locaux dans lesquels se trouvait mon bureau, pour récupérer du
    matériel mis au rebut : un bureau, une chaise et une armoire de rangement prirent donc le chemin de mon
    domicile.
    -l'équipement informatique : lors du démarrage de l'expérience, l'ordinateur portable était très peu répandu dans
    l'entreprise. Pour éviter toute polémique sur le thème d'une éventuelle double utilisation (privée et
    professionnelle) de l'ordinateur ou bien en cas de remise en cause du travail à domicile ou encore en cas de
    cessation du contrat de travail, j'ai choisi de fournir moi-même l'équipement informatique.

    Inconvénient de ce choix : je dois financer l'achat du matériel. Avantage : le matériel n'appartient qu'à moi, je le
    choisis librement ainsi que ses performances, son prix, etc.
    Par contre, pour me permettre de travailler convenablement, le service informatique de Sanofi assure
    l'installation des logiciels qui me sont nécessaires ainsi que la maintenance de la machine. De même, pour me
    permettre de communiquer par messagerie électronique, un abonnement chez un fournisseur d'accès à l'Internet
    est souscrit par l'entreprise. Ultérieurement, la plus large diffusion des ordinateurs portables et l'arrivée de la
    technologie des postes de travail « nomades », pour accéder à la messagerie du Groupe, ont largement contribué
    à simplifier le système en permettant une séparation très nette entre le matériel privé et le matériel professionnel.

    -l'équipement téléphonique : une ligne téléphonique dédiée est installée à mon domicile, à laquelle est reliée le
    téléphone-fax et pour laquelle la « facturation détaillée » est demandée. L'intégralité du coût de cette ligne m'est
    remboursée par l'entreprise.

    b. L'organisation du travail :
    Au départ, la répartition de principe de mon temps de travail devait être la suivante : 60% sous forme de travail à
    mon domicile, la partie restante se répartissant entre la présence physique à mon bureau, les réunions et les
    rendez-vous. Traduite en jours de la semaine, cette répartition prenait la forme suivante : 2 jours de à mon bureau
    (en principe les lundi et jeudi), les 3 autres jours à mon domicile. Bien entendu, la priorité étant clairement
    donnée à la réalisation de mes missions, une souplesse avait été prévue permettant de modifier le calendrier de
    principe et de planifier au cas par cas les réunions, déplacements ou formations ne pouvant s'insérer dans les
    jours préfixés. Cette organisation fonctionna sans difficulté particulière pendant quatre à cinq ans à la
    satisfaction de tous : mes « clients internes », ma hiérarchie et moi-même.
    Par la suite, et tout particulièrement au cours de mes dernières années d'activité, les souplesses initialement
    prévues prirent nettement le pas sur le calendrier de principe. En effet, le Groupe grandissant très rapidement (de
    Sanofi à Sanofi-Synthélabo puis à Sanofi-Aventis, 3ème Groupe Pharmaceutique mondial et 1er européen), ses
    structures se modifiaient, notamment celles de la DRH Centrale du Groupe.
    La fonction Juridique Sociale n'ayant pas échappé à ce mouvement, mes responsabilités évoluèrent vers une
    disparition progressive du « SVP téléphonique », au profit d'un travail de création d'outils spécifiques
    permettant de faciliter le volet social des opérations de fusions, notamment en matière d'Instances
    représentatives du Personnel. Simultanément, j'ai en outre endossé une responsabilité de formateur. Cette
    dernière mission m'amenant à de nombreux déplacements dans les sites de province (deux à trois jours par
    semaine), le formalisme du calendrier hebdomadaire de travail à domicile fut rapidement abandonné et ma
    présence physique à mon bureau se trouva très fréquemment réduite à un jour par semaine, parfois moins. A
    l'inverse, lorsque les opérations de fusions et de cessions battaient leur plein et généraient de nombreuses
    réunions, il m'arrivait d'être présent au Siège Social tous les jours de la semaine.
    Durant cette période, le formalisme concernant mes jours de présence fut progressivement abandonné, seule
    subsistant l'exigence de réactivité, de rapidité et d'efficacité dans l'accomplissement de mes missions.

    4. Bilan de 7ans de travail à domicile, écueils et solutions

    a. Bilan « globalement positif »
    De mon point de vue, le bilan est tout à fait positif, aussi bien pour moi-même que pour l'entreprise.

    111

    Le fait que ces conditions de travail atypiques aient été maintenues pendant plus de 7 ans, jusqu'à mon départ du
    Groupe montre bien que ce dernier y a aussi trouvé son compte. J'ai ainsi pu bénéficier de conditions de travail
    d'une qualité exceptionnelle, ma vie de famille n'a pas été pénalisée par ma très lourde charge de travail, les
    contraintes (notamment fatigue et pertes de temps) liées à d'importants temps de trajet en transports en commun
    on été considérablement allégées et j'ai pu effectuer une importante partie de mon travail dans un environnement
    idéal. Concernant la réalisation de ce travail, tant en qualité qu'en quantité, le calme de mon domicile dans la
    journée, l'absence de visiteurs « déboulant » à l'improviste, l'absence de sollicitation des collègues (type « pause
    café » ou autre), etc. m'ont permis de conserver une ambiance très propice à la concentration et à la réflexion.
    Tant que j'assumais le « SVP téléphonique », le fait d'être au calme me permettait de donner des conseils de
    meilleure qualité à mes « clients internes » et, côté réflexion et conception, mon environnement de travail, très
    propice à la concentration, m'a permis d'aboutir rapidement à des réalisations de qualité qui auraient
    certainement mis plus longtemps à voir le jour dans un contexte plus classique.
    Pour ne citer que trois des exemples les plus significatifs :
    - c'est chez moi qu'ont vu le jour certaines créations originales, telles que les « Unités Economiques et Sociales
    d'Activités », concept que j'ai élaboré à l'occasion de la fusion de Sanofi avec Synthélabo et que j'ai repris en le
    développant à une plus grande échelle lors de l'absorption d'Aventis et qui, de l'avis unanime a
    considérablement facilité les opérations de fusion en matière de représentation du personnel tant sur le plan du
    climat social qu'en matière de rapidité des procédures d'information et de consultation des Instances
    Représentatives du Personnel.
    - c'est également chez moi que j'ai mis au point la « boîte à outils » sociale à mettre en oeuvre en cas de cession
    d'activité ou de filiale.
    -c'est enfin, toujours chez moi que j'ai conçu et mis au point un module de formation de deux jours destiné à
    sensibiliser le personnel d'encadrement (du patron de site au chef d'équipe) aux règles du droit social, module
    que j'ai ensuite été chargé d'animer dans les établissements du Groupe.

    b. Conditions de la réussite
    Même si, on l'a vu, cette expérience s'est soldée par la satisfaction commune de mon employeur et de moi-
    même puisque, dans ce cas précis, chacun de nous y a trouvé son intérêt (c'est une expérience « gagnant-
    gagnant »), tout n'a pas toujours été simple et, avec le recul, je pense que, pour que la réussite soit assurée, il est
    nécessaire de réunir un certain nombre de conditions essentielles :
    La fonction
    -La nature de la fonction du salarié doit pouvoir se prêter au travail à distance : fonction pouvant s'exercer
    indépendamment du lieu, ne demandant pas la mise en oeuvre d'un important matériel ou de technologies
    lourdes, fonction ne nécessitant que peu de contacts physiques avec l'entreprise, les collègues, les clients
    internes ou externes, la hiérarchie, etc. Les fonctions à dominante d'études, de réflexion, de rédaction, etc.
    peuvent être facilement adaptées au travail à distance tel que je l'ai pratiqué. A ce sujet, il peut être intéressant de
    noter que l'expérience a été étendue et adaptée aux auditeurs internes : à son retour de mission d'audit dans les
    établissements ou les filiales (missions impliquant toujours un déplacement géographique d'une durée
    relativement longue pouvant aller de plusieurs semaines à plusieurs mois et fréquemment à l'étranger), chaque
    auditeur doit élaborer un rapport. Cette tâche, relativement longue, n'étant nullement tributaire d'une quelconque
    présence physique dans les locaux de l'entreprise, il fut convenu que les auditeurs réaliseraient leur rapport à leur
    domicile. Ce mode de fonctionnement a duré plusieurs années mais je ne suis pas certain qu'il ait survécu aux
    changements de personnes liés aux redistributions de responsabilités consécutifs au rachat d'Aventis.

    -La fonction doit pouvoir se prêter facilement à un contrôle du travail du salarié, aussi bien quantitativement que
    qualitativement, ce qui n'est pas toujours évident ! Pour ce qui me concernait et compte tenu du niveau auquel
    j'exerçais mes responsabilités, la question était facile à résoudre : d'une part ma charge de travail était telle que
    le moindre ralentissement de mon activité aurait immédiatement été décelé par mon patron, d'autre part j'étais
    intégré dans un système de management par objectif et, en cas de non atteinte des objectifs annuels fixés en
    accord avec ma hiérarchie, la sanction aurait été immédiate.

    La relation entre le salarié et sa hiérarchie
    -En liaison avec le point précédent et de façon tout à fait complémentaire, il est nécessaire qu'un rapport de
    confiance fort soit établi entre le salarié travaillant à domicile et sa hiérarchie.
    -La hiérarchie doit pouvoir accepter une large autonomie du salarié tout en restant très exigeante quant à la
    quantité de travail fourni, sa qualité, le respect des délais, etc.
    -La hiérarchie doit veiller à ne pas « oublier » le salarié : on ne le voit pas tous les jours, donc il est nécessaire
    d'être très attentif à le convier à toutes les réunions, à lui fournir le même niveau d'information que celui qui est
    donné aux autres collaborateurs, etc.

    112

    -Enfin, la hiérarchie doit surveiller son langage et éviter de dire à son collaborateur : « tu travailles mardi ? »
    alors qu'il ne s'agit que de savoir si l'intéressé passe au bureau le jour en question ! En public, ce type de propos,
    même s'il n'y a pas malice, peut avoir un effet dévastateur et il ne faudra pas se demander pourquoi tout le
    monde pense que M. Machin travaille à temps partiel ... !
    -Pour toutes les raisons qui précèdent, la hiérarchie doit impérativement être partie prenante dans la démarche.
    Toute contrainte, pression ou autre effectuée sur une hiérarchie pour l'amener à accepter de voir tout ou partie de
    ses collaborateurs travailler à distance serait un gage d'échec rapide de la démarche.

    . L'autodiscipline du salarié
    -Une forte discipline personnelle est indispensable pour réussir un passage au travail à domicile. Il n'est en effet
    pas toujours évident de se mettre au travail dans son environnement de vie privée : les sollicitations au
    « farniente » sont évidemment très nombreuses et il est parfois assez difficile d'y résister.
    J'ai rencontré ce problème au tout début, et il m'a fallu réagir très vite, avant que de mauvaises habitudes ne
    s'installent. J'avais la chance d'avoir chez moi un « bureau » : petite pièce de quelques mètres carrés, dans
    laquelle j'avais installé les meubles et le matériel. Je crois qu'un local dédié, si petit soit-il, est un élément
    indispensable de la réussite de la démarche car il permet d'établir une distinction matérielle, géographique entre
    la vie privée et la vie professionnelle. Par chance, j'avais ce petit local et, tous les jours vers 7h du matin, lorsque
    mon épouse quittait la maison, je « partais au bureau », c'est-à-dire que je m'installais dans la petite pièce et que
    je me mettais au travail jusqu'au retour de mon épouse entre 18h30 et 19h30.
    Restait à gérer la question des « pauses ». Attention à l'hygiène de vie ! ... Quand on est chez soi, il n'y a rien de
    plus tentant et de plus facile que de grignoter toute la journée, voire de s'autoriser la ou les « petites bières » que
    l'on n'aurait certainement pas consommées dans les locaux de l'entreprise ! Là encore, le salarié doit être
    extrêmement rigoureux avec lui-même et se soumettre à une forte discipline personnelle en se fixant des limites
    de temps pour déjeuner à midi, un nombre maximum de pauses dans la journée, leur durée maximum, etc.
    Ce n'est finalement pas si difficile que cela lorsque la pression du travail est forte, que les échéances sont
    impératives, que l'on tient à assurer la réussite de l'expérience, etc. En outre, il faut quand même bien prendre
    conscience des fabuleuses contreparties à cet effort : disparition de la contrainte et de la fatigue liée aux
    trajets quotidiens, calme et tranquillité qui, favorisant la concentration, permettent au travail d'avancer bien plus
    vite qu'au bureau, qualité des périodes de réflexion et de « décantation » avant la phase de rédaction qui peuvent,
    par exemple, se faire en déambulant dans le jardin (je suis amateur de bonzaï et mes patrons ne soupçonneront
    jamais à quel point la contemplation de mes arbres a contribué à l'éclosion d'un certain nombre de mes
    réalisations !), l'absence de sollicitation autre que le téléphone, etc. bref, ces conditions de travail idéales (du
    moins à mes yeux) méritent bien quelques efforts !

    -Après avoir été obligé de se surveiller pour que la vie privée n'empiète pas sur le temps de travail, le salarié en
    situation de travail à domicile doit également se gendarmer dans l'autre sens : il faut savoir s'arrêter de travailler
    et décider de fermer la messagerie et le téléphone. La démarche n'est pas aussi évidente qu'il n'y parait car,
    quand on est « lancé », il n'est pas toujours facile de tout arrêter et de décider que l'on continuera le lendemain.
    Il n'est pas toujours facile non plus de cesser d'attendre un courriel ou un appel téléphonique, etc. Là encore, la
    solution réside dans le parallèle avec la vie au bureau : quand je n'y suis pas, je ne peux répondre au téléphone et
    il y a une heure à partir de laquelle il est normal de « boucler » et de rentrer chez soi ... donc, je
    pratiquais de même à la maison : je « fermais la boutique » au retour de mon épouse.

    Ces deux efforts d'autodiscipline sont indispensables si l'on veut éviter les deux écueils symétriques : la vie
    privée prend le pas sur le travail ou le travail envahit la sphère privée. Dans les deux cas, il vaut mieux ne pas
    continuer l'expérience et revenir à des conditions de travail plus classiques.

    -Dernier obstacle qu'aura à surmonter le salarié : le danger d'isolement. Il est nécessaire d'en prendre très vite
    conscience car, une fois que le mal est fait, il est très difficile de remonter la pente et, sur cette question, la
    hiérarchie a un rôle très important à jouer (cf. plus haut). Le salarié devra veiller à rester très « présent », même à
    distance, auprès de sa hiérarchie, de ses collègues, de ses clients internes ou externes, de son réseau. Il ne faudra
    pas qu'il gère son temps de travail à domicile avec trop de rigidité comme de ne pas se rendre à une importante
    réunion si elle tombe un jour « domicile ». Le salarié va devoir également éduquer son environnement à ses
    conditions de travail atypiques : il devra habituer « les autres » à consulter le planning de présence avant de
    programmer les réunions, à lui téléphoner aussi facilement que s'il était au bureau (la technologie résout
    maintenant la plupart des problèmes téléphoniques puisque, depuis quelques années, je pouvais renvoyer mon
    poste téléphonique du bureau sur mon numéro à domicile, mon assistante pouvait transférer chez moi une
    communication qu'elle recevait au bureau, etc. ... et, maintenant, il y a les téléphones portables).
    Le salarié devra habituer son environnement à le solliciter de la même manière que s'il était dans l'entreprise,
    mais il devra également discipliner ce même environnement de façon à ce que sa vie privée soit respectée.

    113


    Enfin, le salarié se devra d'être exemplaire quant à la quantité et la qualité du travail qu'il accompli hors des
    murs de l'entreprise.

    5. Aspects juridiques

    a. Incidence sur le contrat de travail
    Il est évidemment indispensable de « graver dans le marbre » le passage au travail à distance. Il est donc
    absolument nécessaire qu'un document soit établi et explicitement validé tant par l'employeur que par le salarié,
    document qui décrira, le plus clairement possible les conditions dans lesquelles l'activité professionnelle du
    salarié devra se dérouler, à savoir :
    -date de début de ce régime de travail,
    -durée de ce régime de travail si ce dernier présente un caractère temporaire (vivement conseillé) et, dans ce cas :
    conditions de reconduction,
    -en cas de durée indéterminée : conditions de retour à un régime de travail « classique »,
    -organisation de la semaine, du mois, etc. de travail : répartition du temps entre les locaux de l'entreprise et le
    lieu de travail externe (domicile par exemple),
    -souplesses ou dérogations possibles,
    -conditions matérielles : local, matériel, etc. (qui prend quoi en charge),
    -éventuellement : modalités et conditions du contrôle du travail du salarié,
    -etc.

    Ce document devra être rédigé avec un soin tout particulier et faire l'objet d'une étroite concertation avec le
    salarié de façon à ce qu'aucun point ne reste dans l'ombre afin d'éviter tout litige pendant la période de travail à
    distance mais aussi (et surtout !) lors de la fin de ce mode d'organisation (par « retour à la normale », par
    changement de fonction, de lieu, par cessation du contrat de travail, etc.).
    Concernant la portée de ce document, la question s'est posée de savoir si le passage au travail à distance ou, au
    contraire, le retour à un mode de travail « classique » devait s'analyser en modification du contrat de travail ou
    en modification des conditions de travail. Egalement, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation a dû très
    récemment se prononcer sur la qualification juridique d'une clause de mobilité insérée dans un contrat de
    « télétravail ». On peut là encore se demander si la modification, par l'employeur, des conditions de
    fonctionnement du travail à distance est une modification du contrat de travail ou une simple modification des
    conditions de travail. L'enjeu n'est pas négligeable dans la mesure où, en cas de désaccord entre l'employeur et
    le salarié, la nature de la rupture du contrat de travail (du licenciement pour faute grave au licenciement pour
    motif économique) ainsi que son indemnisation (de rien à l'indemnité conventionnelle de licenciement), sont
    directement tributaires de l'analyse qui sera faite de la nature juridique du document décrit ci-dessus.

    Pour ma part, je considère qu'il faut avant tout rechercher l'efficacité et que, une fois celle-ci atteinte, il convient
    de rechercher la qualification juridique qui s'adapte le mieux au but recherché. J'ai indiqué à plusieurs reprises
    qu'il était nécessaire que la mise en place d'une démarche de travail à distance ou à domicile fasse l'objet d'une
    réelle concertation avec le salarié. Dans ce cas, une fois que le salarié et l'employeur se sont bien mis d'accord,
    tant sur le principe que sur les modalités, il me parait clair que la seule formalisation satisfaisante consiste à
    rédiger un avenant au contrat de travail, avenant qui, bien évidemment aura une pleine valeur contractuelle ce
    qui n'est nullement un inconvénient si l'on a pris la précaution, comme je le recommande vivement, de prévoir
    les modalités dans lesquelles le système mis en place pourra être modifié. Dans cet esprit, il me semble
    également souhaitable de ne prévoir que des avenants à durée déterminée (un an me paraît raisonnable),
    renouvelables expressément dans des conditions préfixées et surtout pas par tacite reconduction.

    Ce qui précède peut paraître un peu formaliste mais, si l'on veut que l'opération réussisse, il est nécessaire que
    l'employeur et le salarié puissent, l'un et l'autre, avancer sur un terrain connu et sécurisé.

    b. Les carences de la législation du travail
    -Le Code du Travail ne connaît actuellement ni le travail à distance ni le travail à domicile tel que je l'ai
    pratiqué. Il suffit en effet de lire les articles L. 721-1 et suivants du Code du Travail, pour constater que notre
    législation ne prend nullement en compte les situations telles que celle que j'ai relatée au fil des lignes qui
    précèdent : la forme de travail à domicile règlementée et organisée par notre droit du travail est celle que j'ai eu
    l'occasion de rencontrer dans le début des années 80 aux confins de la Loire et de la Haute-Loire : le travail « à
    la pièce » effectué par les familles d'« ouvriers-paysans » dont l'homme travaillait à l'usine et rapportait, pour
    les femmes et les vieillards, des pièces petites et légères en vue d'effectuer des travaux de montage simples et ne
    nécessitant que peu d'outillage (pour l'anecdote : la prestigieuse société Angénieux, hélas disparue depuis,

    114

    faisait monter, à domicile, dans les fermes des environs, les diaphragmes des objectifs d'appareils
    photographiques de très haut de gamme commercialisés par la marque).

    Il m'apparaît nécessaire, voire urgent, que le Code du Travail puisse évoluer afin de tenir compte des réalités
    actuelles du monde du travail (sur ce point et sur beaucoup d'autres ... !).

    Je crains néanmoins que, si le législateur intervenait dans ce domaine, il ne fasse pas suffisamment de place aux
    souplesses et à la créativité des entreprises et des partenaires sociaux, tuant ainsi une forme intéressante
    d'organisation du travail à peine éclose. Il faudrait donc que le Code du Travail se contente de reconnaître et
    d'encadrer cette nouvelle réalité, et qu'il laisse aux partenaires sociaux le soin de la structurer.

    -La législation sur les accidents du travail doit aussi évoluer pour prendre en compte les nouvelles formes
    d'organisation du travail mais en effet, si je tombe dans l'escalier de l'entreprise, pendant mon temps de
    travail devant témoins, la question sera vite réglée par la prise en charge au titre de la législation sur les accidents
    du travail. Si je tombe dans l'escalier de mon domicile, pendant mon temps de travail ... je crains fort que la
    solution ne soit le refus de prise en charge ... !
    Mais, dans ce domaine, il est plus facile de réclamer une réforme que de l'élaborer car on se heurte à un
    insoluble problème de preuve. Or, sans preuve, pas de prise en charge, sauf à aboutir, de fait, à une véritable
    incitation à la fraude. Avec le recul, je me demande sincèrement si cette question ne soulève pas, en réalité, un
    faux problème car il me semble bien que les avantages du travail à domicile, comme que je l'ai vécu, sont tels
    qu'ils compensent largement l'acceptation d'un risque relativement limité.



    115


    Annexes III

    Plan gouvernemental « Pandémie grippale »
    Modalités de mise en oeuvre du télétravail

    Selon l'accord national interprofessionnel du 19 juillet 2005 sur le télétravail qui
    transpose en droit français l'accord cadre européen du 16 juillet 2002, le télétravail est une
    forme d'organisation ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l'information
    dans le cadre d'un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait également pu être
    réalisé dans les locaux de l'employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière.
    1 - Nécessité d'un accord

    Tous les salariés, dès lors qu'ils disposent du matériel nécessaire pour exécuter le
    travail par télétransmission et que leur travail s'y prête, peuvent être concernés par le
    télétravail. L'accord national interprofessionnel stipule que des accords de branche ou
    d'entreprise peuvent préciser les catégories de salariés concernés.
    En toute hypothèse, le télétravail en tant que mode d'exécution du contrat de travail
    est soumis à l'accord du salarié. Cet accord doit être réversible. Le refus ne peut constituer
    une faute.
    Il n'y aura que des avantages à mentionner les conditions d'exécution du télétravail
    dans le contrat de travail. La possibilité pour un salarié d'exercer ses fonctions dans le cadre
    du télétravail doit être formalisée par un accord écrit :
    · Pour des raisons liées à la sécurité juridique des parties ;
    · Pour des raisons pratiques liées au nouveau mode d'organisation qui implique le
    respect de la réglementation du travail ou des modes d'organisation particuliers
    (travail à domicile, temps partiel).

    Quel que soit le lieu d'exécution de son travail, l'agent doit continuer à bénéficier
    des services collectifs et des prestations sociales. S'agissant d'un mode d'organisation du
    travail, le comité d'entreprise, à défaut les délégués du personnel, doit être consulté
    préalablement à sa mise en oeuvre. Cette consultation préalable précise également les
    conditions de contrôle de l'activité des salariés en télétravail. Le comité d'hygiène, de
    sécurité et des conditions de travail (CHSCT) est consulté au titre des conditions de travail
    et des incidences sur la santé des travailleurs.
    2 - Protection des droits du télétravailleur

    Lorsque le télétravail est exécuté à domicile, l'employeur ne peut y avoir accès
    qu'après accord exprès du télétravailleur car le domicile est un lieu privé. Le domicile du
    télétravailleur doit rester un local d'habitation à titre principal pour lui et sa famille ; il ne
    peut se voir imposer de recevoir ni clientèle ni public.
    Aucun contrôle, de quelque nature que ce soit, ne peut être effectué à l'insu du
    télétravailleur.
    L'agent télétravailleur devra fournir un travail correspondant à la durée du travail
    prévu.

    116

    La protection des données utilisées et traitées par le télétravailleur incombe à
    l'employeur conformément aux prescriptions de la Commission nationale de l'informatique
    et des libertés (CNIL). Le règlement intérieur de l'entreprise peut prévoir les limites à
    l'utilisation du matériel et les sanctions encourues. Son éventuelle modification se fait dans
    les conditions habituelles de consultation du comité d'entreprise et de décision de
    l'inspecteur du travail.
    3 - Le matériel nécessaire au télétravail

    L'accord national interprofessionnel stipule clairement que l'employeur fournit,
    installe et entretient les équipements de travail. Dans le cas où le travailleur utilise son
    propre équipement, l'employeur en assure l'adaptation et l'entretien.
    Si le matériel nécessaire au télétravailleur est fourni par l'employeur, ce matériel ne
    peut être utilisé à des fins personnelles, sauf accord. Dans ce dernier cas, le télétravailleur
    est responsable du matériel installé chez lui : il en a la charge et répond de sa détérioration.
    En cas de vol, il doit avertir immédiatement sa hiérarchie.
    Le matériel ainsi mis à disposition constitue un prêt. Sauf dispositions particulières
    définies d'un commun accord, il ne peut être conservé par l'agent à l'issue de l'engagement.
    Il importe de veiller à ce que ce mode de travail ne se traduise pas par une charge
    financière indue pour le salarié.





    117

    Annexes IV

    Point sur les dispositifs fiscaux existants ou ayant existé
    I. ­ Dispositifs existants en faveur du développement de l'outil informatique
    1. Amortissement exceptionnel des dépenses d'acquisition de logiciels (art.
    236 II du CGI)
    Amortissement accéléré sur 12 mois.
    2. Amortissement accéléré des terminaux permettant l'accès à Internet haut
    débit par satellite (art. 39 AJ du CGI)
    Amortissement sur 12 mois à compter de la date de mise en service des
    terminaux acquis entre le 1/01/2004 et 31/12/2006.
    3. Crédit d'impôt « nouvelles technologies » (art. 244 quater K du CGI)
    Crédit d'impôt de 20 % en faveur des petites et moyennes entreprises au titre des dépenses d'équipement
    en nouvelles technologies qu'elles exposent entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2007.
    Equipements éligibles au crédit d'impôt :
    - immobilisations incorporelles et corporelles relatives à la mise en place d'un réseau intranet ou
    extranet, à l'exception des ordinateurs sauf lorsqu'ils sont exclusivement utilisés comme serveurs ;
    - les dépenses d'acquisition à l'état neuf d'immobilisations corporelles permettant un accès à internet à
    haut débit, à l'exception des ordinateurs ;
    - les dépenses d'acquisition à l'état neuf d'immobilisations corporelles ou
    incorporelles nécessaires à la protection des réseaux intranet ou extranet ;
    - les dépenses d'aide à la mise en place et à la protection des réseaux intranet ou extranet.
    4. Réduction d'impôt pour emploi d'un salarié à domicile (art. 199
    sexdecies du CGI)
    Réduction d'impôt sur le revenu de 50 % au titre des sommes versées par les personnes
    physiques pour l'emploi d'un salarié à domicile.

    Applicable aux services d'assistance informatique à domicile effectués par une association ou une
    entreprise agréée en application de l'article L. 129-1 du code du travail et rémunérés au moyen d'un
    chèque service (décret 2005-1698, art. 1er ).

    II. Dispositif ayant existé

    118

    Don d'ordinateur par les entreprises à leurs salariés (art. 39 11 du CGI)
    Régime d'exonération d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux sur
    les matériels informatiques (ou prestations liées) attribués aux salariés
    gratuitement ou moyennant un prix inférieur à leur prix de revient.
    Applicable aux attributions réalisées dans le cadre d'accords d'entreprise
    conclus entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005.
    Opposition du Sénat à la reconduction de cette niche (PLFR 2005).

    119

    Annexes V

    Le travail mobile en Suède

    La mission s'est rendue trois jours en Suède afin d'analyser les facteurs de la réussite du
    télétravail dans ce pays. On trouvera en annexe I la liste des personnes rencontrées à cette occasion.

    La Suède s'est intéressée aux développements économiques rendus possibles par les
    nouvelles technologies dès le début des années quatre vingt dix. C'est dans ce cadre qu'un plan a été
    conçu afin de favoriser l'équipement des ménages en micro-ordinateurs, tandis que des efforts
    étaient réalisés pour assurer la couverture de l'intégralité du pays tant pour le téléphone mobile que
    pour les liaisons Internet.

    La Suède s'est dotée, à compter du 1er janvier 1998, d'un avantage fiscal qui permet aux
    entreprises de mettre à disposition de leurs employés, pour usage à domicile, des ordinateurs achetés
    ou loués par elles.

    L'octroi d'un ordinateur à un salarié par son entreprise n'est plus taxé au titre des avantages
    en nature. Le salarié recevant un ordinateur paie un loyer mensuel pendant trois ans, En jouant sur
    l'économie de charges sociales réalisée par l'entreprise (c'est le salaire brut qui est diminué du
    montant du loyer) et sur l'économie d'impôt sur le revenu réalisée par le salarié, la charge mensuelle
    résiduelle ne dépasse pas, selon la tranche d'imposition, la moitié du coût réel.

    Les autorités suédoises ont tenté d'évaluer l'impact de ce système en procédant à un bench
    marking avec les autres pays de la zone et en particulier la Finlande. Il ressort des études réalisées
    que l'avantage fiscal concédé aurait permis d'accroître le taux d'équipement des ménages de 15
    points. Au total, le taux d'équipement des ménages est actuellement de 80 %.

    Dans le cadre de la campagne électoral actuelle, il semble que cet avantage puisse être remis
    en cause.

    Cet équipement des salariés a favorisé le développement du télétravail, lequel a été
    encouragé par les entreprises et les administrations. En cohérence avec l'effort fait par les ménages
    pour s'équiper, on relève que les entreprises, si elles ont encouragé l'usage de l'ordinateur pour les
    motifs professionnels, ont également explicitement accepté son utilisation pour des usages privés.

    L'ensemble de ces incitations ont produit des effets positifs : en 2005, les salariés des
    entreprises employant plus de 500 personnes travaillaient régulièrement hors des locaux de
    l'entreprise dans 90 % des entreprises, chiffre ramené à 30 % dans les PME de moins de 20 salariés.
    Les secteurs les plus en pointe sont la communication, les services financiers, les consultants... Au
    total, lorsque l'accord cadre européen a été signé en 2002 pour favoriser le développement du
    télétravail, la Suède n'a eu qu'à décrire l'existant sans grands ajustements pour satisfaire aux
    exigences de cet accord.

    Le succès du concept de travail mobile en Suède semble être la conséquence de la
    conjonction de plusieurs facteurs :

    · Dans une société où les différences sociales sont moins marquées qu'en France,
    l'usage de l'outil informatique a été conçu dès l'origine comme une chance pour
    permettre un développement harmonieux, en particulier pour concilier vie
    professionnelle et vie privée ;
    · La confiance entre salariés et entreprises, maître mot des expériences de télétravail
    qui réussissent, est beaucoup plus développée en Suède où la recherche du

    120

    consensus fait partie des traditions sociales. Les syndicats se sont très tôt impliqués
    dans le processus de développement du télétravail ;
    · Les efforts faits par l'Etat en matière d'équipement des ménages et de couverture du
    pays par des infrastructures a été très précoce. Aujourd'hui, 99% du territoire est
    couvert par le téléphone mobile ;
    · L'avènement du télétravail a été vécu à de nombreux niveaux des hiérarchies
    d'entreprises ou administratives comme une libération permettant de mieux
    concilier vie professionnelle et vie privée. La mission est frappée du nombre de
    témoignages recueillis à tous les niveaux au cours des entretiens favorables à la
    déstructuration du temps social, à la succession d'activités enchevêtrant les univers
    public et privé jusqu'alors séparés.

    Après quelques années d'augmentation rapide, le télétravail semble depuis 2002 remarquer
    le pas dans le cadre de ce que l'on pourrait appeler une crise de croissance. Plusieurs éléments
    peuvent expliquer ce palier. Après une période d'engouement, les salariés se sont interrogés sur les
    avantages réels en termes de temps de travail et d'empiètement sur la vie privée. Des dérives ont en
    effet pu être constatées, d'autant plus faciles que l'accord cadre européen n'a pas fait l'objet d'une
    négociation collective générale dans le secteur privé mais que sa transposition a été laissée à
    l'appréciation des conventions collectives de branche ou d'entreprises si bien que dans un certain
    nombre de cas, aucun texte n'a été pris. Il semble par ailleurs que le souhait des salariés de garder un
    contact étroit avec leur lieu de travail ait été sous-estimé. Enfin, force est de constater que tous les
    emplois ne peuvent entrer dans le cadre du télétravail.

    C'est pourquoi une réflexion a été lancée. Les Suédois estiment que le concept même de
    télétravail commence à être dépassé et préfèrent utiliser le terme de travail flexible ou travail mobile.
    En effet, les dernières technologies, associées à un équipement du pays très développé permettent
    une nouvelle organisation de la vie et de la relation entre temps de travail et temps privé.
    L'émergence de périodes alternatives consacrées à chacune de ces deux sphères de la vie modifie
    radicalement l'organisation du travail. C'est en ce sens que les Suédois entendent mener les
    prochaines négociations collectives.



    121

    Annexes VI

    Le télétravail en Italie
    (CONTRIBUTION : Ambassade de France en Italie
    Conseiller pour les affaires sociales)

    Aucune législation italienne ne régule le télétravail. L'approche sur ce thème a été
    exclusivement contractuelle au niveau d'entreprises, de secteurs ou de régions. Les partenaires
    sociaux italiens, Confindustria, CGIL, CISL et UIL ont pris en charge une traduction commune de
    l'accord-cadre européen, finalement établie le 20 janvier 2004, pour l'intégrer dans le champ
    contractuel italien. Les Pouvoirs Publics ont mené quelques expériences dans les administrations.

    xxxx

    Le Télétravail n'a pas fait l'objet d'un encadrement législatif en Italie. La priorité du
    Gouvernement italien, durant la Présidence du Conseil de Silvio Berlusconi ces 3 dernières années a
    porté, au travers de la Loi 30 d'octobre 2003, sur le développement et l'encadrement de la flexibilité
    du travail et la clarification des rapports de travail en particulier des Co.Co.Co (contrat de
    collaboration continue) en introduisant le « contrat de projet » de nature clairement subordonnée ce
    qui peut avoir des incidences indirectes sur le télétravail (voir ci-dessous en annexe une note sur un
    problème récent dans les Call Center).

    On estimait le nombre de Télétravailleurs en 2001 à 726.000 travailleurs (soit 3,6% de la
    main d'oeuvre) et les prévisions données pour 2005 parlent de 1.500.000 télétravailleurs (soit 7,1 de
    la main d'oeuvre) dont 900.000 à domicile.

    Seule une loi de juin 1998 dite « Bassanini Ter » sur la réforme de l'Administration
    Publique avait envisagé l'utilisation du Télétravail dans l'Administration sous la forme d'une
    première expérience dans l'objectif de renforcer l'efficacité de l'organisation du travail.

    La régulation du Télétravail a donc été uniquement le fait de la négociation collective depuis
    1994 où le premier accord a été conclu avec l'entreprise Saritel. Il y a actuellement une vingtaine
    d'accords recensés. Tous ces accords concernent des travailleurs « subordonnés » ayant clairement
    un contrat de travail avec l'entreprise qui les emploie ce qui conduit à une égalité de traitement, dans
    des conditions spécifiques, avec les salariés de l'entreprise.

    Différents cas de figures sont signalés pour l'exercice du télétravail sauf le télétravail en
    Call Center que l'on considère comme des entreprise en tant que telles. Il faut d'ailleurs signaler le
    premier accord national signé le 2 mars 2004 réglementant les contrats de collaboration (co.co.co)
    en outsourcing dans les call center et qui intéresse 40% des 10.000 personnes de ce secteur . Cet
    accord a été signé par Assocallcenter (association nationale des Call Center), et les confédérations
    syndicales CGIL, CISL et UIL. Ce contrat présente un caractère novateur puisqu'il assure à des
    travailleurs, qui se trouvent dans une zone grise des relations de travail, de nouvelles garanties avec
    les éléments de flexibilité vitale à ce secteur. Ce contrat national des salaries des Call Center est
    valable jusqu'en 2005.

    Les accords Télétravail les plus étendus sont ceux conclus au niveau confédéral d'une part
    au niveau du secteur privé comme celui du 17 juillet 2001 entre la CONFAPI (Confédération
    Italienne des Petites et Moyennes entreprises) et les trois confédérations syndicales italiennes CGIL-
    CISL-UIL et celui du 20 juin 1997 entre la Confcommercio (confédération patronale du commerce)
    et les trois Fédérations nationales FILCAMS-CGIL, FISASCAT-CISL et UILTUCS-UIL mais aussi
    dans le secteur public comme l'accord du 21 juillet 1999 entre l'ARAN ( Agenzia per la
    rappresentanza negoziale delle pubbliche amministrazioni) et l'ensemble des syndicats CGIL, CISL,
    UIL, CONFSAL, CISAL, CONFEDIR, RdB/CUB, CIDA, UGL, COSMED qui concrétise la

    122

    volonté exprimée dans la loi de 1998 (voir ci-dessus). Cet accord prévoie la mise en place d'un
    Observatoire sur le Télétravail pour collecter les données sur la mise en oeuvre du télétravail, son
    impact sur l'organisation du travail et la vie des salariés, l'égalité des chances...

    Ces accords concernent également des grands entreprises comme Telecom Italia et TIM,
    Seat, IBM, Zanussi, Digital, Dun & Bradstreet, IBM... mais aussi des régions comme celui conclu
    entre l'Association des petites et moyennes entreprises de la région de Modène et les Secrétariats
    régionaux de la CIL, CISL et UIL.

    L'accord le plus récent a été conclu en juillet 2003 entre la Poste et les 3 fédérations
    syndicales concernées de CGIL, CISL et UIL.

    Tous ces accords inclus la définition du télétravail, le statut des travailleurs, les
    circonstances dans lesquelles le télétravail peut se mettre en place et celles ou il peut s'arrêter, les
    responsabilités en matière de santé et de sécurité, l'échelle de salaire, la réglementation des horaires
    et des heures supplémentaires, les dépenses pouvant être couvertes par les employeurs et les
    télétravailleurs, les dispositions sur les équipements et leur maintenance, les garanties d'accès à la
    formation et de déroulement de carrière, le droit syndical. Il faut souligner que les partenaires
    sociaux italiens ont su innover par rapport à la plupart des pays de l'UE avant la négociation
    européenne et que dans ce sens leurs acquis ont servis largement de références pour les négociateurs
    européens.

    Le problème de la transposition par les partenaires sociaux italiens de l'accord-cadre
    européen du 16 juillet 2002 selon la procédure de l'article 139 du Traité n'a pas présenté de
    difficultés majeures. La première phase a consistée à faire une traduction conjointe, Confindustria,
    CGIL, CISL et UIL de l'accord-cadre européen. Cette traduction qui a nécessité beaucoup de
    discussions « d'interprétation » a été conclue le 20 janvier 2004 et a permis de valider cet accord le 9
    juin 2004 comme un accord national avec la signature de 21 Confédérations et Fédérations
    patronales et par les 3 Confédérations syndicales.

    123

    Annexes VII

    Le télétravail aux Etats-Unis
    (CONTRIBUTION : Ambassade de France aux Etats-Unis
    Conseiller pour les affaires sociales)


    Données de cadrage générales

    Le télétravail désigne toute forme de travail marchand accompli à domicile ou dans un autre
    lieu distinct de l'établissement pour lequel le travail est mené («official duty station») : autre
    établissement de l'entreprise, bureaux d'un client ou d'un fournisseur, centre de télétravail, hôtels et
    aéroports, voitures et trains etc. Il peut être le fait d'un salarié, d'un « independent contractor»
    (forme de travail salarié atypique propre aux Etats-Unis, malaisée à traduire en français, impliquant
    très fréquemment le recours au télétravail) ou d'un travailleur indépendant à son compte.

    La plupart des acteurs et auteurs et auteurs américains emploient indifféremment les termes
    «telework» ou «telecommuting» ou encore, plus rarement, «flexiplace». Certains réservent le terme
    « telecommuting » au télétravail à domicile. Quelques-uns incluent dans la notion de télétravail le
    travail en réseau entre différents employés à l'intérieur même de l'établissement pour lequel le
    travail est mené.

    On sait que le télétravail à domicile s'est beaucoup développé aux Etats-Unis depuis
    plusieurs décades, en particulier au cours des dernières années. Mais les statistiques sont éparses,
    fragmentaires, fragiles et relativement rares. La source la plus globalisante et la plus fiable est
    l'«Interactive Consumer Survey» du Dieringer Research Group. La dernière livraison (sur la base
    d'un échantillon de personnes invitées à répondre à des questions fermées) porte sur le télétravail
    accompli par les 135 millions d'actifs américains en juillet-août 2005. 45 millions d'actifs avaient eu
    l'occasion de travailler depuis leur domicile, 26 millions depuis l'établissement d'un client ou un
    lieu de prospection des consommateurs, 21 millions depuis leur voiture, 16 millions depuis un lieu
    de vacances, 7 millions depuis un train ou un avion. Bien évidemment ces ensembles se
    chevauchent. Les 45 millions de personnes ayant eu l'occasion de travailler depuis leur domicile
    avaient travaillé sur 3,4 sites en moyenne, y compris le lieu principal de leur activité.

    Dans l'administration fédérale, la «General Services Administration» (GSA) estimait à 140
    000 (sur un total de 1,7 millions de fonctionnaires) le nombre d'agents pratiquant le télétravail en
    2004, un jour par semaine au moins, à partir de leur domicile, d'un centre de télétravail ou de tout
    autre site. Bien entendu, le télétravail est pratiqué dans toutes les administrations des Etats, comtés
    et municipalités. Mais il n'y a pas de données statistiques locales facilement accessibles et il n'existe
    pas de données récapitulatives agrégées.


    Le télétravail dans l'entreprise

    Le principal moteur du développement du télétravail est la recherche des gains de
    productivité : réduction des coûts de déplacement (notamment des temps de déplacement), réduction
    des coûts immobiliers, meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, réponse au
    meilleur coût aux obligations légales concernant l'emploi des personnes handicapées etc.

    En tout état de cause l'entreprise doit veiller à la conformité de sa politique de travail avec
    les dispositions du «Fair Labor Standards Act» (FLSA), de l' « Americans with Disabilities Act»
    (ADA) et du «Family and Medical Leave Act» (FMLA).

    La principale question à prendre en compte au regard du FSLA est celle des modalités de
    décompte, et de contrôle du décompte, des heures télétravaillées, pour permettre, le cas échéant, le
    paiement des heures travaillées au tarif des heures supplémentaires. Cette question est réglée soit

    124

    dans le contrat écrit du salarié, quand un tel contrat existe, soit dans le règlement intérieur de
    l'entreprise, s'il y en a un, soit dans l'accord d'entreprise, si un syndicat est reconnu.

    Pour ce qui concerne l'ADA, le télétravail constitue en soi un des moyens de satisfaire aux
    dispositions qui obligent l'employeur à procéder à un aménagement raisonnable du poste de travail
    d'une personne handicapée. Pour autant, il faut parfois prévoir au surplus un aménagement
    spécifique du poste de télétravail de la personne handicapée, généralement au domicile de cette
    dernière ou dans un centre de télétravail.

    Le FMLA oblige l'employeur à satisfaire à la demande de congé (non rémunéré) d'un
    salarié pour raison médicale ou familiale, dans la limite de 3 mois par an. De nombreuses
    dispositions réglementaires et jurisprudentielles précisent les conditions dans lesquelles un salarié
    peut prétendre à ce qui est en quelque sorte un congé à temps partiel, tout en continuant à
    télétravailler à domicile à temps partiel.

    Par ailleurs, le télétravail a des incidences fiscales. La situation est relativement simple pour
    le télétravailleur à domicile, qui, pour ce qui concerne l'impôt sur le revenu fédéral, peut exclure
    certaines dépenses de l'assiette de son revenu imposable et bénéficie de divers abattements. En
    revanche la situation est plus complexe pour les entreprises employant des télétravailleurs (à
    domicile ou autres) dans différents Etats. La législation des taxes sur les ventes et des impôts sur les
    sociétés varie fortement d'un Etat à l'autre et les risques de double imposition sont fréquents. Il y a
    là un vaste champ ouvert à l'activité des conseils fiscaux qui aident les entreprises à s'orienter aux
    mieux dans ce paysage fiscal.

    Les politiques publiques en faveur du télétravail

    L'exécutif a d'abord eu, en tant qu'employeur, les mêmes préoccupations d'amélioration de
    la productivité que le secteur privé : Dès 1990, la Maison-Blanche et le GSA ont mis en place un
    «Federal Flexible Workplace Pilot Project». Ce programme s'est enrichi au cours de la décennie ;
    depuis 2000 (Public Law 106-346), chaque agence fédérale (ie. département ministériel ou autre
    agence) doit établir un règlement interne permettant à ses agents qui le souhaitent de pratiquer le
    télétravail. La mise en oeuvre effective de ce règlement doit permettre d'offrir à chaque employé
    fédéral, pour autant que ce soit techniquement possible, une véritable possibilité de choix en faveur
    du télétravail. Le GSA estime que 74 des 86 agences fédérales avaient en 2004 un règlement et un
    plan de développement du télétravail pouvant être considérés comme conformes à l'intention du
    législateur, avec toutefois des performances inégales. Par ailleurs, depuis 2003, les agences fédérales
    doivent rendre compte au Congrès tous les 6 mois de la mise en oeuvre de leur programme de
    télétravail.

    Au cours des années quatre-vingt-dix, le télétravail est également devenu un instrument
    permettant de répondre à certaines préoccupations de protection de l'environnement. En substance,
    les amendements de 1990 et 1995 au «Clean Clear Act» obligent les Etats à mettre en place des
    plans d'amélioration de la qualité de l'air. La réduction du trafic automobile est l'un des principaux
    moyens d'action, notamment dans les zones les plus polluées où certaines entreprises sont désormais
    tenues d'établir des «Employee Commute Options» encourageant leurs salariés à utiliser les
    transports en commun, à recourir au co-voiturage, à abandonner leur place de parking dans
    l'entreprise en échange d'une prime («parking cash-out») ou encore à télétravailler. Au surplus, la
    US Environmental Agency met en oeuvre des programmes de soutien au développement des
    initiatives publiques ou privées pour encourager le télétravail.

    Le «Transportation Equity Act for the 21st Century» de 1998 prévoit des avantages fiscaux
    pour les employeurs qui incitent leurs salariés à limiter l'usage de leur voiture.

    A la suite des attentats du 11-Septembre et de la gigantesque panne d'électricité ayant
    touché en août 2003 plusieurs Etats américains et provinces canadiennes, le gouvernement fédéral a

    125

    renforcé sa «Continuity of Operations Policy», qui oblige les agences à se doter de règles visant à
    assurer le maintien de leurs fonctions essentielles pendant une situation d'urgence, notamment en
    utilisant le télétravail.

    Toutes les dispositions fédérales concernant le télétravail des agents, la protection de
    l'environnement, la réduction du trafic automobile et la continuité du service en situation de crise
    sont souvent transposées sous des formes voisines dans les Etats.

    On sait que globalement, la politique de « continuité des opérations »n'a pas bien
    fonctionné lors de la réponse des pouvoirs publics à l'ouragan Katrina. Certaines actions spécifiques
    ont pourtant un caractère exemplaire. Par exemple, quelques jours après la frappe de l'ouragan, le
    département du Travail de Louisiane a été en mesure, grâce au télétravail des départements du
    Travail de Californie et d'autres Etats, de traiter dans des délais à peine allongés un flux de
    demandes d'allocation-chômage multiplié par 10, à partir de demandes passées par téléphone pour
    98 % des demandes. En partenariat avec le secteur bancaire, les allocations étaient versées sous
    forme de cartes de crédit chargées remises aux évacués bénéficiaires, sur les principaux sites
    d'évacuation.


    ***
    Comme toute activité économique aux Etats-Unis, le développement du télétravail est
    essentiellement régulé par le marché. De temps à autre la société civile fait pression, par
    l'intermédiaire des communautés et des lobbies, sur l'exécutif ou le législatif pour adopter ou
    corriger telle réglementation ou tel programme relatif au télétravail. Elle n'envoie pas à l'heure
    actuelle de signal audible exprimant une insatisfaction des règles et programmes actuels qui
    encadrent ou favorisent le télétravail. Elle n'incite pas non plus pour le moment à légiférer sur le
    télétravail ou à accroître la dépense publique en ce domaine.



    126


    Annexes VIII
    Le télétravail au Japon
    (CONTRIBUTION : Ambassade de France au Japon
    Mission Economique)


    · Statistiques sur l'importance du télétravail dans le pays de résidence, ventilées par secteur
    d'activité et CSP.
    Il n'existe pas de données annuelles sur le télétravail et les informations sur le sujet restent
    limitées. Le ministère des affaires intérieures (« Somusho »), le ministère de l'Economie (METI), le
    ministère du Travail ainsi que le ministère du Territoire, des Infrastructures et des Transports ont
    confié à la Japan Telework Association la réalisation d'une étude triennale sur la situation du
    télétravail au Japon (dernières données publiées dans le Livre Blanc 2003 ; le Livre Blanc 2006 est
    en cours de conception et devrait paraître d'ici début 2007). Une enquête ponctuelle de la Japan
    Telework Association (réalisée de décembre 2005 à janvier 2006) note une augmentation
    significative du nombre ainsi que du poids dans la population active des télétravailleurs par rapport à
    la statistique 2002 du Livre Blanc 2003.

    Nombre de télétravailleurs en 2002 et 2005 (millions de personnes)
    Télétravailleurs
    Part dans la
    Part dans la
    Télétravailleurs
    employés par
    Total
    population
    population non Part dans le total
    non salariés
    une société
    salariée
    salariée
    Nombre de personnes effectuant plus de 8
    5,06
    1,68
    6,74
    9,2%
    16,5%
    10,4%
    heures de télétravail par semaine
    Données 2005 Nombre de personnes effectuant moins de 8
    14,66
    3,81
    18,47
    26,8%
    37,5%
    28,5%
    heures de télétravail par semaine
    Nombre de télétravail eurs au sens large
    19,72
    5,49
    25,21
    36%
    54%
    38,9%
    Nombre de personnes effectuant plus de 8
    3,11
    0,97
    4,08
    5,7%
    8,2%
    6,1%
    heures de télétravail par semaine
    Données 2002 Nombre de personnes effectuant moins de 8
    4,43
    1,91
    6,34
    8%
    16%
    9,5%
    heures de télétravail par semaine
    Nombre de télétravail eurs au sens large
    7,54
    2,88
    10,42
    13,7%
    24,2%
    15,6%
    Source: Japan Telework Association


    127


    Les secteurs d'activités les plus concernés par le télétravail (sources : Livre Blanc 2003) :

    Se cte urs d'activ ité conce rnés par le télétrav ail
    Transport - télécommunication
    Agriculture
    Services
    Secteur médical
    Secteur éducatif
    Ingénieurs - tecniciens
    Encadrement
    Secteur manufacturier - construction
    Autres métiers spécialisés (profession libérale)
    Secteur administratif
    Vente - commercial
    0%
    5%
    10%
    15%
    20%
    25%
    30%
    35%
    Télétravail eurs employés
    Télétravail eurs non employés



    · Statistiques sur les caractéristiques du travail et de l'emploi des télétravailleurs.
    Définition du télétravail selon le Somusho : « Méthode de travail qui, grâce à l'utilisation
    des moyens d'information et de télécommunication, n'est pas soumise à des conditions d'exercice
    liées au lieu et la durée du travail ».
    Comme en France, le télétravail s'exerce le plus souvent au domicile, mais aussi dans les
    « Satellite Offices » ou « Telework Center » (centres d'appel installés dans les régions ayant des
    salaires horaires inférieurs aux zones urbaines ­ île d'Okinawa notamment ­ et structures implantées
    à proximité du domicile) ou encore sous forme de « Mobile work » (de manière itinérante grâce à
    l'utilisation des outils informatiques et de communication adéquats).

    Lieux utilisés par les télétravailleurs employés
    (source: Japa n Telework Association)
    0%
    5%
    10%
    15%
    20%
    25%
    30%
    35%
    40%
    45%
    50%
    Domicile
    43,9%
    Autres sites professionnels
    10,6%
    Satellite Office - centres de
    9,1%
    télétravail
    Hôtel
    9,1%
    Bureau du client
    6,1%
    A l'intérieur du moyen de
    4,5%
    transport



    128

    Activités et tâches effectuées en télétravail
    Visio -co nférence
    Gestio n co mptable
    Traductio n
    Co nceptio n de lo giciels et pro grammatio n
    A rchitecture
    Gestio n de co ntacts en deho rs de l'entreprise
    Jo urnalisme
    Organisatio n et co mmunicatio n dans l'entreprise
    Gestio n des do nnées (calcul, statistique)
    Do cumentatio n
    Rédactio n de do cuments co mmerciaux (rappo rts, bulletins / quo tidiens jo urnaliers
    et mensuels)
    Recherche d'info rmatio ns
    0%
    10%
    20%
    30%
    40%
    50%
    60%
    Utilisation férquente du télétravail
    Utilis ation "la plus fréquente"


    · Statistiques sur le télétravail dans le secteur public (au sens large y compris les collectivités
    locales et le secteur para-public).
    Pas de données. Selon nos interlocuteurs au sein de la Japan Telework Association, certains
    ministères pilotent (depuis l'exercice budgétaire 2004) des programmes d'expérimentation visant à
    introduire le travail à domicile (installation de moyens de communication au domicile du
    fonctionnaire ; vérification effectuée par webcams) qui ne concerneraient cependant que 3 à 4
    personnes par ministère.

    · Données sur le télé-enseignement (chiffres et concepts).

    Les écoles publiques disposent en moyenne 43,2 ordinateurs par établissement. Le nombre
    moyen d'écoliers par ordinateur est de 8,1 ; 44,3% des salles d'enseignement de ces écoles sont
    reliés en infrastructures LAN (95,9% des salles d'ordinateurs). 99,9% des écoles publiques sont
    reliées par Internet (81,7% des écoles sont reliées par Internet à haut débit) ; 68% des professeurs
    d'écoles publics ont la capacité d'enseigner via les ordinateurs.

    18,6% des universités publiques et 20,9% des universités privées dispensent des cours au
    moyen d'Internet ; 36,3% de ces établissements ont introduit la méthode d'enseignement dite « e-
    learning » (mise à disposition de cours et enseignement aux moyens des technologies de
    l'information ; diffusion de cours à destination d'étudiants géographiquement éloignés ; méthode
    d'enseignement également utilisée par les entreprises dans le cadre de formations internes).

    L'amélioration des technologies de communication (banalisation des infrastructures Internet
    à haut débit) favorise le développement et l'introduction du télé-enseignement dans le milieu de
    l'enseignement. L'enseignement privé (y compris les établissements spécialisés dans l'apprentissage
    de langues étrangères ou dans les cours de soutien qui sont des intervenants significatifs au Japon) a
    été le moteur de ce développement.
    La particularité du télé-enseignement japonais réside cependant dans la mise en place dès
    1983 d'une université (« the University of the air » : http://www.u-air.ac.jp/eng/index.html )
    spécialisée dans la diffusion de cours et d'enseignement par ondes hertziennes, radios et satellites.
    L'établissement délivre des diplômes équivalent à des bac+4 reconnus par l'Etat. Environ 90 000
    personnes sont enregistrées dans l'établissement.

    129


    · Données sur la télé-médecine (chiffres et concepts).

    Une étude du Ministère du Travail et de la Santé (« Recherche sur la situation de la télé-
    médecine ») a relevé 288 projets bénéficiant de subventions publiques liés aux activités de télé-
    médecine. Ces projets concernent les établissements hospitaliers (70,5% des projets) et des
    organismes publics (76% des projets) ; les principales tâches médicales effectuées sont constituées
    par l'envoi d'images radiologiques à un spécialiste, les consultations adressées à un spécialiste et le
    suivi médical à domicile.

    Evolution

    1997
    2003
    (%)
    Télédiagnostic à partir d'images
    73 99 136
    envoyés
    Télédiagnostic de pathologies
    20
    66
    330
    Soins à domicile
    25
    94
    376
    Soins ophtalmologiques
    5
    10
    200
    Soins dentaires
    3
    0
    -
    Autres 25
    19
    -
    Total
    151 288 191

    Environnement réglementaire

    · Des ajustements réglementaires ont-ils été faits afin de favoriser le développement du de
    séminaires (pour assurer la promotion du télétravail ou présenter des études de cas),
    conception de brochures et de guides destinés aux entreprises souhaitant introduire le
    télétravail ;

    · Recherche dans le domaine des systèmes d'information et de télécommunication
    contribuant à la rationalisation et au bon fonctionnement du télétravail : rapport demandé
    au ministre des affaires intérieures sur les systèmes favorisant une gestion efficace,
    rationnelle ainsi qu'une adoption de la méthode du télétravail dans les entreprises ;
    définition de mesures de soutien aux entreprises investissant dans des infrastructures
    facilitant le télétravail.

    · Mise en place d'un environnement propice au développement du télétravail dans le secteur
    public : définition par chaque administration centrale de la population qui pourrait être
    concernée par la mesure ; mise en place d'une cellule chargée de préparer l'introduction
    du télétravail ; introduction à titre expérimental du télétravail dans certains ministères ;
    établissement d'un calendrier pour la mise en place du télétravail au sein de chaque
    ministère. Le résultat de ces actions sera analysé à la fin de l'exercice budgétaire 2006 et
    des mesures opérationnelles seront alors définies conjointement par la NPA (National
    Personnel Authority ­ organe chargé de la gestion des fonctionnaires des administrations
    centrales) et du ministère des affaires intérieures en vue notamment d'adapter
    l'environnement réglementaire pour favoriser le développement du télétravail dans le
    secteur public.

    · Les télétravailleurs bénéficient-ils d'un statut particulier ou de protections spécifiques en
    termes de droit du travail ?

    Pas de statut particulier

    · Des politiques particulières ont-elles été menées afin de favoriser le télétravail dans les cas
    suivants :
    1. Travailleurs handicapés ;

    130

    2. Chargé(e)s de famille ;
    3. Travailleurs âgés ;
    4. Réadaptation professionnelle ;
    5. Regroupement familial pour les fonctionnaires dont l'un des conjoints est muté ;
    6. Maintien d'une présence de service publique dans des zones mal desservies ;
    7. Ordre de confinement en situation de crise ou d'accident.

    Il n'existe pas de politiques qui visent à favoriser particulièrement le télétravail au sein
    d'une catégorie de travailleurs. Néanmoins, les représentants de la Japan Telework Association
    soulignent que le télétravail est souvent considéré comme une solution pour l'insertion de certaines
    catégories de personnes (personnes handicapées, femmes, personnes âgées). S'agissant des
    personnes âgées, la réforme de la loi relative à la "stabilité de l'emploi des seniors"41 pourrait
    encourager le développement du télétravail au sein des entreprises japonaises.

    Le télétravail a-t-il eu un impact en termes de politique d'aménagement du territoire en particulier
    dans les zones dévitalisées ?

    A défaut d'études sur le sujet, il est difficile de démontrer l'impact du télétravail dans
    l'aménagement du territoire. Le développement des infrastructures de communication a permis un
    développement significatif de centres d'appel dans des zones économiquement peu favorisées
    (Okinawa, région du Tohoku, région d'Hokuriku) où les salaires horaires sont inférieurs à ceux
    appliqués dans les zones urbaines.

    · Avis du poste sur l'efficacité réelle de ces télétravail ? Si oui lesquels ?

    La législation en matière de travail est fixée par la Basic Labor Law, mais la notion de
    travail à domicile n'est pas réglementée par ce texte. Face à cette carence réglementaire, le ministère
    du travail a rendu public des lignes directrices qui permettent aux télétravailleurs de bénéficier des
    dispositions prévues dans la loi mentionnée précédemment mais également des législations relatives
    au salaire minimum, aux accidents de travail et à la santé ­ sécurité du travail. Le document publié
    par le ministère précise notamment qu'il doit être fait mention dans le contrat de travail que le lieu
    de travail de l'employé concerné est le domicile de celui-ci et que l'article 38 de la Basic labor law
    relatif à la définition des heures de travail effectuées en dehors des bureaux trouve à s'appliquer. Le
    document indique plus particulièrement que les appareils de télécommunication nécessaire à
    l'activité du travailleur à domicile ne doivent pas être configurés de sorte que l'employeur puisse, à
    son initiative, mettre ces outils en ligne de façon permanente.

    · Des politiques publiques ont-elles été développées afin de favoriser le développement du
    télétravail ? Si oui lesquels ?

    Dans le cadre de la « New IT Reform Strategy » lancée par l'IT Strategic Headquarters42 en
    janvier 2006, les autorités japonaises ont fixé pour objectif que le nombre de télétravailleurs
    représente 20% de la population employée d'ici 2010. Les principales mesures envisagées par le
    gouvernement pour promouvoir le développement du télétravail sont les suivantes :

    · Partenariat secteur public et privé par la mise en place d'un forum pour le développement du
    télétravail chargé de la réalisation de symposiums et d'activités de conseils de recherche et de
    promotion, notamment dans le domaine de la création de concepts et de modèles adaptables
    aux particularités de l'environnement social japonais (vieillissement, travail des femmes ;

    41 Entrée en vigueur dès décembre 2004 : dans des entreprises où l'âge de la retraite prévu par la réglementation intérieure est
    généralement inférieur à l'âge légal, la réforme oblige dorénavant l'employeur à adopter certaines mesures qui visent à
    prolonger l'emploi des personnes âgées dans les entreprises
    42 Conseil dépendant du cabinet du Premier Ministre, présidé par le Premier Ministre et composé des principaux ministres et
    d'experts issus du monde académique et des affaires, qui est chargé de promouvoir des mesures destinées à la formation
    d'une « advanced information and telecommunications network society »

    131

    modèle permettant à un groupe d'entreprises de bénéficier ensemble de structures destinées au
    télétravail) ; organisation politiques.

    Le développement du télétravail au Japon répond sans doute davantage au souci des
    entreprises japonaises d'accroître la flexibilité de l'emploi, dans une période marquée, jusqu'à la
    consolidation de la reprise économique japonaise à partir de la fin de l'année 2004, par une forte
    volonté de réduction des sureffectifs, qu'à des incitations, d'ailleurs jusqu'à maintenant peu
    nombreuses, mises en place par les pouvoirs publics.













































    132


    Annexes IX
    Le télétravail en Espagne
    (CONTRIBUTION : Ambassade de France en Espagne
    Conseiller social)

    1. Définition du télétravail

    Les progrès de la technologie, particulièrement le développement d'internet, facilitent le
    télétravail qui améliore la flexibilité des modes de travail pour employeurs et employés. Le
    télétravail fait partie des changements fondamentaux qui caractérisent les marchés du travail dans
    les sociétés développées postindustrielles.

    Le télétravail n'est pas un concept juridique : il n'existe pas de définition juridique du télétravail en
    Espagne. S'agissant d'un phénomène récent, il n'existe pas encore de jurisprudence en la matière.
    Le télétravail est une modalité de prestations de services. Il s'agit d'une forme flexible
    d'organisation du travail qui consiste en l'exécution de l'activité professionnelle du travailleur hors
    de l'entreprise durant une importante partie des horaires de travail. Le télétravail implique
    l'utilisation d'outils informatiques et de télécommunication (internet, intranet, téléphone, fax...)
    nécessaires pour le contact entre le télétravailleur et l'entreprise.

    Le télétravail comporte plusieurs aspects :

    -
    Les télécentres qui sont des lieux de travail hors de l'entreprise dotés d'installation
    informatiques et de télécommunications. Le télétravailleur ne se déplace pas au siège de
    l'entreprise.

    -
    Le travail à domicile : il s'agit de la forme la plus commune de télétravail.
    -
    Le travail mobile se caractérise par le fait que le télétravailleur ne dispose d'aucun poste de
    travail déterminé en raison des changements fréquents des lieux de travail. Comme exemple
    nous pouvons citer les consultants et agents d'assurance qui travaillent depuis la société de
    leurs clients.



    2. La situation juridique des télétravailleurs

    Il n'existe pas de réglementation particulière des télétravailleurs : lorsque l'on veut
    déterminer le statut juridique des télétravailleurs, on doit se rabattre sur des catégories
    juridiques existantes.
    Ainsi, les télétravailleurs sont salariés ou indépendants.

    Les télétravailleurs/salariés doivent bénéficier de tous les droits collectifs tels que la
    liberté d'association, le droit de grève... En fait, très peu de conventions collectives
    portent sur le télétravail.

    Concernant la durée du travail, il est difficile de la vérifier.
    La combinaison télétravail et horaires pose également le problème de la définition
    d'accident du travail et de maladie professionnelle : se sont-ils produits en raison du
    travail ? se sont-ils produits au travail ?

    Le contrôle de l'employeur est difficile en raison du droit au respect de la vie privée. En
    effet, beaucoup de télétravailleurs exécutent tout ou partie de leur travail à domicile : il
    peut donc y avoir chevauchement du travail et de la vie privée, du lieu de travail et du
    domicile.


    3. Evolution du télétravail espagnol

    L'Espagne possède le taux de télétravailleurs le plus bas dans l'Union européenne : il est
    de 2,8% alors que la moyenne européenne s'élève à 6,6%. Une étude réalisée en 1996


    133

    explique cet écart par la résistance des chefs d'entreprise qui pensent perdre le contrôle
    sur les employés avec cette nouvelle modalité de travail.
    Un accord-cadre européen sur le télétravail signé à Bruxelles le 16 juillet 2002 encourage
    la mise en oeuvre du télétravail salarié.


    Dans cette optique, en novembre 2005, l'UGT (Union Générale des Travailleurs) a mis en
    place avec le Ministère de l'Administration publique, un programme d'essai de télétravail
    concernant 30 fonctionnaires.
    Le programme d'essai a duré 90 jours avec la collaboration de 30 employés qui s'étaient
    portés volontaires pour y participer. Les participants combinaient des heures au poste de
    travail avec des heures de travail effectuées à domicile, oú ils disposaient d'un ordinateur
    avec connexion internet afin de rester en contact avec leurs supérieurs.

    Selon les informations des experts, la productivité a été maintenue ou même accrue.
    Parmi les conclusions qui se dégagent de cette étude, on note que 77% des fonctionnaires
    participants considèrent que le télétravail leur a permis de mieux profiter de leur temps pour
    s'occuper de leurs responsabilités familiales et 54% estiment que cette formule a réduit leur
    niveau de stress.
    Cette formule est proposée comme un moyen de concilier vie professionnelle et vie familiale.

    Le Ministre des Administrations publiques, Jordi Sevilla, a annoncé le 16 mai qu'il allait proposer
    aux syndicats l'élaboration d'un décret pour étendre le télétravail à l'Administration générale de
    l'Etat, suite aux résultats positifs obtenus par le programme pilote réalisé ces derniers mois dans
    les services centraux de son Ministère.
    Le télétravail pourrait concerner 150 000 personnes dans l'Administration publique




    134



    Annexes X
    (CONTRIBUTION : Forum des Droits sur l'Internet)


    Le Forum des droits sur l'internet a été mandaté, fin juillet 2003, par le Ministre des Affaires Sociales, du
    Travail et de la Solidarité, pour analyser les différentes formes de télétravail, mesurer leur impact et contribuer
    ainsi au développement d'un droit conventionnel adapté.

    La Recommandation sur le Télétravail publiée en novembre 2004 est le fruit d'un an de travaux d'un groupe de
    travail interdisciplinaire, constitué de juristes, de sociologues, de praticiens du télétravail, de représentants des
    administrations concernées et de membres du Forum. Les partenaires sociaux ont été étroitement associés aux
    travaux et les internautes ont été impliqués par le biais d'un appel à témoignages sur le site internet du Forum.

    Les principales propositions du Forum des droits sur l'internet ont été reprises dans le cadre du projet d'accord
    national interprofessionnel conclu par les partenaires sociaux le 19 juillet 2005, qui transposait l'accord cadre
    européen :
    -
    la définition du télétravail qui inclut le télétravail des salariés « nomades » et les formes de télétravail
    en alternance ;
    -
    la formalisation de la mise en télétravail par un avenant au contrat de travail ;
    -
    la période d'adaptation qui doit être prévue lors de la mise en télétravail ;
    -
    les plages horaires d'accessibilité ;
    -
    la prise en charge des coûts ;
    -
    la consultation systématique instances représentatives du personnel ;
    -
    l'inscription des télétravailleurs sur le registre unique du personnel43.

    Depuis la conclusion de l'accord cadre, la question du télétravail n'a guère été débattue. Le Forum des droits sur
    l'internet se réjouit qu'une mission parlementaire soit consacrée à ce sujet et permette de dresser un bilan des
    actions entreprises et restant à mener.

    Au-delà de la Recommandation du Forum des droits sur l'internet, de nombreuses questions restent en suspens :
    -
    le télétravail dans la fonction publique n'a fait l'objet d'aucune réflexion d'ensemble. Le phénomène
    semble n'être ni quantifié, ni régulé. Le guide d'information sur le télétravail, élaboré par la DGAFP
    pourrait être un premier support de travail (sous réserve d'actualisation).
    -
    l'émergence de risques d'épidémies ou de catastrophe de grande ampleur fait apparaître la question du
    recours massif au télétravail en situation d'urgence. Les grandes entreprises doivent être incitées à
    préparer de telles hypothèses.
    -
    enfin, il reste à évaluer les pratiques au sein des entreprises et les dispositifs mis en oeuvre pour faciliter
    la mise en télétravail (par exemple les télé-centres44).
    La désignation d'un organe de référence chargé de mesurer et de coordonner les efforts publics et privés
    en matière de télétravail et de promouvoir l'utilisation des technologies de communication dans la
    relation de travail est une piste à envisager.

    Si nombre de recommandations du Forum des droits sur l'internet ont été reprises dans l'accord
    interprofessionnel du 19 juillet 2005, le Forum tient également à rappeler les recommandations non encore mises
    en oeuvre.

    Le Forum des droits sur l'internet recommandait notamment que :

    Une présomption d'accident du travail soit instaurée lorsque la situation de télétravail a été formalisée
    par le contrat de travail et que l'accident survient au domicile dans le cadre de la réalisation de ses
    missions et pendant la période d'exécution de la charge de travail.


    43.
    Le Forum avait recommandé la modification de l'article R. 620-3 du Code du travail pour y faire
    expressément mention du télétravail.
    44.
    Le réseau national des télé-centres a relayé l'appel à projets de la DATAR. Depuis, aucune statistique
    quantitative ou qualitative n'a été communiquée sur l'efficacité de cette politique publique d'accompagnement
    du télétravail.

    135

    L'employeur procède à une démarche d'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des
    télétravailleurs avec l'aide de l'intervenant en prévention des risques professionnels et les conseils du
    médecin du travail.

    L'employeur assure une information sur l'ergonomie du poste de travail, sur l'hygiène, la sécurité et les
    risques inhérents aux situations de travail rencontrées.

    Le salarié bénéficie, avec son accord, d'une visite d'un intervenant en prévention des risques
    professionnels dans le cadre de la démarche d'évaluation des risques au travail.

    Le télétravailleur puisse se faire assister, notamment sur le plan des règles d'ergonomie, pour
    l'installation de son bureau.

    Les frais de l'entreprise liés à la mise en place de l'équipement du télétravailleur soient clairement
    désignés dans le code général des impôts comme des charges de l'entreprise déductibles de l'impôt sur
    les sociétés dès lors que ces frais sont prévus dans le contrat de travail.

    Les entreprises employant des télétravailleurs profitent d'une diminution de la taxe versement transport,
    leurs salariés contribuant moins à l'engorgement des infrastructures de transport

    Les entreprises qui emploient des télétravailleurs à domicile bénéficient d'une diminution des
    cotisations accident du travail par le biais d'un système dégressif de taux de cotisation.

    Toute mise en place d'un projet de télétravail soit considérée comme un « projet important » au sens de
    l'article L. 432-2 alinéa 2 du code du travail et que, dès lors, le comité d'entreprise ou les délégués du
    personnel soient consultés. A cette fin, le Forum recommande que ledit article soit complété pour qu'il
    y soit clairement fait mention du terme « télétravail »

    Le télétravail fasse l'objet d'un item particulier (nombre et caractéristiques des télétravailleurs) au bilan
    social ou au bilan de responsabilité sociale de l'entreprise (annexe du décret et arrêtés du 8 décembre
    1977)

    Soient élaborés des accords d'entreprise portant sur l'utilisation par les représentants du personnel des
    moyens de communication électronique de l'entreprise (intranets et messagerie électronique) avec les
    télétravailleurs.

    Les représentants du personnel disposent, pour les télétravailleurs qui n'y sont pas opposés, de toutes
    les informations nécessaires au bon exercice de leur fonction (adresse, courriel...).


    Les délégués du personnel puissent avoir la possibilité de rencontrer les télétravailleurs qui le souhaitent
    sur leur lieu d'exercice. Pour ce faire, il conviendrait que les partenaires sociaux portent leurs réflexions
    sur la possibilité de prévoir des moyens spécifiques (crédit d'heures, frais de déplacements,
    connaissance effective des heures de présence des télétravailleurs dans les locaux de l'entreprise...)
    permettant aux délégués de favoriser les contacts avec les télétravailleurs.

    Les télétravailleurs soient informés par voie électronique des possibilités de formation professionnelle
    qui leur sont ouvertes, soit sur l'intranet de l'entreprise, soit par le biais de la messagerie électronique.

    L'accès des télétravailleurs à la formation professionnelle puisse faire l'objet d'une information au bilan
    social et devrait être mentionné dans le bilan de responsabilité sociale de l'entreprise.

    La formation des télétravailleurs soit facilitée et renforcée par le développement de la formation à
    distance par internet et à cet effet intégrée dans des programmes de « e-learning ».

    Un « quota » de formation au télétravail puisse être intégré dans le 1 % formation pour les entreprises
    qui pratiquent ce mode d'organisation. Ce quota pourrait constituer une rubrique de l'accord
    d'entreprise sur le télétravail.


    136

    Le PCIE (passeport de compétences informatique européen) puisse être adopté comme outil
    d'évaluation des compétences informatiques du télétravailleur pour déterminer la nature de ses besoins
    en formation dans le domaine informatique.

    Les managers reçoivent une formation spécifique au développement du télétravail de leurs
    collaborateurs et au management à distance.

    Les partenaires sociaux, dans le cadre des négociations relatives à la mise en place des conventions de
    forfait, précisent les modalités d'application des textes existants aux télétravailleurs non cadres qui
    disposent d'une réelle autonomie.

    Les pouvoirs publics lancent des études permettant de mieux connaître la réalité du télétravail en
    France. Ces études permettraient un recensement statistique exhaustif sur le télétravail en France afin de
    disposer d'indicateurs précis sur les effets réels du télétravail sur les conditions de travail et de vie.

    Le Forum se proposait enfin d'accompagner cette initiative publique en élaborant un guide pratique sur le
    télétravail à destination des entreprises et des salariés. Ce guide servirait de mode d'emploi pour la mise en
    télétravail (informations juridiques, ergonomiques, fiscales etc.). Il pourrait être diffusé sur tous les sites internet
    publics et dans les Espaces Publics Numériques.



    137


    Annexes XI

    SYNTHESE DU RAPPORT DES PARTENAIRES SOCIAUX
    EUROPEENS SUR LA MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE
    CADRAGE EUROPEEN CONCERNANT LE TELETRAVAIL

    La synthèse en français n'est pas la traduction mot pour mot du rapport.
    Source : RP de la France auprès de l'UE

    L'accord rappelle que les télétravailleurs bénéficient de la même protection sociale que ceux travaillant
    sur un lieu de travail traditionnel. Selon des estimations datant de 2002, 4.5M de travailleurs européens
    pratiquent ce genre d'emploi, mais la variation de la proportion du télétravail entre les Etats est très variable, 8%
    en Grande-Bretagne et Pays-Bas, 5% en Espagne, Allemagne et France, et 2% en Hongrie et République
    Tchèque ( la proportion de télétravailleurs dans les nouveaux Etats membres étant faible).

    Cet accord a d'ores et déjà été totalement mis en oeuvre dans la plupart des pays européens mais
    partiellement seulement dans un certain nombre de pays tels que l'Autriche, la République Tchèque ou la
    Slovénie. Cette application a parfois entraîné des modifications de la législation des Etats-membres , en Grande-
    Bretagne par exemple mais l'adoption n'a pas semblé posé de problèmes majeurs.
    La CES définit le télétravail comme suit :
    Le télétravail est une forme d'organisation et/ou d'exercice d'un emploi, usant des nouvelles technologies de
    l'information, dans un contexte d'emploi contractuel où le travail, pouvant aussi bien être effectué dans les
    locaux de l'entreprise, est pratiqué à l'extérieur de ces locaux de façon récurrente. Cette définition constitue la
    base de travail des partenaires européens. Mais des variantes existent dans différents pays : en France, la notion
    de télétravailleurs comprend les travailleurs nomades, en Italie, deux types de télétravailleurs ceux travaillant à
    domicile et ceux travaillant à distance...


    Principaux objets de débat concernant l'application de l'accord-cadre :

    L'accord comporte plusieurs points que les partenaires sociaux des différents pays ont appliqués de
    plusieurs manières selon la situation nationale.

    1) le caractère volontaire du télétravail : Le télétravail est volontaire pour le travailleur et l'employeur
    concernés. Le télétravail peut faire partie du descriptif initial du travailleur ou on peut s'y engager volontairement
    par la suite. Dans les deux cas, et conformément à la directive 91/533/CEE , l'employeur fournit au
    télétravailleur les informations écrites pertinentes.


    En France, Belgique ou Pologne, le statut de télétravailleur doit être spécifié dans le contrat de travail.
    En cas de passage d'un travail dans les locaux de l'entreprise à celui de télétravailleur, une période d'adaptation
    est prévu dans la législation française après la fin de cette période le retour au sein de l'entreprise est conditionné
    par un accord employeur/employé, si le télétravailleur souhaite revenir dans les locaux de l'entreprise, il a la
    priorité sur tous les postes vacants.

    En Angleterre, les employeurs sont obligés de spécifier le statut du télétravailleur par une déclaration
    écrite sous un mois lorsqu'il change de statut au sein de l'entreprise et sous deux mois s'il est recruté. La
    réversibilité du statut de télétravailleur est sujette à accord individuel bipartite.


    En Belgique, un accord individuel doit être rédigé entre le télétravailleur et son employeur, il doit
    inclure : la fréquence du télétravail, quand le télétravailleur peut demander une assistance technique, la façon
    dont l'employeur couvre les couts d'équipement et de maintenance, les périodes durant lesquelles l'employé peut
    être contacté et par quels moyens. Si aucun accord écrit n'existe, l'employé a le droit de venir travailler dans les
    locaux de l'entreprise.


    Au Luxembourg, un accord écrit doit également être rédigé, mais il est cette fois plus exigeant. Il doit y
    être mentionné l'endroit d'où l'employé travaille, les tâches qu'il doit y accomplir, la classification du travailleur
    dans la grille des conventions collectives, les jours et heures où il peut être contacté par son employeur, la
    description du matériel fourni et installé par l `employeur, des informations concernant les assurances

    138

    contractées par l'employeur pour garantir l'équipement en cas de vol, incendie...La durée de la période
    d'adaptation est définie par les deux parties et peut aller de 3 à 12 mois.

    En Pologne, un document doit être rédigé pour indiquer les horaires, les règles d'envoi en mission de
    l'employé, la forme et la manière par lesquelles l'employeur peut assigner des tâches à l'employé. La période
    d'adaptation est de trois mois durant lesquels l'arrêt unilatéral du télétravail est possible.

    2) les conditions d'emploi : les télétravailleurs bénéficient des même droits que les travailleurs comparables
    dans les locaux de l'entreprise. Ces droits sont garantis par la législation et les conventions collectives
    applicables. Pour tenir compte des particularités, des accords spécifiques peuvent être nécessaires.


    Ce principe a été transposé tel quel dans tous les EM.

    En FR, la convention collective stipule que la charge de travail, les normes de production et les critères
    de résultats doivent être les mêmes pour les télétravailleurs comme pour les autres.


    3) la protection des données : Il incombe à l'employeur de prendre les mesures nécessaires pour assurer la
    protection des données utilisées et traitées par le télétravailleur à des fins professionnels. L'employeur informe le
    télétravailleur de toute restriction à l'usage des équipements et des sanctions en cas de non-respect.
    La plupart des partenaires sociaux des EM font référence à l'application aux télétravailleurs des règles
    de protection nationale des données.

    FR : CNIL ; IT : Code de la protection des données personnelles et Code de la Confidentialité


    PL : obligation pour l'employeur de produire une politique concernant la protection des données dans
    son entreprise et donc de d'établir une responsabilité correspondance pour ses employés.


    IE : éléments auxquels on doit faire attention : la perte de documents confidentiels, la fermeture
    sécurisée du bureau à domicile/de l'ordinateur, procédures de vérification des antivirus et accords de non-
    divulgation.

    4) le domaine de la vie privée : l'employeur respecte la vie privée du télétravailleur. Si un moyen de
    surveillance est mis en place, il doit être proportionné à l'objectif et introduit conformément à la directive 90/270
    relative aux écrans de visualisation.

    Appliqué dans tous les EM sans difficulté.

    5) les équipements pour l'activité : en règle générale, l'employeur est chargé de fournir, d'installer et
    d'entretenir les équipements nécessaires au télétravail régulier, sauf si le télétravailleur utilise son propre
    équipement. L'employeur a la responsabilité conformément à la législation nationale et aux conventions
    collectives en ce qui concerne les coûts liés à la perte ou à l'endommagement des équipements et des données
    utilisées par le télétravailleur.

    Plusieurs pays comme BE ou DE ont adopté le fait que l'employeur soit tenu de fournir entièrement le
    matériel utilisé par le télétravailleur. En ce qui concerne les coûts de télécommunication ( téléphone + Internet) ;
    la plupart des EM ont conclu que l'employeur devait fournir une compensation financière en réponse aux coûts
    occasionnés.
    HU : plus nuancé, la responsabilité de fournir l'équipement doit être le résultat d'un accord
    employeur/employé. S'il n'y a pas accord, l'employeur pour la responsabilité de la fourniture.
    FR : responsabilité de l'employeur de fournir, installer et s'occuper de la maintenance de l'équipement,
    est sujette à la conformité de l'électricité et de l'espace de travail au sein de l'habitat de l'employé.

    LU : responsabilité de l'employeur de vérifier la conformité de l'installation électrique et de l'espace de
    travail de son employé.

    PL : travailleur utilise son propre équipement en échange d'une indemnisation et d'une totale couverture
    des coûts de maintenance, de réparation et d'installation.

    139


    BE : coûts supportés par l'employeur calculés a priori proportionnellement à la quantité de télétravail
    fourni ou suivant une allocation mensuelle précisée dans l'accord bipartite. En cas de panne, responsabilités
    respectives définies, devoir d'information de l'employeur de façon immédiate qui, en retour doivent continuer à
    payer son employé jusqu'au remplacement de l'équipement par l'employeur.
    6) la santé et la sécurité : l'employeur est le responsable de la protection de la santé et de la sécurité
    professionnelles du télétravailleur conformément à la directive 89/391 , ainsi qu'aux directives particulières,
    législations nationales et conventions collectives pertinentes. Afin de vérifier l'application correcte des
    dispositions applicables en matière de santé et de sécurité, l'employeur, les représentants des travailleurs et/ou les
    autorités compétentes ont accès au lieu du télétravail, dans les limites des législations et conventions collectives
    nationales. Si le télétravailleur travaille à domicile, cet accès est soumis à une notification préalable et à son
    accord. Le télétravailleur est autorisé à demander une visite d'inspection.

    UK, IE : évaluation des risques pour la santé et la sécurité par l'employeur, notamment concernant la
    dangerosité de l'installation électrique, la vue du télétravailleur et des mesures spéciales concernant les
    parturientes et autres néo-mères.

    PL : entraînement à la santé/sécurité avant de commencer le télétravail en particulier en ce qui concerne
    et équipements pouvant détériorer la vue. Mais les règles générales de santé/sécurité ne s'appliquent pas au
    télétravailleur si son lieu de travail est son domicile.
    7) l'organisation du travail : dans le cadre de la législation, des conventions collectives et règles d'entreprise
    applicable, le télétravailleur gère l'organisation de son temps de travail. La charge de travail et les critères de
    résultats du télétravailleur sont équivalents à ceux de travailleurs comparables dans les locaux de l'employeur.

    Souci dans de nombreux pays de ne pas marginaliser le télétravailleur du reste de la masse salariale.

    FR : réunions d'évaluation similaires à celles des employés travaillant dans les locaux de l'entreprise

    LU : employeur et travailleur doivent s'accorder sur la façon de comptabiliser les heures
    supplémentaires.

    IE : obligation d'inclure des mécanismes pour éviter une charge de travail injuste pour les
    télétravailleurs.
    8) la formation des télétravailleurs : les télétravailleurs ont le même accès à la formation et aux possibilités
    de carrière que des travailleurs comparables qui travaillent dans les locaux de l'employeur et sont soumis aux
    même politiques d'évaluation que ces autres travailleurs. Les télétravailleurs reçoivent une formation appropriée,
    ciblée sur les équipements techniques à leur disposition et sur les caractéristiques de cette forme d'organisation
    du travail.

    Dans la plupart des pays, cette mesure a été mise en place sans plus de précisions.

    UK : formation spécifique du télétravailleur pour mobiliser au maximum des compétences liées à son
    emploi, des formations à l'informatique et aux méthodes de communication ainsi que le développement
    d'aptitude au «self-management» (aménagement du temps de travail notamment).

    DE : le retard dans la formation du télétravailleur par rapport à ses collègues basés dans les locaux de
    l'entreprise n'est pas envisageable.
    9) les droits collectifs des télétravailleurs : les télétravailleurs ont les mêmes droits collectifs que les
    travailleurs dans les locaux de l'entreprise. Il n'est pas fait obstacle à la communication avec les représentants des
    travailleurs.

    Pas d'application spécifique à certains EM, cette mesure n'a pas été aménagée ou renforcée dans sa
    phase d'application.
    10) Mise en oeuvre et suivi. Le présent accord-cadre européen sera mis en oeuvre dans les trois ans
    suivant la date de signature par les membres de l'UNICE/UEAPME, du CEEP et de la CES (et du Comité de
    liaison EUROCADRES/CEC). Les organisations membres feront rapport sur la mise en oeuvre de cet accord à un
    groupe ad hoc créé par les parties signataires sous la responsabilité du comité du dialogue social. Dans les quatre
    ans suivant la date de signature de cet accord, ce groupe ad hoc préparera un rapport conjoint sur les actions de

    140

    mise en oeuvre prises. Les parties signataires passeront en revue l'accord cinq ans après la signature si l'une des
    parties signataires le demande.

    Dans presque tous les pays, l'accent a été mis sur le fait que le télétravail est un phénomène en
    développement et qu'il sera par conséquent difficile de l'évaluer sur une si courte période suivant l'adoption de
    l'accord.

    Méthode d'application de l'accord-cadre dans les différents pays européens :

    1) Accords entre partenaires sociaux :

    FI : accord entre partenaires sociaux des secteurs public et privé recommandant de prendre en compte le
    télétravail dans les négociations collectives, conformité avec la législation nationale autant qu'avec celle
    européenne. Pas d'accord sectoriel pour le moment.

    ES : accord incorporant le télétravail dans les négociations collectives depuis 2003 qui va servir de fil
    rouge aux négociateurs d'accords collectifs à travers le pays, mettre en place des priorités de négociations à
    d'autres nivaux et une commission bipartite sur le suivi de ces négociations.10 accords collectifs différents
    existent au niveau sectoriel, régional et de l'entreprise (la presse quotidienne, la région de Valence, Telefonica de
    Espaoa...).

    NL : 09/2003 recommandation de la fondation du Travail qui est utilisé pour promouvoir le dialogue et
    l'accord sur des problèmes concernant les conditions de travail au niveau de l'entreprise ou du secteur d'activité
    et/ou avec des groupes de travail et des travailleurs individuels. Cette recommandation inclut des références à
    l'accord-cadre des partenaires sociaux européens, les enjeux du télétravail au niveau national et une description
    des principaux éléments à prendre en compte pour les partenaires sociaux. Même chose en DE concernant le
    secteur de l'industrie chimique.

    PL : Négociations toujours en cours pour finaliser et un accord national et un document listant les
    amendements pour intégrer le télétravail au Code du Travail. La version en cours de négociation promouvait une
    mise en place au niveau de l'entreprise.


    AT : Négociations en cours, mise en place à un niveau entreprenarial prévu fin 2006. Publication du
    texte de l'accord sur Internet à l'adresse des employeurs et des employés accompagné de commentaires sur sa
    possible mise en place à la lumière des régulations autrichiennes existantes.

    2) Accords collectifs au niveau national, sectoriel et de l'entreprise :


    BE : accord collectif national adopté en 11/2005 détaillant comment il permet d'être relié aux règles
    existantes sur les conditions de travail ou les contrats d'embauche. Il spécifie également de façon plus détaillée
    ce que doit contenir l'accord écrit individuel télétravailleur/employeur, les conséquences de l'absence d'un
    accord écrit, les méthodes de calcul des coûts liés à l'équipement les conséquences des pannes de matériel. Mise
    en place des modalités de l'accord peut être encore plus détaillé au niveau sectoriel, entreprenarial ou individuel.


    FR : 07/2005 accord national inter branche qui peut être complété et/ou adapté aux niveaux sectoriels ou
    entreprenarial, avec extension universelle ajoutée à l'initiative des partenaires sociaux pour pallier l'absence
    d'accords décentralisés, L'accord traduit l'accord-cadre européen tout en détaillant de façon plus approfondie la
    notion de télétravailleur, la possibilité pour le télétravailleur de postuler pour des postes vacants dans les locaux
    de l'entreprise, l'assurance d'un traitement égal d'avec celui des autres employés de la firme.


    IT : accord inter-confédération pour transposer l'accord-cadre, il comprend tout le secteur privé et les
    services publics territoriaux. Peut être adapté au niveau sectoriel et/ou de l'entreprise. Des accords existent
    d'ores et déjà dans le secteur de l'électricité, de la communication de l'industrie textile...


    LU : accord de 02/2006 pour une période de 3 ans impliquant des modifications de la législation
    nationale sur les contrats de travail ou la santé et la sécurité. Il va plus loin sur des aspects tels que l'information
    devant être donnée de façon écrite au télétravailleur avant qu'il commence à travailler et le droit de retourner
    dans une certaine limite de temps à son ancien poste.


    3) Modèles d'accords au niveau sectoriel et de l'entreprise :

    141



    DE : régimes pour le télétravail sont inclus dans les accords de travail, de groupes ou d'entreprises qui
    vont généralement plus loin que l'accord-cadre européen et qui existe dans tous les secteurs, ils ont été conclus
    pendant ou après le processus de négociation européen sur le télétravail. La confédération des administrations
    locales a publié pour ses membres un modèle pour un accord d'entreprise. Il propose que la division du temps de
    travail entre employés basés dans les locaux de l'entreprise et les télétravailleurs doive être négociée pour
    permettre aux besoins individuels de s'exprimer.

    4) Guides et codes de bonne conduite



    UK : guide de 08/2003 pour établir la meilleure façon de mettre en place et de promouvoir l'accord
    cadre européen. Il procure informations et conseils sur le télétravail, cette forme de travail étant appréciée et
    comprise par les partenaires sociaux comme étant flexible. Les partenaires sociaux britanniques pensent que leur
    guide a pu aider à expliquer les enjeux entourant le télétravail et, selon le retour qu'ils en ont eu, a été bénéfique
    pour nombre d'entreprises. Ila été financé par le Ministère du Travail britannique.


    IE : révision du précédent code d' « e-working »12/2004il souligne les éléments clés de l'accord-cadre
    et encourage les entreprises à produire un document écrit expliquant la politique de l'entreprise concernant le
    télétravail en leur procurant un modèle d'accord sue le télétravail et un aperçu de ce à quoi le télétravailleur
    irlandais peut prétendre.

    5) Mise en application au travers de la législation nationale :


    CZ : partenaires sociaux ont décidé que l'accord-cadre aurait un impact plus fort au sein du nouveau
    Code du Travail qui va entrer en vigueur au 1/01/2007. Les télétravailleurs profitent des même droits et devoirs
    les employés basés dans les locaux de l'entreprise. Même chose en PL. En HU même chose mais avec débat sur
    la définition de télétravail, les responsabilités des coûts relatifs au télétravail, la définition du temps de travail ou
    encore la responsabilité des compensations en cas de problèmes d'équipement du télétravailleur.


    PT : transposition de l'accord-cadre effectué par la loi. Malgré le désaccord des partenaires sociaux, le
    gouvernement prît la décision de l'intégrer à la législation nationale par le biais d'une révision du code du
    travail. Il a aussi écarté le fait d'inclure les employés des call-centers et des télétravailleurs indépendants,
    jugeant qu'ils n'étaient pas compris dans l'accord-cadre européen.


    BE, LU : en plus des accords collectifs nationaux, les partenaires sociaux belges demandèrent au
    gouvernement un certain nombre de changements législatifs pour que l'accord puisse être intégré à la régulation
    pré-existante. LU les partenaires sociaux demandèrent aux autorités de réviser les législations sur affiliation à la
    Sécurité Sociale et le régime fiscal des travailleurs transfrontaliers pour ne pas handicaper le développement du
    télétravail.

    6) Autres :


    LV : les partenaires sociaux ont négocié avec le Ministère du Travail et le Parlement letton une série de
    lignes directrices sur la mise en application de l'accord-cadre.














    142

    Annexes XII

    Autres contributions

    Organismes publics et privés

    - Représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne
    - Commissaire européen Vladimir SPIDLA, emploi, affaires sociales et égalité des
    chances ;
    - Commissaire européen Viviane REDING, société de l'information et des médias
    - Entreprise et personnel (association de veille, conseil et formation aux entreprises).
    - Association des Départements de France
    - Association des maires de France
    - Fondation Garches
    - Credoc
    - Association des paralysés de France
    - Préfectures de région
    - Chambres de commerce et d'industrie, chambres régionales de commerce et
    d'industrie
    - Conseils régionaux
    - Conseils économiques et sociaux
    - Ordre des experts comptables
    - Conseil supérieur du notariat
    - Grandes villes de France, communautés d'agglomérations
    - Ecole des Mines
    - Bureau international du travail
    - Leader +
    - Entreprises
    - Assurances
    - Banques

    Personnes ressources

    - Olivier Cléach et Jean-Luc Metzger, sociologues
    - Laurent Taskin, Université catholique de Louvain
    -
    - Matthieu Billette de Villemeur, teletravail.fr
    - Joëlle Voisin, chef de service des droits des femmes et de l'égalité, ministère de
    l'emploi
    - Jean-Yves Fournier, télétravailleur Groupe Sanofi-Aventis
    - Pierre Ygrié, Webs du Gévaudan
    - Bernard Garrigues Docteur en géographie
    - Marie-France Kouloumdjian CNRS laboratoire école centrale de Lyon
    - Nicolas Barthez expert-comptable
    - Frédéric Robert, Philippe & Partners - Avocats
    - Denis MARION, Tour de France des Territoires
    - François BEDOUSSAC, Soho-Solo Gers



    143



    Annexes XIII

    Sources documentaires


    - « Le télétravail en France », 2004, rapport du Forum des droits sur l'Internet
    - « Le télétravail en France : les principaux points de la recommandation du Forum des
    droits sur l'Internet », de Jean Gonié, dans Droit social, n°3 mars 2005.
    - Etude bibliographique du marché des téléactivités pour les entreprises et les
    particuliers, DIACT, 29 mai 2006.
    - « Le télétravail dans l'administration française », de Jean-Marc Jancovici et Manicore
    - « Le télétravail : une légitimité en construction ? » Bilan d'une étude sociologique
    d'une grande entreprise de services de Olivier Cleach et Jean-Luc Metzger (France
    Telcom, 2003).
    - « Le télétravail des cadres : entre suractivité et apprentissage de nouvelles
    temporalités », Jean-Luc Metzger et Olivier Cleach, Sociologie du travail 46 (2004)
    433-450.
    - « Le télétravail à domicile », Robert Frédéric, Larcier, bibliothèque de droit social,
    2005.
    - « Le télétravail en manque de régulations », Laurent Taskin, Regards économiques,
    Ires, février 2006, n°37.
    - « Le télétravail, une vague silencieuse », Laurent Taskin, Patricia Vendramin,
    Collection e-Management, UCL Presses universitaires de Louvain.
    - « Le télétravail, ou gagner sa vie en restant chez soi », Matthieu Billette de Villemeur,
    Vuibert 2003.
    - « Télétravail, accord-cadre européen », Liaisons sociales, n°215, 7 août 2002.
    - Comparaison des textes des deux accords sur le télétravail et « Négocier le
    télétravail » de Yves Lasfargues, observatoire des conditions de travail et de
    l'ergostressie (Obergo)
    - « Télétravail, sens du travail, rapports de vie travail-vie hors travail », thèse
    d'Emmanuelle CAMPS, Université Paul-Valéry-Montpellier III, 2006.
    - « le télétravail en perspective », Anne de BEER, Futuribles n°317, mars 2006.
    - « Telework: a new mode of gendered segmentation ? Results from a Study in
    Canada », Diane-Gabrielle Tremblay, Ph.D. Note de recherche de la Chaire du Canada sur
    les enjeux socio-organisationnels de l'économie du savoir No 2003-10A
    - « Le télétravail : ses impacts sur l'organisation du travail et la conciliation emploi-
    famille. Recherches féministes. Vol. 14, n°2. Québec : presses de l'université Laval.
    2002.
    - « Le télétravail : articuler qualité de vie et performance, Diane Gabrielle Tremblay et
    Irène Le Bot, rapport de recherche, CEFRIO, mai 2001.
    - « La guerre des temps », par Jean-Emmanuel RAY, Droit social janvier 2006
    - « Does size really matters in the diffusion of telework ? » telework in Smes ; E-society
    Gap, n°6 april-june 2004.
    - « Le télétravail face au droit du travail », de Martine MEUNIER-BOFFA, Travail et
    Protection sociale, éditions du Juris-Classeur, août-septembre 2002.
    - « Le télétravail en France », Premières synthèses informations de la Darès, décembre
    2004, n°51.3.

    144

    - « Le travail à domicile en Europe : mythe et réalité », Isabelle Laurent-Merle, JCP, La
    semaine juridique, édition sociale n°24, 6 décembre 2005.
    - « Management à distance », réflexions et outils sur le travail à distance à EDF et Gaz
    de France, Jean-Marie ROUGER, Jean-Marie BREANT, Insep consulting éditions.
    - « Travail, réseaux et territoires », repenser le télétravail, une réflexion conduite par la
    Caisse des dépôts, La documentation française, août 2003, cahier n°4.
    - « Le droit du travail à l'épreuve du télétravail à domicile », thèse d'Audrey Probst,
    Université Paris I.
    - Télétravail, travail nomade : « Le territoire et les territorialités face aux nouvelles
    flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production », Bruno MORISET,
    Université Jean Moulin - Lyon 3. Revue européenne de géographie, n°257, 6 février
    2004.


    145

    Document Outline